Accueil > Evénements > Actualité > La pilule contraceptive est bien un produit chimique de synthèse

Actualité

Imprimer la page

La pilule contraceptive est bien un produit chimique de synthèse

Publiée le 16-11-2011

Lu ici :

"A l'heure où la suspicion s'étend sur tout ce qui est médicament, ou plus ou moins chimique, et où l'on revendique de partout le retour à la nature il semble que pour la pilule contraceptive il y ait une sorte d'anesthésie des consciences. Nulle part on n'aborde le risque santé qui est un risque majeur. On occulte complètement cette donnée fondamentale, qu'une pilule contraceptive est bien un produit chimique de synthèse dont l'action est de contrecarrer la nature, de bloquer un cycle naturel mensuel qu'elle est avant tout un médicament et comme tel, elle est soumise à des règles de prescription précises qui comprennent des indications et des contre indications et qu'en aucun cas elle ne peut être « généralisée. » [...] Ce d'autant plus que la durée prévisible d'utilisation de ce moyen contraceptif peut bien s'étaler sur plusieurs années avec une surveillance aléatoire des risques pourtant bien réels que constituent l'obésité, le diabète, l'hypertension [...].

Depuis juin 2005 le Centre international de Recherche contre le cancer a classé la pilule contraceptive dans le groupe I, c'est-à-dire celui des substances cancérigènes. La pilule favorise le cancer du sein surtout quand elle est administrée avant une première grossesse et que s'y ajoutent d'autres xéno-oestrogènes. Les xéno-oestrogènes sont des hormones étrangères à l'organisme, des produits synthétiques dont l'action est identique à celle des oestrogènes naturels. Parmi ces xéno-oestrogènes figurent le chlordécone et les autres pesticides organochlorés comme le DDT, et aussi le Bisphénol A. Nous savons d'après l'étude HIBISCUS faite en Guadeloupe en 2005 que 80% des femmes ont du chlordécone dans le sang. Et nous savons aussi que 90% de la population a du Bisphénol A dans le sang.

On sait également que le cancer du sein est plus fréquent en cas de puberté précoce ce qui malheureusement est le cas de bien des adolescentes. Et qu'il se développe sur une glande mammaire immature c'est à dire plus volontiers chez une femme qui n'a jamais eu d'enfant. Toutes les conditions sont réunies pour qu'apparaisse 15-20 ans après la généralisation de la contraception à 14 ans, une éclosion de cancers du sein dont il faudra prévoir le dépistage et le suivi. L'incidence du cancer du sein a triplé en 20 ans et il touche des femmes de plus en plus jeunes en Martinique comme dans l'Hexagone."

 

< Voir toutes les actualités

Archives