Accueil > Evénements > Actualité > Famille : de nouvelles lois au lendemain des Municipales

Actualité

Imprimer la page

Famille : de nouvelles lois au lendemain des Municipales

Publiée le 04-02-2014

     Le succès de la Manif pour tous dimanche dernier est incontestable. Le Gouvernement aurait dû en tirer les conséquences. L'annonce du report de la Loi famille en 2015, est une diversion. Le démon est sorti par la porte... prendre du renfort, comme dit Jésus dans l'Evangile, pour revenir. Et voilà qu'il revient, puisqu'on annonce ce jour des lois, au lendemain des Municipales. il faut aller vite, vite... le temps est compté ! De notre côté, ne baissons pas les bras. Que cette victoire de dimanche ne nous aveugle pas. Le combat est bien là. le Gouvernement ne veut rien entendre. L'idéologie aveugle prime ! ... Pas pour longtemps.

     Cela veut-il dire que la Manif a servi à rien ? Nullement.Bien au contraire. Il nous faudra encore descendre dans la rue. Nous irons !

     Et, comme le disait le cardinal Barbarin le 23 janvier, dans La Croix : "Je ne peux passer mon chemin". nous non plus. Au travail !

 

 

Le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, a estimé aujourd'hui que les propositions de loi socialistes sur la famille, comme le statut du beau-parent, l'adoption ou la PMA ne devraient pas tant attendre :

"Je ne peux pas vous répondre comme cela, mais vu le calendrier que nous avons, ce sera au lendemain des élections municipales."

La loi famille prévoyait par exemple un statut pour le beau-parent. Voici un cas concret :

"un pauvre conducteur de scooter se voit contraint de verser une pension à son ancienne co-locataire (ils n'ont jamais été mariés ou pacsés) pour qu'elle puisse élever ses trois garçons (tous issus d'un père et d'une mère)"

Et oui, il faut aider ce pauvre homme, qui n'est pas le père des enfants en question :

"François Hollande se serait engagé à verser une "pension", dont le montant a été décidé à l'amiable, notamment afin d'aider la journaliste pour "l'éducation de ses trois garçons" affirme Paris Match. Le président devrait aussi prendre en charge le loyer de l'appartement qu'ils louaient tous les deux rue de Cauchy, dans le XVe arrondissement de Paris."

 

 

< Voir toutes les actualités

Archives