Accueil > Evénements > Actualité > La famille fondée sur le mariage entre un homme et une femme, selon le regard de Dieu, n’est pas une idéologie, mais une réalité.

Actualité

La famille fondée sur le mariage entre un homme et une femme, selon le regard de Dieu, n’est pas une idéologie, mais une réalité.

Publiée le 27-10-2022

   

   Le 24 octobre 2022, le Pape a rencontré les membres de la communauté académique de l’Institut pontifical théologique Jean-Paul II pour les sciences du mariage et de la famille. Extrait de son discours :

--------------------------------------

    
 

 

     La famille humaine demeure une irremplaçable « grammaire anthropologique » des liens humains fondamentaux. C’est là, dans la famille, que la force de tous les liens de solidarité et d’amour apprend ses secrets. Lorsque cette grammaire est négligée ou bouleversée, tout l’ordre des relations humaines et sociales en subit les conséquences. Et ce sont parfois des blessures profondes, très profondes…
     … La qualité du mariage et de la famille décide de la qualité de l’amour de chaque personne et des liens de la communauté humaine elle-même. Il est donc de la responsabilité de l’Etat et de l’Eglise d’écouter les familles, en vue d’une proximité affectueuse, solidaire et efficace : de les soutenir dans le travail qu’elles réalisent déjà pour tous, encourageant leur vocation à rendre le monde plus humain, c’est-à-dire plus solidaire et plus fraternel. Nous devons protéger la famille mais non l’emprisonner, la faire grandir comme elle le doit. Méfiez-vous des idéologies qui s’immiscent pour expliquer la famille d’un point de vue idéologique. La famille n’est pas une idéologie, c’est une réalité. Et une famille grandit avec la vitalité de la réalité. Mais lorsque les idéologies viennent expliquer la famille ou lui donner un verni, il arrive ce qui arrive et tout est détruit. Il existe une famille qui a cette grâce d’être un homme et une femme qui s’aiment et qui créent, et pour comprendre la famille, nous devons toujours aller au concret, non aux idéologies. Les idéologies ruinent, les idéologies s’immiscent pour tracer un chemin de destruction. Méfiez-vous des idéologies !
     Nous ne devons pas attendre que la famille soit parfaite pour prendre soin de sa vocation et encourager sa mission. Le mariage et la famille auront toujours des imperfections, jusqu’à ce que nous arrivions au ciel. Aux jeunes mariés, je dois toujours : si vous voulez, disputez-vous, tout ce que vous voulez, mais à condition que vous fassiez la paix avant la fin de la journée. Cette capacité de la famille à « se refaire » face aux difficultés est une grâce, parce que si elle ne se refait pas, la « guerre froide » du lendemain est dangereuse. Et pourtant, nous remettons au Seigneur notre imperfection même parce que tirer de la grâce du sacrement une bénédiction pour la créature, à laquelle est confiée la transmission du sens de la vie – pas seulement de la vie physique –, est le « possible » de Dieu.
     Mais dans cette société toute fissurée, cela dépend beaucoup de la redécouverte de la joie de l’aventure familiale inspirée par Dieu. Pendant trente ans, l’incarnation du Fils Unique a consisté à habiter et à s’enraciner dans les liens familiaux et communautaires de sa condition humaine. Ce n’était pas un simple temps d’ « attente », c’était un temps d’ « entente » avec la condition humaine la plus ordinaire, habitée par le regard fixé sur les « affaires de son Père » (cf. Lc 2, 49). Je voudrais vous raconter une expérience que j’ai faite sur la Place (Saint-Pierre)... Un couple, qui semblait jeune – 60 ans de mariage ! – si, ils étaient jeunes parce qu’à l’époque, elle avait 18 ans et lui 20, et j’ai dit : « Mais vous ne vous ennuyez pas après tant d’années ? Vous allez bien ? ». Ils se sont regardés, je suis resté là et puis ils se sont tournés, ils pleuraient : « Nous nous aimons ». Voilà leur réponse au bout de 60 ans. Cela a été la meilleure, la plus belle théologie sur la famille que j’ai vue.
     Que le Seigneur accompagne la passion de votre foi et la rigueur de votre intelligence, dans cette tâche formidable de soutenir cette bénédiction qu’est la famille pour les créatures et pour l’Eglise, d’en prendre soin et de la réjouir – oui, de la réjouir aussi. … Que la Mère du Seigneur qui, plus que nous tous, est experte de ce lien entre le mystère salvifique de la nouvelle créature et la condition familiale des liens humains, vous accompagne et vous garde.


 

< Voir toutes les actualités

Archives