Accueil > Evénements > Actualité > Et pourtant, ils avaient déjà la vie !

Actualité

Imprimer la page

Et pourtant, ils avaient déjà la vie !

Publiée le 04-04-2020

 

Extraits de l’homélie de Saint Jean Paul II à Varsovie, le 4 juin 1991

Méditation proposée pour ce Vendredi Saint, en cette année marquant le 25ème anniversaire de l'Encyclique de Saint Jean Paul II,  l'Evangile de la Vie.

-----------------------------------------------------------------------

    A ce cimetière des victimes de la cruauté humaine de notre siècle s’ajoute un autre grand cimetière : le cimetière des enfants non-nés, le cimetière des sans défense, dont même leur mère n’a pas connu le visage, consentant ou cédant à des pressions pour que leur soit supprimée la vie avant même de naître. Et pourtant, ils avaient déjà la vie, ils étaient déjà conçus, ils se sont développés sous le c½ur de leurs mères, sans pressentir le danger mortel. Et quand cette menace est devenue un fait, ces êtres humains sans défense ont essayé de se défendre. La caméra a enregistré cette défense désespérée face à l'agression dans le ventre de la mère, d'un enfant pas encore né. (Une fois j'ai vu un tel film - et jusqu’à ce jour je ne peux pas me débarrasser de ces images, je ne peux pas m'en libérer). Il est difficile d'imaginer le drame horrible dans son éloquence morale et humaine.
    

     La racine du drame est étendue et se présente sous différents aspects ! Il y a aussi l'instance humaine, les groupes, parfois les "groupes de pression", les organes législatifs, qui "légalisent" la privation de la vie de l'homme non-né. Existe-t-il une telle instance humaine, existe-t-il un tel Parlement qui a le droit de légaliser le meurtre d'un être humain innocent et sans défense ? Qui a le droit de dire "il est licite de tuer" et même "il faut tuer", lorsque justement il est absolument nécessaire de protéger et d’aider la vie qui vient ?
     Observons encore que le commandement "tu ne tueras pas" contient en soi pas seulement l'interdiction. Ce commandement nous exhorte à certaines attitudes et comportements positifs. "Tu ne tueras pas »" : mais, davantage, protège la vie, protège la santé et respecte la dignité de chaque homme,  indépendamment de sa race ou de sa religion, de son niveau d'intelligence, de son degré de connaissance ou de son âge, de son état de santé ou sa maladie.
    "Tu ne tueras pas" : mais davantage, accueille un autre homme comme don de Dieu, spécialement s’il s’agit de ton propre fils.
    "Tu ne tueras pas" : mais davantage, essaie d’aider tes prochains, pour qu’ils accueillent avec joie leur enfant, même si, humainement parlant, selon eux, l’enfant vient à un moment pas opportun.
     En même temps, nous devons accroître notre sollicitude sociale non seulement pour un enfant conçu, mais également pour ses parents, en particulier pour sa mère – si la venue d’un enfant les a confrontés à des préoccupations et des difficultés presque insurmontables pour leurs propres forces, du moins pensent-ils.
     Cette particulière attention devrait trouver son expression dans les actions et dans les gestes humains, spontanés, mais aussi dans la création de formes institutionnelles d’aide aux parents. Comme il serait bon que les paroisses et les couvents s’insèrent dans ce mouvement de solidarité sociale avec l’enfant conçu et ses parents, en difficulté.
      "Heureux ceux qui ont faim et soif de justice".
      Jésus a prononcé ces mots et il a porté ces paroles sur la Croix. Sur la Croix Lui aussi fut condamné à mort et subi cette mort, -  elle fut la mort du plus saint d’entre les fils de l’homme. A lui aussi, ils ont supprimé la vie …
     Le Fils de Dieu a subi la mort sur la Croix afin que, de manière plus radicale que jamais, soit confirmée la force du commandement :  "Tu ne tueras pas".
     Au pied de la Croix se trouvait sa Mère, …
     "Tu ne tueras pas"!
    Sur la Croix a été infligée la mort de son Fils. Dans le signe de la Croix nous cherchons les voies de la Rédemption et de la rémission de tous les péchés.
     Ici meurt, sur le bois de l'ignominie, Celui qui a annoncé à l'humanité le message des huit Béatitudes. Le Fils de Dieu qui est "le premier et le dernier" (cf. Ap 22, 13) parmi ceux qui ont faim et soif de justice. Celui qui unit cette faim et cette soif à l'assurance "qu’ils seront rassasiés". Oui.  "ils seront rassasiés".
     Frères et s½urs … construisons l'avenir commun de notre patrie selon la Loi de Dieu, selon cette Sagesse Eternelle, qui ne perd sa validité à aucune époque, selon l'Évangile de Christ !
     Nous construisons. . Nous reconstruisons plutôt, parce que beaucoup de choses ont été détruites . . . oui, détruites chez les hommes, dans la conscience des hommes, dans les coutumes, dans l'opinion publique, dans les médias.
     Nous te prions, Rédempteur du monde, Jésus-Christ crucifié et ressuscité, nous te prions par l’intercession de Ta et notre Mère, par l’intercession de tous les saints et les justes fils et filles de cette terre, afin que l'avenir appartienne à ceux qui, vraiment et inflexiblement "ont faim et soif de justice ".

 

 

 

 

 

 

 

< Voir toutes les actualités

Archives