Accueil > Evénements > Actualité

Actualité

Prendre soin de nos défunts

Publiée le 18-10-2018

    

     L'Evangile de la Vie propose de prendre soin de nos défunts en rejoignant nombre de personnes participants à un enterrement désireuses de prier, ne sachant pas quelle prière dire.

    Des millions de personnes entrent dans nos églises chaque année pour participer à un enterrement. Des millions vont rendre visite à leurs défunts dans les cimetières ces prochains jours.

     Une image prière est disponible (feuillet de 4 pages), à diffuser à chaque personne participant à un enterrement, pendant cette année. Elle est disponible sur simple demande (bien préciser le nombre désiré). Libre participation aux frais (AD-Evangile de la Vie 32 Cours de la République 845400 Bollène). Ou en soutenant l'Evangile de la Vie par un don (un reçu fiscal vous sera envoyé)

     Un moyen concret d'évangélisation dans notre pays où les personnes ont tellement soif de Dieu.

 

 

 

 

L'avortement au Canada :

Publiée le 17-10-2018

Les chiffres communiqués au National Post par les ministères provinciaux de la Santé montrent que plus de 13 000 pilules abortives ont été prescrites au Canada depuis l’autorisation du Mifegymiso en janvier 2017. Cette pilule coûte entre 300 et 450 dollars. Comme il n’existe pas de « couverture publique » de ces frais, certaines provinces l’offrent gratuitement aux patients, d’autres non. L’Alberta, par exemple, prend en charge le coût du Mifegymiso depuis juillet 2018 pour 2 190 prescriptions effectuées à compter de cette date, en plus des 7 197 avortements chirurgicaux.

 

Lire la suite

Angleterre

Publiée le 17-10-2018

   Anita Hyams a accouché de son troisième enfant à seulement 23 semaines et cinq jours de grossesse, soit deux jours avant la fin du délai légal d’avortement au Royaume-Uni. Il ne pesait que 567 gr. Dès sa naissance, le petit William a respiré, avant d’être rapidement placé sous oxygène. Après plusieurs mois en unité de soins intensifs, William est rentré chez lui avec ses parents. C’est aujourd’hui un petit garçon de seize mois en bonne santé.

    « J’étais enceinte de seulement 23 semaines quand j’ai commencé à accoucher, et je savais que l’on peut pratiquer des avortements jusqu’à 24 semaines ». Elle raconte qu’en découvrant son petit garçon, « c'était comme regarder un petit miracle. Il était complètement formé(…) Tous ses doigts et ses orteils étaient là, il ressemblait à la version miniature d'un bébé (…), il était si petit, juste de la taille de [sa] main ». Et pourtant « les gens avortent jusqu’à 24 semaines, et regardez William, un bébé bien vivant, donnant des coups de pieds et complètement formé ».

     Pour la maman, « suite à cette expérience, je pense que la limite pour l’avortement devrait être plus tôt, ou au moins abaissée » à 22 semaines.

------------------------------

Sources: Mirror, Rosa McMahon (15/10/2018

Si elle a lieu, « l’ouverture de la PMA pour les femmes supposera « une refonte du droit de la filiation »

Publiée le 11-10-2018


Si elle a lieu, « l’ouverture de la PMA pour les femmes supposera « une refonte du droit de la filiation », estime maître Adeline Le Gouvello, qui souligne les changements et les impasses légales d’une telle évolution. En effet,

  •     La filiation ne reposera plus que sur la seule volonté des parents, notamment par le biais « d’une déclaration d’intention d’être parents auprès de l’Etat civil ».
Lire la suite

Le Pape demande de prier le chapelet et Saint Michel archange chaque jour d'octobre...

Publiée le 29-09-2018

    Devant les innombrables attaques du Démon, le Saint-Père demande avec urgence et gravité, que chaque jour du mois d'octobre soit prié le chapelet ; et d'ajouter au terme du chapelet la plus ancienne prière à Marie, le Sub Tuum. Et de conclure avec la prière à Saint Michel Archange (voir ci-dessous). A la prière mariale, le Saint-Père demande la pénitence. Une belle occasion pour découvrir ou redécouvrir le jeûne.

    Nous sommes en profonde communion avec le Saint-Père. En effet, il n'y a que par la prière du chapelet et la pénitence, que la tête du Serpent sera écrasée. Nous prions pour les intentions du Saint-Père, pour les intentions de la vie et de la famille. Pour l'Eglise.

     Déjà, le Pape Jean Paul II, le 24 avril 1994, au jour de la béatification de Jeanne Beretta Molla, avait demandé au terme de la prière du Regina Caeli, que soit priée chaque jour après la Messe, la prière à Saint Michel Archange. Prière donnée lar le Pape Léon XIII.

     Voilà un bon plan pour la prière en famille en ce mois du Rosaire !

Lire la suite

Choisis donc la vie...

Publiée le 28-09-2018

Lire la suite

Les enjeux d'une vraie conversion.

Publiée le 28-09-2018

 Paroles de Marthe, à l'occasion de l'Année Sainte 1975

     "Nous devons laisser en arrière tout le passé, ne pas revenir sur  nos défauts. Regarder tout en avant, avec une nouvelle fidélité dans notre réponse à l'appel de Dieu, qu'il faut repenser. Don à renouveler et à rajeunir. Retrouver pleine jeunesse de coeur, ne pas traîner certains endurcissements, repliements, laisser-aller, accoutumances, qui peuvent nous rendre moins généreux et moins fidèles en face de l'Appel de Dieu"

Padre Pio et Humanae Vitae

Publiée le 23-09-2018

     Le 25 juillet 1968, le Pape Paul VI publiai"HumanaeVitae", Lettre Encyclique sur l'amour humain et la régulation naturelle des naissances. Le Pape Paul VI se retrouva alors isolé, abandonné, comme Jésus. ce fut pour le Pape Paul VI une très grande épreuve. Cette épreuve, Padre Pio l'a ressentie profondément. A tel point qu'il a tenu à écrire au Pape une lettre, dont voici un extrait concernant Humanae Vitae :

     "«Je sais que votre coeur souffre beaucoup ces jours-ci pour le destin de l'Église, pour la paix dans le monde, pour les si nombreux besoins des peuples, mais surtout à cause du manque d'obéissance de certains Catholiques à l'égard du haut enseignement que vous nous donnez, assisté par l'Esprit-Saint et au nom de Dieu. Je vous offre ma prière, et ma souffrance quotidienne… afin que le Seigneur vous réconforte par sa grâce, pour continuer à suivre le chemin droit et difficile, en défendant l'éternelle vérité…

     Je vous remercie également des paroles claires et décisives que vous avez prononcées, particulièrement dans la dernière encyclique Humanæ vitæ, et je réaffirme ma foi, ainsi que mon obéissance inconditionnelle à vos directives éclairées.

    Que le Seigneur veuille accorder le triomphe à la vérité, la paix à son Église, la tranquillité aux peuples de la terre, la santé et la prospérité à votre Sainteté, afin que, lorsque ces bourrasques passagères se seront dissipées, le Règne de Dieu triomphe" dans tous les cœurs."

     Cette lettre est datée du 12 septembre 1968. Padre Pio mourut quelques jours, le 23 septembre.

