Accueil > Evénements > Actualité > Paroisse pour la Vie

Actualité

Imprimer la page

Paroisse pour la Vie

Publiée le 20-08-2019

  

      En cette fête de l'Assomption, une nouvelle initiative de l'Evangile de la Vie, facile à vivre en paroisse. Encouragée par notre évêque, Monseigneur Cattenoz.

--------------------------

Retrouvez-nous sur twitter et facebook EDV ou facebook Paroisse pour la Vie

--------------------------    

     Les lois contre la vie et la famille se succèdent à un rythme effrayant. De quoi se demander si un jour la boucle sera bouclée !  De nombreuses questions fusent, comme « pourquoi en est-on arrivé là ?» ; « Que avenir pour nos enfants ? » ; comment sortir des impasses, de ce rouleau compresseur diabolique, si bien exprimé dans les lectures de la fête de l’Assomption que l’Eglise nous donne de vivre chaque année, de manière plus intense, plus profonde. Peut-être, dans un premier temps, pour que les choses changes, il faut accepter d'abord que mon cœur change, disait Jean Paul II aux jeunes en France.  C'est-à-dire invoquer l'Esprit Saint plus souvent, invoquer Notre-Dame de nous aider à recevoir l'Esprit Saint comme Elle l'a reçu. Mon coeur changera, s'ajustera sur le Cœur de Dieu, à travers la prière, l'écoute de la Parole de Dieu , le travail assidu de l'enseignement de l'Eglise (catéchisme, enseignement des Papes, vie des saints). Ainsi naitront, comme fruit de la prière, des propositions et suggestions concrètes et courageuses. C'est ce qui est premier et accessible à chacun.
  

     Dans les prochains mois, l’Evangile de la Vie va vous proposer des actions concrètes, en partant de nos paroisses. Nous y travaillons. C’est la bonne nouvelle que je veux vous apporter en ce 15 août, sans attendre la rentrée. C'est pourquoi, nous confions à Notre-Dame dans son Assomption cette initiative pour recevoir, vivre, servir, témoigner l'Evangile de la Vie dans nos paroisses, dans votre paroisse. Découvrez sans attendre !

     Nous nous trouvons en présence d'une génération qui se donne la mort (la boucle commencée avec la contraception se conclue comme un au revoir avec l'euthanasie)... et veut imposer la mort aux nouvelles générations. Nous ne l'acceptons pas !   Les prochaines lois de bioéthiques sont des menaces contre la vie, bien réelles. Mais plus grande encore serait la menace de baisser les bras, de désespérer. De se taire. Nos paroisses, sont une vie de famille tellement précieuse, pour chacun de nous. Pour nos enfants. Un socle sur lequel s'appuyer, prendre et reprendre force et courage. Nous ne devons pas oublier non plus que le monde qui nous entoure attend, oui, qui exprime sa soif de Vérité, de Lumière, attend notre engagement. La paroisse est un lieu précieux pour cette évangélisation audacieuse !

     Cette année marquant les 25 ans de l'Evangile de la Vie, nous encourage !

 

Abbé Hubert Lelièvre

Modérateur

 

 

-------------------------------------------------------------------------------

Ils en parlent :

Le Salon Beige du 17 août 2019

Nous avons interrogé l’abbé Lelièvre, qui lance une initiative pour la vie :

Vous lancez une initiative intitulée Paroisse pour la vie. De quoi s’agit-il ?

Cette année scolaire et universitaire qui s’ouvre marque les 25 ans de l’Evangile de la Vie. Cette Lettre Encyclique, Saint Jean Paul II la considère comme le document central de l’enseignement de son pontificat. C’est dire si nous trouvons dans ces pages, après 25 ans, vraiment de quoi accompagner la vie et l’engagement de notre Baptême. La paroisse est un lieu privilégié, précieux, “la fontaine du village” comme disait Saint Jean XXIII. De là, découle la Vie de Dieu : les Sacrements. La Parole de Dieu écoutée, reçue. Alors, rien de plus naturel pour nous que d’encourager les paroisses à devenir paroisse pour la vie, avec tout simplement, trois axes proposés :

  • prier la prière pour la Vie de Saint Jean Paul II. Cette belle prière qui conclue son Encyclique. (Disponible en image pour être largement diffusée, auprès de l’Evangile de la Vie).
  • Puis, proposer la formation cette année, autour de l’Encyclique.
  • Et ensuite, traduire par une charité inventive et audacieuse selon les besoins de notre paroisse, d’un doyenné,  ces actions en faveur de la vie depuis sa conception jusqu’à son terme naturel et son entrée dans la Gloire.

Il est bon aussi de faire connaitre ce qui se vit déjà ici ou là. C’est, de fait, une vraie mobilisation des paroisses, comme Jean Paul II appelait à une mobilisation générale par la prière en premier lieu, pour un réveil des consciences. L’enjeu est primordial : le salut des âmes !

Nous allons probablement faire face à de nouvelles attaques de la culture de mort à l’occasion de la prochaine loi de bioéthique. Comment s’y préparer spirituellement et politiquement ?

