Accueil > Evénements > Actualité > Citoyens des Cieux

Actualité

Citoyens des Cieux

Publiée le 09-12-2020

extrait du livre de Don Paul Préaux Les prêtres -  page 165

----------------------------------------------------------------------

     Par leur prédication, par la mise à la disposition des chrétiens de moyens de sanctification, les prêtres préparent des citoyens des cieux ! Au début du christianisme,  saint Paul prévenait les chrétiens de Corinthe : « Si nous avons mis notre espoir dans le Christ pour cette vie seulement, nous sommes les plus à plaindre de tous les hommes » (1Co 15,19). Avons-nous suffisamment conscience que la vie ici-bas est une préparation    à la vie éternelle, un temps d’apprentissage de l’Amour selon l’Évangile, un laboratoire d’éternité ? Marqués au fer rouge par la culture ambiante, nous courons le risque de réduire l’horizon de notre vie à sa dimension terrestre, de l’évaluer selon des critères purement mondains (réussite, bien-être, rentabilité, notoriété), et donc de nous cramponner sur les réalités d’ici-bas au point d’en faire subrepticement des idoles. Saint John Henry Newman écrivait :

 

     « La richesse est la grande divinité du jour ; c’est à elle que la multitude, toute la        masse des hommes, rend un instinctif hommage. Ils mesurent le bonheur d’après leur fortune, et d’après la fortune aussi ils mesurent l’honorabilité… Tout cela vient de cette conviction qu’avec la richesse on peut tout. La richesse est donc l’une des idoles du jour et la notoriété en est une autre. La notoriété, le fait d’être connu et de faire du bruit dans le monde (ce qu’on pourrait nommer une renommée de presse), en est venue à être considérée comme un bien en elle-même, un souverain bien, un objet, elle aussi de véritable vénération1. »

Lorsque le Christ promet la vie éternelle, il ne nous invite ni à l’évasion, ni à l’illusion. Il nous convie à la joie. La béatitude promise nous place devant des choix moraux décisifs. Elle nous invite à purifier notre c½ur de ses instincts mauvais, et à rechercher et à choisir à chaque instant l’amour de Dieu par-dessus tout. Elle nous enseigne que le vrai bonheur réside en Dieu seul. Elle nous stimule à profiter du court instant de notre vie pour vivre de lui et en lui : «  Nous n’avons que les courts instants de notre vie pour aimer Jésus » écrivait sainte Thérèse de l’Enfant Jésus2. Comme prêtres, nous avons à faire prendre conscience aux fidèles que cela est possible pour eux, que c’est leur voie aussi. La vraie générosité envers l’avenir consiste à tout donner au présent, à fuir résolument les futilités, les étroitesses, les ranc½urs, la vanité qui ralentit notre marche vers l’Éternité promise. Ne perdons pas de temps, évêques, prêtres, diacres, laïcs, hommes et femmes non chrétiens mais de bonne volonté, nous sommes citoyens des cieux. Écoutons à nouveau la parole du Seigneur : « Ne vous inquiétez donc pas du lendemain : demain s’inquiétera de lui-même. À chaque jour suffit sa peine. » (Mt 6,34).

 

----------------------------------------
1. John Henry Newman, cité par le catéchisme de l’Église catholique, n.1723
2. Cf. Lettre 92. Elle écrit encore : « la vie c’est un trésor… chaque instant, c’est une éternité de joie pour le ciel […] Que tous les instants de notre vie soient pour lui seul »
(Lettre LT 96).

< Voir toutes les actualités

Archives