Le Pape François aux veuves

Publiée le 06-09-2018

 

Le Pape François, le 6 septembre 2018

-------------------------------------------------------------

C’est avec joie que je vous accueille à l’occasion de votre Pèlerinage à Rome. En vous remerciant pour votre présentation, je veux exprimer mon cordial salut aux membres de la "Fraternité Notre Dame de la Résurrection" et de la "Communauté Anne la Prophétesse", aujourd’hui implantées dans plusieurs pays du monde, ainsi qu’aux prêtres accompagnateurs, et, à travers vous, à toutes les personnes qui sont éprouvées par la mort de leur conjoint.

Lire la suite

Entre la sélection prénatale et la sélection terminale, l’homme moderne progresse sous l’étendard de l’avortement et l’euthanasie

Publiée le 04-09-2018

 Jean-Marie Le Méné dans Valeurs Actuelles :

----------------------------------------------------------------------------
     "La rentrée politique sera une homélie. Quand on débattra de la loi de bioéthique, nous aurons droit aux versets de la Révélation moderne. L’homme ne vient de nulle part et ne va nulle part. Il n’a ni ascendance ni descendance. D’ailleurs, il n’est rien, il se choisit et se crée à chaque instant, homme, femme ou autre chose. Issu d’un être embryonnaire qui n’est pas respectable, l’homme est promis à devenir un être grabataire qui ne sera plus respecté. Entre la sélection prénatale et la sélection terminale, l’homme moderne progresse sous l’étendard de l’avortement, de l’euthanasie et de l’optimisme. Ses parents seront achevés et ses enfants fabriqués, mais l’homme moderne est content. « Toutes les guerres depuis le Déluge ont eu pour musique l’optimisme. Tous les assassins voient l’avenir en rose, ça fait partie du métier. Ainsi soit-il » écrivait Céline.
   

Lire la suite

3 septembre 1978 : 40 ans de la première homélie du Pape Jean Paul I

Publiée le 03-09-2018

Le 3 septembre 1978, il y a 40 ans, le Pape Jean Paul I prononçait sa première homélie. Il s'adressait aux catholiques et aux hommes de bonne volonté, en ces termes :

------------------------------------

Vénérables Frères et chers fils,

Dans cette sainte célébration, qui marque solennellement le commencement du ministère de Pasteur suprême de l'Eglise qui a été placé sur nos épaules, Nous nous tournons d'abord dans l'adoration et la prière vers Dieu, infini et éternel, qui, par une décision humainement inexplicable et dans sa grande bienveillance, Nous a fait accéder à la Chaire de Pierre. Les paroles de l'apôtre saint Paul Nous viennent spontanément aux lèvres : "O profondeur des richesses de la sagesse et de la science de Dieu : combien ses jugements sont incompréhensibles, et indiscernables ses voies !" (Rm 11, 33).

Lire la suite

Bienheureuse Anna Kolesarova une Maria Goretti slovaque

Publiée le 02-09-2018

Anna Kolesarova, vierge et martyre (14 juillet 1928 – 22 novembre 1944), a été béatifiée en Slovaquie, samedi, 1er septembre 2018: le pape a salué son courage et l’a donnée en modèle aux jeunes chrétiens, après l’angélus de ce dimanche 2 septembre, place Saint-Pierre, en présence de quelque 25 000 visiteurs, selon la gendarmerie vaticane.

Lire la suite

J'aime Saint Joseph. Jamais il n'a dit non

Publiée le 02-09-2018

Pape François, le 31 août 2018 (photo une statue de Saint Joseph chez le Pape François. Le Saint-Père dépose sous la statue ses intentions de prière)

-------------------------------------------------------------

     J’aime saint Joseph, il a une telle « puissance » ! Depuis plus de quarante ans, je récite une prière que j’ai trouvée dans un ancien missel français qui dit de saint Joseph : « … dont la puissance sait rendre possibles les choses impossibles ». Le pouvoir de saint Joseph. Jamais, jamais il n’a dit non. Nous devons en tirer du courage...
     ... Saint Joseph de Nazareth. à partir de l’imitation de son style de vie discret, humble et laborieux. Il a vécu avec fidélité et simplicité sa vocation de gardien de Marie et de Jésus. Il a été proche de son épouse dans les moments joyeux et dans les moments difficiles et avec elle il a établi une merveilleuse familiarité avec Jésus qu’il avait continuellement sous les yeux...

Lire la suite

Notre époque est celle du relativisme...

Publiée le 02-09-2018

    

     "Notre époque est celle d’un relativisme croissant qui mine à la base l’édifice de la foi et prive de sa signification l’idée même de la fidélité chrétienne" - 31.8.2018

Prière Universelle à la Messe en cette veille de rentrée des classes

Publiée le 01-09-2018

- Pour les enfants qui entrent à l’école maternelle et qui découvrent de nouveaux amis ; afin que leur cartable ne manque jamais de crayons et de feutres de couleur pour dessiner et refléter la beauté du monde, voulue et donnée par Dieu.

 

- Pour les enfants qui, en cours préparatoire, commencent à lire ; afin que l’apprentissage des lettres leur apporte la joie des découvertes de la lecture et de l’écriture.

 

- Pour les enfants dont le cartable portera les livres de catéchisme et les conduira à préparer la confirmation et la première communion.

 

- Pour les jeunes qui entrent au collège et dont le cartable portera les joies, les peines, les tourments et les espoirs de l’adolescence.

 

- Pour les lycéens dont le cartable s’alourdit de toutes les perspectives d’orientation ; afin que leurs parents, professeurs et amis les aident, avec le don de Conseil et de discernement qu’apporte l’Esprit Saint à s’engager sur la voie de leur future profession.

 

- Pour les étudiants dont le cartable s’amincit ; afin que leur attachement au Christ se fortifie et s’enracine dans la foi par la charité.

 

- Pour tous les parents et grands parents qui portent aussi le poids des cartables et reçoivent les confidences des jeunes ; afin qu’ils sachent toujours encourager et stimuler avec une douce force et une juste compréhension des difficultés.

 


Prions le Seigneur :

Dieu notre Père, écoute la prière de ces enfants qui te présentent aujourd’hui leur cartable comme symbole de leur travail. Donne-leur de grandir tout au long de cette année dans la foi, l’espérance et la charité, et prépare-les toi-même à la mission que tu veux leur confier pour leur bonheur et ta gloire. Par Jésus-Christ.

 

Pour une vraie conversion

Publiée le 29-08-2018

Mgr Athanasius Schneider, de Astana (Khazakstan), a écrit un document en réponse au témoignage de l’archevêque Carlo Maria Viganò. Extrait de la traduction par Benoît-et-moi :


    "[...] Il est totalement insuffisant et peu convaincant, que les autorités ecclésiastiques continuent à faire des appels pour que l’on ne tolère aucun cas d’abus sexuels de la part des prêtres et que l’on cesse de couvrir ces situations. Egalement totalement insuffisantes sont les demandes de pardon stéréotypées de la part des autorités de l’Église. Les dites demandes de tolérance zéro et de pardon ne seront dignes de crédit que si les autorités de la Curie mettent les cartes sur table en faisant connaître les noms et prénoms de tout membre de la Curie, quels que soient sa charge et son titre, ayant couvert des abus de mineurs et de subordonnés.

    Du document de Mgr Viganò nous pouvons tirer les conclusions suivantes:

  

Lire la suite

C'est la rentrée...

Publiée le 27-08-2018

Bonne rentrée familiale, scolaire, universitaire, après ce temps de vacances.

