Accueil > Evénements > Actualité > Qui est Soeur Marie-Alphonsine ?

Actualité

Imprimer la page

Qui est Soeur Marie-Alphonsine ?

Publiée le 23-11-2009

Le 22 novembre , en la fête du Christ Roi, Sœur Marie-Alphonsine a été béatifiée en la basilique de l'Annonciation, à Nazareth. Belle occasion de se pencher sur la vie de cette fille de Jérusalem à qui la Sainte Vierge a inspiré la fondation de la Congrégation des Sœurs du Rosaire, la seule communauté religieuse autochtone de Terre Sainte.
 

Sultanah Maria Ghattas est née à Jérusalem le 4 octobre 1843. Baptisée le 19 novembre 1843, elle reçoit le sacrement de la Confirmation des mains de Sa Béatitude Giuseppe Valerga, premier Patriarche latin de Jérusalem après la restauration, le 18 juillet 1852.

À l'âge de 14 ans, elle rejoint la Congrégation de Saint Joseph de l'Apparition comme postulante. Le 30 juin 1860, elle reçoit l'habit des Religieuses de Saint Joseph de l'Apparition. Deux ans plus tard, en 1862, elle prononce ses trois vœux. À Bethléem où elle a été envoyée, on lui confie l'enseignement du catéchisme aux jeunes filles. Elle fonde par ailleurs confréries et associations pour promouvoir la dévotion à Notre-Dame à travers la prière du Rosaire.

Sœur Marie-Alphonsine est alors gratifiée de plusieurs apparitions de Notre-Dame, qui lui révèle Son désir que soit fondée la Congrégation du Saint Rosaire. La Vierge Marie désigne le P. Joseph Tannous, un saint prêtre du Patriarcat latin, pour être son directeur et administrer la Congrégation du Rosaire. C'est lui qui trouve à Jérusalem, non loin du Patriarcat, la modeste maison dans laquelle entrent les cinq premières postulantes - dont Sr. Marie Alphonsine - le 24 juillet, 1880. Le Patriarche Vincent Bracco remet le saint habit aux postulantes le 15 décembre 1881, dans la Co-cathédrale. Sœur Marie-Alphonsine a traversé des moments très difficiles avant d'obtenir de Rome, le 12 octobre 1880, la dispense de son voeu d'obéissance aux supérieurs de Saint-Joseph et la permission d'entrer dans la nouvelle Congrégation du Saint-Rosaire. Le P. Tannous a toujours été là pour l'aider dans ces moments critiques.

Le 6 octobre 1883, Sœur Marie-Alphonsine reçoit l'habit de la Congrégation du Rosaire des mains de Mgr Pascal Appodia, Vicaire patriarcal. Le 7 mars 1885, avec les huit premières sœurs, elle est admise à faire sa profession et prononce ses trois vœux au cours d'une cérémonie présidée par S.B. le Patriarche Vincent Bracco.

Le 25 juillet 1885, sœur Marie-Alphonsine est envoyée à Jaffa de Galilée, avec une autre soeur. C'est là qu'un miracle se produit : un jour, Nathira I'd, une fillette, tombe dans une profonde citerne remplie d'eau. Marie Alphonsine a alors l'inspiration de jeter son grand rosaire dans le puits, puis elle se rend en hâte à l'église invoquer Notre-Dame et prier le Rosaire avec d'autres fillettes. Après quelques temps, Nathira sort du puits saine et sauve, disant qu'elle a vu une grande lumière et une échelle en forme de chapelet qui l'a aidée à sortir.

En octobre 1886, sœur Marie-Alphonsine est envoyée fonder une maison et ouvrir une école dans le village de Beit Sahour (village des Bergers). Mais très vite, en 1887, avec trois sœurs, elle quitte Beit Sahour pour Salt, la première mission en Trans-Jordanie. Deux ans plus tard, elle est envoyée à Naplouse, mais est rapidement rapatriée à la maison-mère de Jérusalem pour des raisons de santé. Une fois guérie, elle est envoyée à Zababdeh. En 1892, nous la retrouvons à Nazareth où elle assiste le P. Tannous sur son lit de mort.

En 1893, sœur Marie-Alphonsine ouvre à Bethléem un atelier qui donne du travail aux jeunes filles pauvres de la ville. Elle y passe quinze années pleines de zèle et d'enthousiasme, avant d'être rappelée en 1909 à la maison-mère de Jérusalem, où elle reste jusqu'en 1917, date à laquelle on l'envoie fonder un orphelinat dans la ville d'Aïn-Karem. Là elle peut revenir à sa vie de prière et accomplir le souhait de la Vierge Marie : que le Rosaire soit récité perpétuellement.

Le 25 mars 1927, Mère Marie-Alphonsine rend son dernier soupir en priant le chapelet avec sa sœur, Hanneh Danil Ghattas.

Tout au long se da vie, Mère Marie-Alphonsine s'est distinguée par son abandon total à la Providence divine. Elle est l'apôtre de l'espérance, de la confiance en Dieu et Notre-Dame, et du Rosaire. Elle croyait fermement à en ces mots de Notre-Dame : "Le Rosaire est votre trésor!" Le 15 octobre 1994, le pape John Paul II a reconnu "l'héroïcité des vertus" de Mère Marie-Alphonsine, et en 1995 il l'a proclamée "Vénérable".

< Voir toutes les actualités

Archives