Des défis et enjeux importants et décisifs sont devant nous : PMA, GPA. D’autres sont présents ou arrivent, comme la clonage, la chimère. Nous sommes en présence d’un monde non seulement sans Dieu, qui refuse Dieu, mais en rébellion contre Dieu. Cette logique du refus de Dieu se retourne contre l’homme lui-même et son semblable, au point de vouloir disparaître parce que nous avons tout raté ((Cf Cad Ratzinger dans Regarder le Christ et Au commencement Dieu créa. Ed Fayard). C’est le refus de la Miséricorde Divine. Nous sommes en présence du péché contre l’Esprit-Saint qui prend cette forme particulièrement forte.

Puisque nous avons tout raté, faisons un monde nouveau : par étapes, le transhumanisme. Nous sommes en plein dans le règne de Nietzsche : la négation de Dieu. La négation et le refus d’être créés à l’image et ressemblance de Dieu. Cette dignité devient insupportable. Donc faisons une humanité nouvelle… finalement, sans l’homme lui-même. Avec un “sur-homme”. Nous sommes devenus aveugles, aussi par nos silences qui finissent par être complices avec cette oeuvre de destruction de la personne humaine créée à l’image et ressemblance de Dieu, et appelée à partager sa Gloire. Benoit XVI, dans Caritas in Verirate le dit en ces termes “L’homme est désormais parvenu à la racine de la vie”. C’est précisément ici que se trouve le point central du combat actuel que nous vivons : l’arbre de vie. Toutes les questions actuelles, depuis le refus d’Humanae Vitae, tournent autour de cette réalité de l’arbre de vie.

La réponse d’un baptisé est d’abord d’accentuer sa vie intérieure, sa vie spirituelle. Autrement, nous risquons de nous décourager et d’abandonner le combat. Mettre Dieu à la première place, vraiment, dans ma vie. C’est ce qu’enseignaient Saints Louis et Zélie Martin à leurs enfants, dont Sainte Thérèse. Autrement, nous n’en sortirons jamais de ces impasses folles et diaboliques.  Puis, de travailler les enseignements de l’Eglise, comme Humanae Vitae, Evangelium Vitae, Veritatis Splendor, sans oublier deux textes de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, si lumineux : Donum Vitae (1987) et Dignitas Personae (2008).

Face au transhumanisme nous avons la réponse. C’est la Transsubstantiation. La Messe quotidienne, où la Gloire de Dieu vient habiter le baptisé. Ainsi, sur chaque visage humain s’inscrit le Visage de Dieu (Cf Benoit XVI, homélie du 15 août 2005)

Après, comment traduire cela en politique ? Par une révolution. Laquelle ? Être cohérent avec son Baptême, la Loi Naturelle et la Parole de Dieu… jusque dans les urnes et l’engagement quotidien. Ce sont les principes non négociables dont parlaient Benoit XVI. C’est la seule issue possible.

Trop souvent, les pasteurs de l’Eglise de France restent silencieux devant les « démons homicides ». Comment nous, fidèles catholiques, pouvons nous les aider à porter la parole prophétique dont notre société a tant besoin ?

“Si nous nous taisons, les pierres crieront” dit la Parole de Dieu. Ces pierres, les maux de notre temps, ont été annoncés par Paul VI dans Humanae Vitae, au chapitre 17. Nous sommes en présence d’une immense détresse. Elle attend une oreille attentive dans nos paroisses, pour être des lieux de consolation, et de résurrection par la Grâce.

Nous fêtons tout au long de cette année les 25 ans de la grande encyclique de Jean Paul II Evangelium vitae. Comment pouvons nous aider à diffuser ses enseignements autour de nous?

Il me semble que les 25 ans de l’Encyclique de Jean Paul II se présentent comme une grâce pour chacun de nous. Cet anniversaire tombe à pic alors que des questions importantes, des enjeux importants sont devant nous. Alors, chacun peut lire, s’approprier cette Lettre. Tout simplement en lisant par exemple un paragraphe par jour après avoir invoqué le Saint Esprit qu’Il vienne habiter mon cœur et mon intelligence. Que l’Esprit Saint me guide dans cette lecture et que cette lecture se fasse nourriture pour mon âme et mon intelligence. Elle se transformera naturellement en charité concrète dans ma famille, ma paroisse, mon travail, dans mon quartier.

Nous proposons avec “Paroisse pour la Vie”, que la Lettre Encyclique devienne le texte majeur qui sera lu en paroisse cette année. Chacun fera comme il est possible. Petit à petit, les pages s’ouvrent et sort la lumière dont nous avons besoin, le souffle missionnaire dont nous avons besoin pour être présents et répondre à nos contemporains, répondre et transmettre cette Espérance qui ne déçoit pas. Cette Espérance encouragera, ouvrira des portes, pour proposer d’ouvrir une antenne locale d’écoute, de se mettre en lien avec des mouvements ou associations, d’organiser une journée pour la Vie cette année, de favoriser la fête des mères etc… Les idées ne manquent pas. Nous en proposons sur le site Paroisse pour la Vie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

< Voir toutes les actualités

Archives