Nous vous proposons (chacun peut adapter suivant son lieu, ses besoins) :

 

- la Bénédiction des cartables. Cette année, nous avons ajouté la prière à l'Esprit Saint que Jean Paul II avait apprise de son  père. Cette prière qui a accompagné le saint Pape durant toute sa vie. (N'hésitez pas à nous envoyer des photos avec permission de les publier sur le journal et les réseaux)

Télécharger le document en .pdf

- un chapelet avec son dépliant explicatif  pour mettre dans les cartables, ou lors d'un moment de prière spécial de remise du chapelet, ou bien... Nous proposons des chapelets par lot de 100, chaque chapelet en plastique dans une pochette plastique. Avec un petit feuillet en couleur de 8 pages, pour expliquer et entrer dans la prière du chapelet. (lot de 100 chapelets : offrandes 45€ port inclus à l'Evangile de la Vie)

- Ce Bonheur que tu cherches : un livre entretien entre le coeur d'un prêtre et le coeur de jeunes, sur des questions qu'ils se posent. Ce livre est un itinéraire pour une aumônerie, pour une préparation à la Confirmation... (15-22 ans). Ed de l'Emmanuel. Chez votre libraire ou à défaut à l'Evangile de la Vie

 

Lire la suite

Que les familles deviennent toujours plus conscientes de leur rôle irremplaçable dans la transmission de la foi

Publiée le 26-08-2018

 

     Dimanche 26 août 2018, le Saint-Père a rencontré les évêques d'Irlande. Au sujet de la famille, le Saint-Père s'est exprimé en ces termes :

-----------------------------------------------------------

     "Comme nous l’avons mentionné dans notre conversation à Rome, la transmission de la foi dans son intégrité et sa beauté représente un défi significatif dans le contexte de la rapide évolution de la société. La Rencontre mondiale des Familles nous a donné une grande espérance et un encouragement en ce qui concerne le fait que les familles deviennent toujours plus conscientes de leur rôle irremplaçable dans la transmission de la foi. En même temps, les écoles catholiques et les programmes d’instruction religieuse continuent à développer une fonction indispensable pour créer une culture de foi et un sens de disciple missionnaire. Je sais que c’est un sujet de soin pastoral pour vous tous. L’authentique formation religieuse demande des enseignants fidèles et joyeux, capables de former non seulement les esprits, mais aussi les cœurs à l’amour du Christ et à la pratique de la prière. La préparation de tels enseignants et la diffusion de programmes pour la formation permanente sont essentiels pour l’avenir de la communauté chrétienne, dans laquelle un laïcat engagé sera davantage appelé à porter la sagesse et les valeurs de sa foi à l’intérieur de l’engagement dans les divers secteurs de la vie sociale, politique et culturelle du pays.

 

 

 

 

 

Familles, vivez la sainteté au quotidien

Publiée le 26-08-2018

 

     Samedi 25 août, le Saint-Père rencontrait à Dublin, en Irlande, des familles venues du monde entier à l'occasion de la Rencontre Mondiale des Familles. Après divers témoignage, le Pape a encouragé les familles à vivre la sainteté au quotidien, en ces termes (intégralité du discours):

---------------------------------------------------------------------------

 

Je vous remercie de votre accueil chaleureux. C’est bon d’être ici ! C’est bon de célébrer, parce que cela nous rend plus humains et plus chrétiens. Cela nous aide aussi à partager la joie de savoir que Jésus nous aime, nous accompagne dans le voyage de la vie et nous attire chaque jour plus près de lui.

Lire la suite

Après l'Irlande, Rome en 2021

Publiée le 26-08-2018

     Le pélerinage des familles du monde lancé par Saint Jean Paul II continue ssa route. Ainsi, au terme de l'étape de Dublin, en Irlande, ce dimanche 26 août 2018, le Pape François a annoncé que la prochaine Rencontre Mondiale des familles aurait lieu à Rome en 2021.

    Chaque Rencontre Mondiale est un encouragement pour chaque famille à vivre la sainteté au quotidien, la prière en famille. La famille, première école de la foi et de l'amour. Première école de prière. Première école de charité.

La famille, ciment de la société

Publiée le 25-08-2018

 

     Extraits de la rencontre du Pape François avec les Autorités et le Corps Diplomatique, en Irlande, samedi 25 août 2018 :

----------------------------------------------------------------------

     Comme vous le savez, la raison de ma visite est ma participation à la Rencontre Mondiale des Familles, qui a lieu cette année à Dublin. L’Église est, en effet, une famille de familles, et elle ressent la nécessité de soutenir les familles dans leurs efforts pour répondre fidèlement et joyeusement à la vocation que Dieu leur a donnée dans la société. Pour les familles, cette rencontre est une opportunité, non seulement pour réaffirmer leur engagement à la fidélité affectueuse, à l’aide mutuelle et au respect sacré du don divin de la vie sous toutes ses formes, mais aussi pour témoigner du rôle unique exercé par la famille dans l’éducation de ses membres et dans le développement d’un tissu social sain et florissant.

Lire la suite

L’amour de Jésus pour les couples est un rocher, il est un refuge dans les temps d’épreuve

Publiée le 25-08-2018

(intégralité de la rencontre des époux avec le Pape François, en la cathédrale de Dublin, Irlande, à l'occasion des Journées Mondiales des familles.)

---------------------

Chers amis,

Je suis heureux de pouvoir vous rencontrer dans cette Pro cathédrale historique Sainte Marie, qui, au fil des ans, a vu d’innombrables célébrations du sacrement de mariage. En vous voyant, si jeunes, je me demande : mais alors, ce n’est pas vrai ce que l’on dit, que les jeunes ne veulent pas se marier ? Merci ! Se marier et partager la vie est une belle chose. Il y a un dicton espagnol qui dit : « souffrance à deux, souffrance à moitié ; joie à deux, une joie et demi ». C’est cela la route du mariage. Tant d’amour a été manifesté, tant de grâces ont été reçues dans ce lieu sacré ! Je remercie l’Archevêque Martin pour son accueil cordial. Je suis particulièrement heureux d’être avec vous, couples de fiancés et d’époux qui vous trouvez à différentes étapes du parcours de l’amour sacramentel. C’est beau aussi d’entendre cette musique qui vient de là-bas : les enfants qui pleurent… Elle est une espérance, elle est la plus belle des musiques ; mais aussi la plus belle prédication, entendre un enfant qui pleure, car c’est le cri de l’espérance, que la vie continue, que la vie va de l’avant, que l’amour est fécond. Regarder les enfants… Mais j’ai salué aussi une personne âgée : il faut aussi regarder les personnes âgées, car les personnes âgées sont pleines de sagesse. Ecouter les personnes âgées : « Comment s’est passée ta vie ?... » Cela m’a plu que ce soit vous [il s’adresse au couple âgé qui a parlé en premier] qui ayez commencé, après 50 ans de mariage, car vous avez beaucoup d’expérience à partager. L’avenir et le passé se rencontrent dans le présent. Les vieux – permettez-moi cette expression : les vieux, the old – ont la sagesse. Les belles-mères aussi ont la sagesse… [rires]. Et les enfants doivent écouter la sagesse ; vous les jeunes vous devez écouter la sagesse, et parler avec eux pour aller de l’avant, parce qu’ils sont les racines. Ils sont les racines, et vous prenez aux racines pour aller de l’avant. Je dirai cela plus loin, mais je voulais le dire avec le cœur.

