Accueil > Evénements > Actualité > Les prophétie d'Humanae Vitae - P. Paul Marx, fondateur de Human Life International

Actualité

Imprimer la page

Les prophétie d'Humanae Vitae - P. Paul Marx, fondateur de Human Life International

Publiée le 29-03-2010

     Le P. Paul Marx, fondateur de Human Life International, est décédé il y a quelques jours. Il venait de faire parvenir au Population Research Institute, une réflexion intitulée « Les prophéties d'Humanæ Vitæ ». Traduction :

      "Le 25 juillet 1968, l'encyclique Humanæ Vitæ de Paul VI réaffirmait l'enseignement catholique sur la vie, l'amour et la sexualité humaine. Dans ce texte, il dressait la liste des conséquences d'une existence vécue en dehors de l'enseignement catholique. Il prédisait que :

1. La contraception conduirait à l'infidélité conjugale.
2. La pratique contraceptive conduirait à “un abaissement général de la moralité”.
3. La contraception conduirait les hommes à cesser de respecter le femmes dans leur intégralité, et les amènerait à traiter les femmes comme “de simples instruments du plaisir égoïste” plutôt que comme des partenaires chéries.
4. Et, finalement, l'acceptation généralisée de la contraception au sein des couples conduirait à l'imposition massive de la contraception par des gouvernements sans scrupule.

En d'autres mots, le pape Paul VI prédisait que la contraception évoluerait d'un “choix de mode de vie” à une arme de destruction massive. Comme sa prophétie a été affreusement justifiée par les programmes de contrôle démographique et de stérilisation imposée, par la réduction des taux de fécondité et la promotion de l'avortement pratiquement partout dans le monde. La destruction par la contraception de l'intégrité de l'acte marital – unitif et procréatif – a de terribles conséquences pour la société et pour nos âmes. La contraception, pour le dire autrement, est le rejet de la manière dont Dieu voit la réalité. C'est un coin enfoncé dans dans la sphère de communion la plus intime que l'homme puisse connaître en dehors du Saint Sacrement de la Messe. C'est un poison dégradant qui flétrit la vie et l'amour, dans le mariage comme dans la société. En brisant le lien ordonné, naturel et divin, entre le sexe et la procréation, les hommes et les femmes – mais plus particulièrement les hommes – se concentreront sur les possibilités hédonistes qu'offre le sexe. Les gens cesseront de considérer le sexe comme quelque chose qui était intrinsèquement lié à une nouvelle vie et au sacrement du mariage. Quelqu'un peut-il douter que c'est là où nous en sommes aujourd'hui ?"

Source : Daniel Hamiche

< Voir toutes les actualités

Archives