Accueil > Evénements > Actualité > Avec Saint Maximilien kolbe

Actualité

Avec Saint Maximilien kolbe

Publiée le 13-10-2022

     Le diable enrage en présence de l’Immaculée, écrit le Père Kolbe, dont nous fêtons le 40ème anniversaire de sa canonisation par Jean Paul II, en ce mois d’octobre 2022, mois du Rosaire. L’Ecriture Sainte nous dit : « Je mettrai une hostilité entre toi et la femme, entre ta descendance et sa descendance : celle-ci te meurtrira la tête, et toi, tu lui meurtriras le talon » (Gn 3,15). La lutte contre l’Immaculée continue.    

     Alors, comment lutter contre le péché ?

     Pourquoi en est-il ainsi ?

   

 

     Parce qu’elle est l’Immaculée et le diable est maculé : ils ne peuvent pas s’entendre. Ils sont obligés de s’affronter sans cesse.

     Le péché n’est rien d’autre que le manque d’accord entre ma volonté et la volonté de Dieu. Marie est immaculée parce qu’elle désire que seule la volonté de Dieu soit faite.   

     C’est là que commence la haine de Satan contre l’Immaculée. C’est pour cela qu’il a perdu le paradis. Il n’a pas voulu servir, il a voulu se fabriquer le paradis tout seul. Cependant, il a oublié que tout ce qu’il avait était un don de Dieu.

     Voilà son orgueil face à l’humilité de l’Immaculée. Voilà son péché face à la pureté de l’Immaculée. Et voilà la raison de leur lutte.

     Cette lutte se reproduit dans chaque âme et elle s’intensifie dans la mesure de l’union de la volonté de l’âme à la volonté de l’Immaculée, c’est-à-dire dans la mesure de l’amour. Donc, que personne ne pense qu’il pourra éviter les tentations et les contrariétés. Sauf que l’âme qui appartient à l’Immaculée se sent inébranlable au plus profond d’elle-même. Le diable peut l’atteindre au talon, mais il n’est pas capable de la secouer tout entière, à condition que l’âme ne fasse confiance qu’en l’Immaculée et non en soi-même. Alors, chaque effort du diable deviendra le mérité de l’âme.

    En ce qui concerna la vie surnaturelle, nous ne pouvons rien faire sans l’aide de Dieu. Nos efforts sont le fruit de la grâce. Nous n’avons donc pas de raison de nous décourager à cause de nos chutes. S’il nous arrive de tomber souvent en matière grave, cela prouve que nous avons encore beaucoup d’amour-propre.

     Profitons de nos chutes. Dieu les permet dans ce but : nous faire grandir en humilité, ne pas nous énerver contre nous-mêmes mais mieux connaître notre misère. Si nous étions humbles, le Seigneur ne permettrait aucune chute. La Sainte Vierge a été humble pendant toute sa vie ; en même temps, elle connaissait sa dignité et elle reconnaissait les grandes choses de Dieu. L’humilité ne consiste pas à ne pas voir les grâces de Dieu, mais à ne pas se les attribuer. L’âme qui se sent supérieure aux autres finit par tomber.

     La chute arrive toujours à cause du manque d’humilité. Demandons à Marie de nous donner la grâce de l’humilité afin que nous n’ayons pas besoins de chutes comme remède, parce que celles-ci attristent le Seigneur Jésus.

     De notre côté, veillons à ce que ce vas – c’est-à-dire notre âme – soit vide, humble. Oui, l’humilité est la source de toutes les vertus, comme l’orgueil est la source de tous les péchés. Le péché originel fut celui de l’orgueil. Le Seigneur Jésus a dit : « Mettez-vous à mon école, car je suis doux et humble de c½ur » (Mt 11,29a). Les grâces les plus abondantes ce trouvent dans l’humilité profonde, lorsque nous reconnaissons que nous ne sommes rien par nous-mêmes. Dieu a créé l’univers entier à partir du néant ; tout est donc l’½uvre de Dieu. Tout ce que nous pouvons, nous le pouvons grâce à lui ; tout ce que nous faisons, nous le faisons parce qu’il le permet.

      Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus dit qu’il n’est pas vrai d‘affirmer que nos vertus ne sont pas le don de Dieu. L’humilité consiste justement à être capable de voir les dons de Dieu en nous, de reconnaître que les vertus viennent vraiment de Dieu et d’éveiller la reconnaissance dans nos c½urs.

 

< Voir toutes les actualités

Archives