Lire la suite

Jean Paul II rencontre les jeunes d'Irlande

Publiée le 24-08-2018

Chers jeunes, frères et sœurs de Notre-Seigneur Jésus-Christ,

1. Voici une occasion exceptionnelle et vraiment importante. Ce matin, le Pape fait partie de la jeunesse irlandaise ! J'ai attendu avec impatience ce moment. J'ai prié pour être capable de toucher vos cœurs avec les paroles de Jésus. Je désire rappeler ici ce que j'ai dit si souvent comme Archevêque de Cracovie et que j'ai répété comme Successeur de Pierre : je crois en la jeunesse. Je crois en la jeunesse, de tout mon cœur et avec toute l'ardeur de ma conviction. Et aujourd'hui je vous dis : je crois en la jeunesse d'Irlande ! Je crois en vous qui vous trouvez ici devant moi, en chacun de vous !

Lire la suite

Jean Paul II : l'Evangile de la Vie et de la Famille, depuis l'Irlande

Publiée le 24-08-2018

- "Je vous dis, avec tout l’amour que j’ai pour vous, avec toute la confiance que je place dans les jeunes : n’écoutez pas les voix qui parlent le langage de la haine, de la revanche, des représailles. Ne suivez aucun chef qui vous entraîne sur les chemins où l’on donne la mort. Aimez la vie, respectez la vie, en vous-mêmes et dans les autres. Consacrez-vous au service de la vie, et pas au travail de mort. Ne croyez pas que le courage et la force se prouvent en tuant et en détruisant." Aux jeunes le 29 septembre 1979  - Killineer, Drogheda

- "Tout ce qu'il vous dira, faites-le." Tant de voix différentes assaillent ce monde d'aujourd'hui, si merveilleux, mais si compliqué et exigeant. On entend tant de fausses voix en conflit avec la parole de Notre Seigneur. Il y a des voix qui vous disent que la vérité est moins importante que le gain personnel ; que le bien-être, la santé et le plaisir sont les vrais points de mire de la vie ; que le refus d'une vie nouvelle vaut mieux que la générosité d'esprit et la prise de responsabilité en l'accueillant ; que la justice doit être réalisée, mais sans l'engagement personnel des chrétiens ; que la violence peut être le moyen d'obtenir une bonne fin ; que l'unité peut être obtenue sans avoir besoin de supprimer la haine. - Au sanctuaire de Knock, le 30 septembre 1979

 

 

 

 

Lire la suite

Jean Paul II : Homélie au sanctuaire marial de Knock, en Irlande

Publiée le 24-08-2018

 

Chers frères et sœurs en le Christ, fils et filles fidèles de Marie,

1. Je touche ici au but de mon voyage en Irlande: le Sanctuaire de Notre-Dame de Knock. Dès le moment où j'ai su que le centenaire de ce sanctuaire se célébrait cette année j'ai été pris du vif désir de venir ici, du désir de faire un nouveau pèlerinage à un sanctuaire de la Mère du Christ, Mère de l'Eglise, Reine de la Paix. Ne soyez pas surpris de ce désir. Cette habitude d'aller en pèlerinage aux sanctuaires de la Vierge je l'ai prise dès mon plus jeune âge et dans mon pays. J'ai fait de tels pèlerinages comme Evêque et comme Cardinal. Je sais parfaitement que chaque peuple, chaque pays et même chaque diocèse a ses lieux-saints où le cœur du peuple de Dieu bat, pourrait-on dire, de manière plus vive : lieux d'une rencontre spéciale entre Dieu et les êtres humains ; lieux où le Christ réside d'une manière spéciale parmi nous. Si ces lieux sont si souvent consacrés à sa Mère, cela nous révèle de la manière la plus complète la nature de son Eglise. Et ce fait est pour nous plus évident que jamais depuis le Concile Vatican II qui a conclu sa Constitution sur l'Eglise par le chapitre sur "La bienheureuse Vierge Marie, Mère de Dieu, dans le mystère du Christ et de l'Eglise" ; oui, plus évident pour nous tous, pour tous les chrétiens. Ne proclamons-nous pas avec tous nos frères, y compris ceux avec qui nous ne sommes pas encore en pleine unité, que nous sommes un peuple pèlerin ? De même que jadis, ce peuple a accompli ce pèlerinage sous la direction de Moïse, nous aussi, le peuple de Dieu de la Nouvelle Alliance, nous marchons en pèlerins sous la conduite du Christ.

Je me trouve ici en pèlerin, un signe de l'Eglise pèlerine à travers le monde qui, du fait de ma présence ici comme successeur de Pierre, participe de manière toute spéciale à la célébration du centenaire de ce Sanctuaire.

La liturgie de la parole de la messe de ce jour m'offre le moyen d'adresser à Marie, mon salut de pèlerin, au moment où je me présente devant elle dans le Sanctuaire marial irlandais à Cnoc Mhuire, la colline de Marie.

2. "Tu es bénie entre les femmes, et béni le fruit de ton sein" (Lc 1, 42). C'est par ces mots qu'Elisabeth "remplie du Saint-Esprit" accueillit Marie, sa parente venue de Nazareth,

"Tu est bénie entre les femmes, et béni le fruit de ton sein." C'est également le salut que j'adresse ici, en son sanctuaire de Knock à Muire Máthair De, à Marie la Mère de Dieu, Reine d'Irlande. Je veux exprimer ainsi si l'immense joie et la vive gratitude qui, aujourd'hui, à cette place, m'emplissent le cœur. Je n'aurais pu désirer autre chose. Les moments suprêmes de mes récents voyages pastoraux furent mes visites aux sanctuaires de Marie : à la Vierge de Guadalupe au Mexique, à la Vierge Noire de Jasna Gora dans mon pays et il y a trois semaines à Notre-Dame de Lorette en Italie. Aujourd'hui je viens ici parce que je veux que vous sachiez tous que ma dévotion à Marie m'attache de manière toute particulière au peuple d'Irlande.

3. Vous avez une longue tradition spirituelle de dévotion à la Vierge. Marie peut dire à juste titre du peuple irlandais ce que nous venons d'entendre dans la première lecture : "Je me suis enracinée dans le peuple glorifié" (Si 24, 12). Votre vénération envers Marie est si étroitement liée à votre foi que ses origines se perdent dans les premiers siècles de l'évangélisation de votre pays. On m'a dit que dans la langue irlandaise les noms de Dieu, de Jésus et de Marie sont liés l'un à l'autre et que dans la prière ou la bénédiction, il est rare que le nom de Dieu soit cité sans le nom de Marie. Je sais également que dans un poème Irlandais du VIIIe siècle Marie est appelée "Soleil de notre race" et qu'une litanie de la même époque l'honore comme "Mère de l'Eglise céleste et terrestre". Mais mieux que toute source littéraire, c'est la dévotion envers Marie, constante et profondément enracinée qui rend témoignage du succès de l'évangélisation de saint Patrick qui vous a apporté la foi catholique dans toute sa plénitude.

Il est donc normal — et ceci je le constate avec grande joie — que le peuple irlandais maintienne cette dévotion traditionnelle à l'égard de la Mère de Dieu dans les familles et les paroisses et, de manière particulière en ce sanctuaire de Cnoc Mhuire. Durant tout un siècle, vous avez sanctifié ce lieu de pèlerinage par vos prières, vos sacrifices, votre pénitence. Tous ceux qui sont venus ici ont obtenu des grâces par l'intercession de Marie. Depuis ce jour béni du 21 août 1879 jusqu'à ce jour, les malades et les souffrants, les handicapés physiques ou mentaux, et tous ceux qui étaient troublés dans leur foi ou dans leur conscience, tous ont été apaisés, réconfortés et confirmés dans leur foi parce qu'ils ont eu confiance que la Mère de Dieu les conduirait à son Fils Jésus. Chaque fois qu'un pèlerin vient en ce lieu qui n'était autrefois qu'un modeste village dans une région marécageuse dans le County Mayo, chaque fois qu'un homme, une femme ou un enfant monte vers la vieille église de l'Apparition ou le nouveau sanctuaire de Marie Reine d'Irlande, c'est pour renouveler sa foi, dans le salut qui nous vient par Jésus ; Jésus qui a fait de nous tous les fils de Dieu, héritiers du Royaume des deux. En vous confiant à Marie, vous recevez le Christ. En Marie, "Le Verbe s'est fait chair", en elle le Fils de Dieu s'est fait homme afin que nous puissions tous comprendre combien grande est notre dignité humaine. Nous trouvant en ce lieu consacré, nous levons les yeux vers la Mère de Dieu et disons : "Tu es bénie entre toutes les femmes, et béni le fruit de ton sein".

Le temps présent est un moment important dans l'histoire de l'Eglise Universelle et, en particulier, de 1'Église d'Irlande. Tant de choses ont changé. Tant de nouveaux et précieux aspects ont été relevés dans ce que signifie le fait d'être chrétiens. Tant de nouveaux problèmes doivent être affrontés par les fidèles à cause du rythme accéléré des transformations dans la société et à cause des nouvelles requêtes faites au sujet du Peuple de Dieu — requêtes de vivre dans toute sa plénitude la mission d'évangélisation. Le Concile Vatican II et le Synode des Evêques ont apporté un renouveau de vitalité pastorale dans toute l'Eglise. Mon vénéré prédécesseur Paul VI a élaboré de sages directives pour le renouvellement et donné à tout le peuple de Dieu inspiration et enthousiasme pour l'aider dans cette tâche. Par tout ce qu'il a dit et fait, Paul VI a enseigné à l'Eglise à être ouverte à tous les besoins de l'humanité et, en même temps, à rester fidèle, sans faiblesse, à l'inaltérable message du Christ. Fidèle à l'enseignement du Collège des Evêques en union avec le Pape, l'Eglise d'Irlande a accepté avec reconnaissance les richesses du Concile et des Synodes. Les catholiques irlandais ont adhéré loyalement, parfois malgré les pressions contraires, aux riches expressions de la foi, aux ferventes pratiques sacramentelles et aux engagements charitables qui ont toujours caractérisé votre Eglise. Mais la tâche du renouvellement dans le Christ n'est jamais terminée. Avec sa propre mentalité et ses caractéristiques, chaque génération est comme un nouveau continent qu'il faut gagner au Christ. L'Eglise doit sans cesse envisager de nouveaux moyens qui permettent de la comprendre plus profondément et d'accomplir avec un surcroit de vigueur la mission que son fondateur lui a confiée. Dans cette tâche ardue, comme chaque fois — et si souvent — que l'Eglise s'est trouvée aux prises avec de nouveaux défis, nous nous tournons vers Marie, Mère de Dieu et Siège de la Sagesse, assurés qu'elle nous indiquera la voie qui mène à son Fils. Une très ancienne homélie irlandaise pour la fête de l'Epiphanie (dans le Lcabhar Breac) disait que de la même manière que les Mages ont trouvé Jésus dans les bras de sa Mère, nous, aujourd'hui, nous trouvons le Christ dans les bras de 1'Eglise.

4. Marie fut vraiment unie à Jésus. Les Evangiles ne nous ont pas conservé beaucoup de ses paroles ; mais celles qui nous sont rappelées nous ramènent toujours à son Fils et aux paroles de son Fils. À Cana en Galilée, elle se tourna de son Fils vers les serviteurs et leur dit : "Tout ce qu'il vous dira, faites-le" (Jn 2, 5). C'est ce même message qu'elle nous adresse à nous, aujourd'hui.

5. "Tout ce qu'il vous dira, faites-le." Ce que Jésus nous dit — par sa vie et par sa parole — a été conservé pour nous dans les Evangiles et dans les épîtres des apôtres et de saint Paul, et nous a été transmis par l'Eglise. Nous devons nous familiariser avec ces paroles. Et nous le ferons en écoutant les lectures de la sainte Écriture durant la liturgie de la parole qui nous introduit au sacrifice eucharistique ; en lisant nous-mêmes l'Écriture sainte : en famille ou avec des amis ; en réfléchissant sur ce que le Seigneur nous dit quand nous récitons le Rosaire et que nous unissons notre dévotion envers la Mère de Dieu avec la prière méditée des mystères de la vie de son Fils. Chaque fois que nous avons des problèmes, que nous nous ployons sous le fardeau, que nous sommes contraints de faire un choix imposé par la foi, la parole du Seigneur nous réconfortera et nous guidera.

Jésus n'a pas abandonné ses disciples sans guide dans leur tâche de comprendre et de vivre l'Evangile. Avant de retourner chez le Père, il promit d'envoyer son Esprit à l'Eglise : "Mais le Paraclet, l'Esprit Saint que le Père enverra en mon nom vous enseignera tout et vous rappellera tout ce que je vous ai dit" (Jn 14, 26).

Ce même Esprit a guidé les successeurs des apôtres, vos évêques, en union avec l'Évêque de Rome auquel fut confiée la tâche de préserver la foi et de "prêcher l'Évangile à toute la création" (Mc 16, 15). Ecoutez leur voix, parce qu'ils vous apportent la Parole du Seigneur.

6. "Tout ce qu'il vous dira, faites-le." Tant de voix différentes assaillent ce monde d'aujourd'hui, si merveilleux, mais si compliqué et exigeant. On entend tant de fausses voix en conflit avec la parole de Notre Seigneur. Il y a des voix qui vous disent que la vérité est moins importante que le gain personnel ; que le bien-être, la santé et le plaisir sont les vrais points de mire de la vie ; que le refus d'une vie nouvelle vaut mieux que la générosité d'esprit et la prise de responsabilité en l'accueillant ; que la justice doit être réalisée, mais sans l'engagement personnel des chrétiens ; que la violence peut être le moyen d'obtenir une bonne fin ; que l'unité peut être obtenue sans avoir besoin de supprimer la haine.

Et maintenant, revenons en pensée de Cana en Galilée au sanctuaire de Knock. N'entendons-nous cas la Mère du Christ, nous le montrant du doigt, nous dire comme à Cana : "Tout ce qu'il vous dira, faites-le" ? Elle est en train de nous le dire à tous. Sa voix est entendue plus directement par mes frères dans l'épiscopat, les pasteurs de l'Église d'Irlande qui, en m'invitant ici, m'ont demandé de répondre à une invitation venant de la Mère de l'Eglise. Et ainsi, vénérables frères, j'y réponds, tandis que ma pensée se tourne vers le passé de votre pays et que je sens également la force de son éloquent présent, si plein de joie et pourtant, en même temps si préoccupant et parfois si douloureux. Je réponds comme je l'ai fait à Guadalupe au Mexique et à Jasna Gora en Pologne. En mon nom et au vôtre, et au nom de tout le peuple catholique d'Irlande, je prononce en conclusion de cette homélie, les paroles suivantes de confiance et de consécration :

Mère, dans ton sanctuaire tu réunis le Peuple de Dieu d'Irlande, et sans cesse tu lui montres le Christ dans l'Eucharistie et dans l'Église. En ce moment solennel, nous écoutons avec une toute particulière attention tes paroles : "Tout ce que vous dira mon Fils, faites-le". Et nous voulons répondre de tout notre cœur à tes paroles. Nous voulons faire ce que ton Fils nous dit, ce qu'il nous ordonne, car il a les paroles de vie éternelle. Nous voulons mettre à exécution et accomplir tout ce qui vient de lui et tout ce qui est contenu dans la Bonne Nouvelle, comme nos devanciers l'ont fait pendant de nombreux siècles. Leur fidélité au Christ et à son Église, et leur attachement héroïque au Siège apostolique, nous ont marqué d'un signe indélébile que chacun de nous porte en soi. Leur fidélité a, tout au long des siècles, produit des fruits d'héroïsme chrétien et de vertueuses traditions d'existence "conforme au plus saint commandement de l'Evangile, celui de l'Amour. Nous avons reçu ce merveilleux héritage de leurs mains, à l'aube d'une époque nouvelle car nous sommes ; tout près de la fin du deuxième millénaire écoulé depuis le moment où le Fils de Dieu fut engendré par toi, notre Alma Mater, et nous entendons transmettre cet héritage au futur, démontrant cette même fidélité avec laquelle nos ancêtres lui rendirent témoignage.

C'est pourquoi, aujourd'hui, à l'occasion de la première visite d'un Pape en Irlande, nous te confions et te consacrons, à Toi Mère du Christ et Mère de l'Eglise, nos cœurs, nos consciences, nos travaux afin qu'ils puissent rester à l'unisson avec la foi que nous professons. Nous te confions et nous te consacrons tous ceux qui composent la communauté du peuple irlandais et la communauté du peuple de Dieu qui vit dans ce pays.

Nous te confions et te consacrons les évêques d'Irlande, le clergé, les religieux et les religieuses, les moines et les sœurs contemplatives, les séminaristes, les novices. Nous te confions et te consacrons les pères et mères, les jeunes, les enfants. Nous te confions et te consacrons les enseignants, les catéchistes, les étudiants, les écrivains, les poètes, les auteurs, les artistes, les travailleurs et leurs chefs, les employés et leurs dirigeants, les classes libérales, les gens engagés dans la politique, dans la vie publique, ceux qui forment l'opinion publique. Nous te confions et te consacrons les époux et ceux qui se préparent au mariage, ceux qui sont appelés à te servir toi et le prochain dans le célibat, les malades, les vieillards, les malades mentaux, les handicapés et tous ceux qui les assistent et en prennent soin. Nous te confions et te consacrons les prisonniers et tous ceux qui sont rejetés, les exilés, tous ceux qui ont la nostalgie de leur foyer et tous ceux qui se sentent seuls.

Nous confions à tes soins maternels la terre d'Irlande où tu as été et tu es toujours tant aimée. Aide cette terre à demeurer toujours sincèrement avec toi et avec ton Fils. Que la prospérité n'entraîne jamais les hommes et les femmes de ce pays à oublier Dieu et à abandonner leur foi. Maintiens-les, dans la prospérité, fidèles à la foi qu'ils n'auraient jamais abandonnée dans la pauvreté ou la persécution. Tiens-les bien loin de la cupidité, de l'envie, de la quête d'intérêts égoïstes ou d'intérêts de classe. Aide-les à travailler ensemble, mus par un idéal chrétien et en vue d'un but chrétien commun, c'est-à-dire pour édifier une société juste, pacifique et fondée sur l'amour; une société qui ne se détourne pas des pauvres et respecte les droits de tous et notamment ceux des plus faibles. Reine d'Irlande, Marie Mère de l'Eglise céleste et terrestre, Màthair Dé, maintiens l'Irlande fidèle à ses traditions spirituelles et à son héritage chrétien. Aide-la à répondre à sa mission historique de porter la lumière du Christ aux nations et de faire ainsi de la gloire de Dieu l'honneur de l'Irlande.

Mère, pouvons-nous rester silencieux devant ce qui nous semble le plus pénible, qui bien souvent nous plonge dans le découragement ? Tout particulièrement nous te confions cette grande blessure qui affecte aujourd'hui notre population, espérant que tes mains seront capables de la soigner et de la guérir. Grand est l'intérêt que nous portons à ces jeunes âmes impliquées dans de sanglants actes de vengeance et de haine. Mère, n'abandonne pas ces jeunes cœurs. Mère, reste près d'eux, lorsque dans leurs heures les plus affreuses, nous ne pouvons ni les conseiller ni les assister. Mère, protège chacun de nous et spécialement la jeunesse irlandaise pour qu'elle ne succombe pas à l'hostilité et à la haine. Apprends-nous à distinguer clairement entre ce qui procède de l'amour pour notre pays et ce qui porte l'empreinte de la destruction et la marque de Caïn. Fais-nous comprendre que les mauvais moyens ne conduisent jamais à une bonne fin, que toute vie humaine est sacrée, qu'un assassinat est toujours un assassinat, peu en importe le motif ou l'objectif. Sauve les autres, ceux qui assistent à ces terribles événements, sauve-les du danger de mener une vie dépourvue d'idéaux chrétiens ou en conflit avec les principes moraux.

Puissent nos oreilles entendre clairement ta voix mélodieuse nous dire : "Tout ce que vous dira mon Fils, faites-le". Rends-nous capables de persévérer avec le Christ. Rends-nous capables, Mère de l'Eglise, d'édifier son Corps mystique en vivant cette vie que lui seul peut nous accorder et qui nous vient de sa plénitude qui est à la fois divine et humaine.

lave.
 

Lire la suite

50 ans Humamae Vitae

Publiée le 16-07-2018

  • 17-25 juillet : neuvaine à l'Esprit-Saint : seul, en famille, en paroisse... ICI
  • lire, offrir le livre anniversaire "Parce que je t'aime" de l'Abbé Lelièvre. Ed du Peuple Libre. Chez votre libraire. J'ACHETE ICI
  • Vivre l'année scolaire, universitaire, pastorale 2018-2019 avec Humanae Vitae.
  • Lecture au réfectoire ou prière personnelle ou retraite à domicile d'un mois avec le livre Parce que je t'aime.
  • Etude d'Humanae Vitae avec les enseignements liés des Pape Paul VI, Jean Paul II, Benoit XVI, pour le personnel médical, législatif...

Le livre anniversaire

 

Lire la suite

Parce que je t'aime : comprendre Humanae Vitae aujourd'hui

Publiée le 16-07-2018

 

VIENT DE PARAITRE

     2018 marque les 50 ans de l'Encyclique du Pape Paul VI "Humanae Vitae". Le Pape François vient d'annoncer la canonisation à l'automne prochain du Pape Paul VI. Comprendre Humanae Vitae, cette encyclique prophétique et lumineuse sur la beauté de l'amour humain, accepter d'accueillir les exigences de ce qui est inscrit dans le coeur de l'homme et de la femme sur l'amour conjugal, l'appel à la sainteté dans le Sacrement du Mariage. Tel est le défi de ce livre qui rassemble des textes des Papes Paul VI, Jean Paul II, Benoit XVI et François. Une richesse fabuleuse !

     31 jours avec Humanae Vitae : chaque jour quelques pages. Comme une lecture spirituelle dont le lecteur, étudiant, fiancés, jeunes mariés, séminaristes, prêtres, personnel médical, législateur, trouvera des réponses pour aujourd'hui.

     Ed du Peuple Libre. Chez votre libraire ou à l'Evangile de la Vie 32 Cours de la République 84500 Bollène (18€ port inclus l'exemplaire)

 

Vénérable Carlo Acutis

Publiée le 14-07-2018

   Mercredi 11 juillet, l'Abbé Lelièvre était l'invité de l'émission Ecclasia Magazine, sur Radio Notre-Dame. Pendant près de 30 minutes, l'Abbé Lelièvre, auteur du livre "Prier le Rosaire avec Carlo Acutis", a présenté la vie de Carlo Acutis, déclaré Vénérable par le Pape François, le 5 juillet 2018.

Prière pour la Béatification de Carlo Acutis

Publiée le 05-07-2018

     La Famille Missionnaire l'Evangile de la Vie diffuse une image avec la prière officielle pour demander la Béatification de Carlo Acutis, désormais Vénérable. Elle est disponible ICI : merci de préciser le nombre d'exemplaires désirés. Cette image-prière peut être largement diffusée au cours de l'été : camps, pélerinages, forum...

    Je fais un don pour soutenir ce moment d'évangélisation ICI

Carlo Acutis : citations

Publiée le 05-07-2018

     « Si les hommes savaient ce qu’est l’Eternité, ils feraient tout leur possible pour changer de vie …  La conversion n'est autre que le regard porté du bas vers le Haut, un simple mouvement des yeux suffit ».


« Être toujours uni à Jésus, tel est le but de ma vie … Trouve Dieu, et tu trouveras le sens de ta vie… Tout passe… Ce qui nous rendra vraiment beaux aux yeux de Dieu, ce sera la façon dont nous l'aurons aimé et nous aurons aimé nos frères ».


« La vie est un don car, tant que nous sommes de ce monde, nous pouvons augmenter notre degré de charité. Plus celui-ci sera élevé, plus nous jouirons de la Béatitude éternelle en Dieu ».

 

« Tous naissent comme des originaux, mais beaucoup meurent comme des photocopies…
Être toujours uni à Jésus, tel est le but de ma vie ».


« Le vrai disciple de Jésus Christ est celui qui, en chaque chose, cherche à l'imiter et à faire la volonté de Dieu ».

Lire la suite

Carlo Acutis désormais Vénérable

Publiée le 05-07-2018

    

Carlo Acutis est désormais Vénérable !

Le Pape François a signé le décret sur l'héroïcité des vertus jeudi 5 juillet 2018

Ainsi la route vers la Béatification de ce jeune italien mort à 15 ans le 12 octobre 2006 est ouverte.

Découvrez la vie de Carlo Acutis et entrez dans sa vie de prière : Ed Peuple Libre

 

Au moment des départs en camps et vacances, voici une belle figure de sainteté pour nous accompagner durant les vacances !

  ----------------------------

IMAGE avec la prière officielle pour la Béatification de Carlo : ICI

--------------------------------------------------------------------------

  Carlo Acutis est un jeune de notre temps. A 14 ans il lance un site internet sur les miracles eucharistiques à travers le monde. Il lancera d'autres sites internet et aidera à la création de plusieurs pour sa paroisse et ses amis. Chaque jour, il va à la Messe. Pour lui, "l'Eucharistie est l'autoroute du Ciel". Il prie chaque jour son chapelet et vit une fois par semaine l'Adoration eucharistique. Aimé de tous, il devient le confident de beaucoup d'adolescents. Il les invitent à suivre le chemin de leur Baptême, celui de l'Evangile de la sainteté, devenant amis de Jésus.

     Avec ses parents, il se rend dans les sanctuaires comme ND du Laus, Lourdes, L'Ile Bouchard... Mort le 12 octobre 2006 d'une leucémie foudroyante, il repose dans la terre du cimetière d'Assise. Fin 2016, le procès diocésain vers la Béatification de Carlo était terminé dans son diocèse de Milan. Maintenant, c'est la Congrégation pour la Cause des Saints, au Vatican qui suit le dossier.

     Pour la première fois en langue française, un livre qui commence racontant la vie de ce futur saint. Puis, prier le chapelet avec des paroles de Carlo.

     Pour recevoir ce livre : chez votre libraire Ed Peuple Libre (distribution AVM). Par défaut 15€ à l'Evangile de la Vie port inclus. 32 Cours de la République 84500 Bollène.

     Un cadeau utile qui va encourager nos jeunes sur la voie de la sainteté avec un compagnon de leur âge :  profession de foi, la confirmation, un camp scout, un pélerinage, la prière en famille.

 

 

 

 

 

    

La vérité exprimée dans Humanæ vitæ ne change pas

Publiée le 20-05-2018

     Lettre pastorale publiée par la conférence épiscopale du Kazakhstan à l'occasion du 50e anniversaire d'Humanae vitae, pour en marquer l'actualité et rappeler la vérité. (texte intégral)

--------------------------------------

Lettre pastorale à l'occasion du 50ème anniversaire de l’encyclique Humanæ vitæ  

Loué soit Jésus Christ ! Chers frères et sœurs en Christ ! L’année en cours est marquée par l'événement mémorable du 50ème anniversaire de l´encyclique Humanae vitae, avec laquelle le Bienheureux Paul VI a confirmé la doctrine du Magistère constant de l´Église au sujet de la transmission de la vie humaine. Les Évêques et les Ordinaires du Kazakhstan veulent saisir l’occasion propice pour honorer la mémoire et la pérenne importance de cette encyclique.

Lire la suite

Les très fortes paroles du Pape Jean Paul II en faveur de la vie naissante, trois jours avant l'attentat

Publiée le 09-05-2018

       Dimanche 10 mai 1981. Le Pape Jean Paul II comme à l'habitude conduit la prière du Regina Caeli en cette période pascale. Sa voix et particulièrement puissante, forte. Au cours de cette prière mariale, il a prononcé ces paroles... trois jours avant l'attentat qu'il devait vivre Place Saint-Pierre, le 13 mai 1981.

----------------------------------------------------------- 

     Vous vous êtes réunis Place Saint-Pierre, représentant des paroisses et communautés de toute la ville de Rome, pour témoigner qu’au cours de ces derniers mois et dernières semaines, vous avez réfléchi sur la vie humaine, en tout premier lieu à la vie cachée sous le cœur de la femme mère, à la vie des enfants à naître. Cette vie a été l’objet de votre méditation, de votre engagement de croyants, d’hommes et de citoyens, mais surtout vous en avez fait le thème de vos prières. Vous avez médité sur la responsabilité particulière envers la vie conçue, qui, selon la juste compréhension de l’homme, doit être entouré d’une particulière sollicitude et protection de la part des parents eux-mêmes, comme aussi de la société, en particulier des personnes qui, de diverses manières, sont responsables de cette vie.

   

Lire la suite

La prière à Marie du Pape Jean Paul II 3 jours avant son attentat

Publiée le 09-05-2018

(inédite)

-------------------------------------------------

Elevons nos cœurs dans la prière à la Mère du Rédempteur.

Prions la Mère la plus Sainte de toutes les mères,
pour chaque mère sur la terre
et pour chaque enfant à naître dans son sein.

Prions pour les mères
dont la conscience est la plus menacée
quand elle consent
que soit supprimée la vie à son enfant…
Le Christ a dit :
« La femme, lorsqu'elle enfante, est dans la douleur parce que son heure est venue. Mais lorsqu'elle a donné à la lumière, l’enfant, elle ne se souvient plus de ses douleurs, dans la joie qu'elle a de ce qu'un homme est né dans le monde. » (Jn 16,21)
Prions pour que soit telle la joie de la vie,
même si elle est rachetée par la souffrance et par le combat intérieur.


Prions pour la joie dans les consciences
« afin qu’ils aient la vie
Et l’aient en abondance » (Jn 10,10)

 

Une paroisse de 13000 fidèles, et pas un divorce... La recette...

Publiée le 20-05-2016

     À Siroki Brijeg, parmi les 13 000 fidèles, on ne compte pas un seul di­vorce. De mémoire d'homme, pas une seule famille n'a éclaté. L'Herzégovine jouit-elle d'une faveur exceptionnelle de la part du Ciel ? Existe-t-il un truc magique contre le démon de la division ?
            La réponse est très simple ! Durant des siècles, sous domination turque puis communiste, les Croates ont cruellement souffert, car on voulait ar­racher leur foi chrétienne. Ils savent par expérience que leur salut vient de la Croix du Christ ;  il ne vient pas des projets de désarmement, de l'aide hu­manitaire ou des traités de paix, même si parfois ces réalités apportent quelques bienfaits.
            La source du Salut, c'est la Croix du Christ ! Ces gens ont une sagesse, ils ne se laissent pas tromper lorsqu'il s'agit de la vie ou de la mort. C'est pourquoi ils ont lié de façon indissociable le maria­ge à la Croix du Christ. Ils ont fondé le mariage qui donne la vie humaine sur la Croix qui donne la vie divine.
            La tradition croate du mariage est si belle qu'elle commence à faire école en Europe et en Amérique ! Lorsqu'un jeune couple se prépare au mariage, on ne lui raconte pas qu'il a trouvé la personne idéale, le meilleur parti. Non ! Que dit le prêtre ? :

« Tu as trouvé ta croix. Et c'est une croix à aimer, une croix à porter,
une croix qu'il ne faudra pas rejeter mais chérir. »


            Ces paroles prononcées en France laisseraient le fiancé muet de stupeur. Mais en Herzégovine, la Croix évoque l'amour, et le crucifix est le trésor de la maison.
            Lorsque les fiancés se rendent à l’église, ils apportent avec eux un cruci­fix. Ce crucifix est béni par le prêtre, et au cours de l'échange des consente­ments, il revêt une importance centra­le. En effet, la fiancée pose sa main droite sur la croix ;  à son tour, le fian­cé pose sa main sur celle de sa fiancée, et les deux mains se trouvent ainsi réunies sur la croix, fondées sur la croix. Le prêtre pose son étole sur les mains des fiancés qui prononcent alors leurs consentements et se promettent fidélité selon le rite de l’Église.
            Après cela, les mariés ne s'embrassent pas, mais ils embrassent la croix. Ils savent qu'ils embrassent ainsi la source de l'amour.
            Celui qui s'approche et voit leurs mains étendues sur la croix comprend que si le mari abandonne sa femme ou que la femme abandonne son mari, alors, c'est la croix qu'ils lâchent. Et lorsqu'on a lâché la croix, il ne reste rien, on a tout perdu, car on a lâché Jésus, on a perdu Jésus.
            Après la cérémonie, les mariés rap­portent ce crucifix et lui donnent une place d'honneur dans la maison. Il deviendra le centre de la prière familiale, car ils ont la conviction que la famille est née de cette croix.
            Si un problème survient, si un conflit éclate, c'est devant cette croix que les époux viennent trouver se­cours. Ils n'iront pas chez un avocat, ils ne consulteront pas un diseur de bon­ne aventure ou un astrologue, ils ne compteront pas sur un psychologue pour régler leurs affaires.
            Non, ils iront devant leur Jésus, de­vant la croix. Ils se mettront à genoux et c'est devant Jésus qu'ils verseront leurs larmes, qu'ils crieront leur souffrance et, surtout, échangeront leur pardon. Ils ne s'endormiront pas le cœur lourd, car ils auront eu recours à leur Jésus, au Seul qui a la puissance de sauver.
            Ils apprendront à leurs enfants à embrasser la croix chaque jour et à ne pas se coucher comme des païens, sans avoir remercié Jésus. Pour les enfants, aussi loin qu'ils s'en souviennent, Jésus est l'ami de la famille, que l'on respecte et que l'on embrasse.
            Ces enfants ne reçoivent pas de « nounours » à étreindre durant la nuit pour se sentir en sécurité. Mais ils disent « bonne nuit » à Jésus et embras­sent la croix. Ils s'endorment avec Jésus, pas avec une peluche. Ils savent que Jésus les garde dans ses bras et qu'ils n'ont rien à craindre, leurs peurs s'éteignent dans leur baiser à Jésus.

 

 

Neuvaine irrésistible au Sacré-Coeur de Jésus

Publiée le 17-01-2014

Le Padre Pio récitait très souvent cette Neuvaine Irrésistible ". Les promesses de Jésus, exprimées par Padre Pio dans cette prière ne pouvaient pas laisser le Cœur de Jésus insensible. Voilà cette neuvaine:

" O mon Jésus qui avez dit: " En vérité, en vérité, je vous le dis, demandez et vous recevrez, cherchez et vous trouverez, frappez et il vous sera répondu, voilà que je frappe, je cherche, je demande telle grâce "...
Notre Père, Je vous salue Marie, Gloire au Père - Cœur de Jésus, j’ai confiance et j’espère en vous !

" O mon Jésus qui avez dit " En vérité, en vérité, je vous le dis, tout ce que vous demanderez à mon Père en mon nom, il vous l'accordera ! " Voici qu'à Votre Père, en Votre Nom, je demande telle grâce... "
Notre Père, Je vous salue Marie, Gloire au Père -Cœur de Jésus, j’ai confiance et j’espère en vous

" O mon Jésus qui avez dit: " En vérité, en vérité, je vous le dis, le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point! " voici que, m'appuyant sur l'infaillibilité de Vos Saintes Paroles, je demande telle grâce... "
Notre Père, Je vous salue Marie, Gloire au Père - Cœur de Jésus, j’ai confiance et j’espère en vous !

Et comme " résumé " de ces supplications, on terminait en disant:
" O Cœur Sacré de Jésus, à qui Il est impossible de ne pas avoir compassion des malheureux, ayez pitié de nous, pauvres pécheurs, et accordez-nous la grâce que nous vous demandons par l'intercession du Cœur Immaculé de Marie, Votre et notre tendre Mère... "
Une invocation à saint Joseph, si puissant sur le Cœur de son Fils adoptif, Jésus, et un " Salve Regina ".

 

 

Archives