Accueil > Evénements > Actualité > Les Sisters of Life

Actualité

Imprimer la page

Les Sisters of Life

Publiée le 29-05-2018

Extraits de l'article paru dans LA NEF numéro 303 - mai 2018 :

---------------------------------------------------------------------------------

Quelle est la vocation des Sœurs de la Vie et quelles activités avez-vous concrètement en faveur de la Vie ?
Comme l’a dit notre fondateur, « que feront les Sœurs de la Vie ? Elles vont aimer. Elles vont aimer. Elles vont aimer. » Le cœur de notre vie est une relation d’amour avec la Sainte Trinité, cultivée par la prière. Une Sœur de la Vie veut être comme Notre Dame, qui a conçu Jésus et s’est empressée d’aider sa cousine Élisabeth. De même, la vie de Dieu dans nos âmes nous pousse à aller à la hâte pour servir ceux qui sont dans le besoin, en proclamant le caractère sacré de leur vie.
Nous faisons cela en accompagnant les femmes enceintes vulnérables, y compris certaines qui demeurent avec nous, car elles vivent côte à côte avec les sœurs dans un cadre spirituel. Nous apportons aussi le message de l’amour de Dieu par notre ministère de retraite spirituelle et par la sensibilisation des jeunes. « Allez, ramassez les morceaux de peur qu’ils ne se perdent » (Jn 6, 12). Par ces paroles, le cardinal O’Connor dirigea également les Sœurs de la Vie vers un ministère de réconciliation et de respect pour les femmes et les hommes qui souffrent à la suite de la tragédie de l’avortement. Enfin, les Sœurs voyagent pour donner des conférences sur la beauté de la vie humaine et de l’amour. L’apostolat de la prière d’intercession est la plus récente expression de notre charisme pour la vie.

Où êtes-vous présentes et avez-vous des projets de développements, avez-vous les vocations pour cela ?
Il y a actuellement un peu plus de 100 sœurs dans la communauté, avec des couvents à New York, dans le Connecticut et, depuis deux ans, en Pennsylvanie, au Colorado et à Washington DC. Nous avons aussi un couvent à Toronto, au Canada. Au cours des dernières années, nous avons reçu un nombre régulier de vocations d’outre-mer : d’Irlande, d’Espagne et d’Océanie, en plus de nos sœurs américaines et canadiennes. Nous attendons notre première vocation française ! Dieu sait où nous serons dans le futur, mais le monde est plein de possibilités !

 

Qu’est-ce qui finalement joue le plus pour persuader ces femmes de ne pas avorter ?
Le cardinal O’Connor dirait à nos sœurs : « C’est la peur qui nous pousse à choisir la mort plutôt que la vie. » Une femme tentée d’avorter et ceux qui l’y incitent sont poussés par la peur. Nous nous efforçons d’expliquer les nombreuses raisons d’espérer, raisons à la fois pratiques et enracinées dans la foi, afin que la confiance et l’espérance puissent remplacer la peur. Nous la soutenons dans la prière ; parce que c’est finalement quand cette femme suit la grâce de Dieu et la vérité écrite dans son cœur, qu’elle est capable de surmonter ses peurs et de choisir la vie.

Conservez-vous un contact après la naissance de l’enfant, assurez-vous un « suivi » de ces femmes au-delà de la naissance ?
Les relations nouées avec les femmes pendant leur grossesse ne s’arrêtent pas à la naissance de leur enfant. Nous continuons à être présentes dans la vie de celles que nous servons ; il est beau de voir de nombreuses relations perdurer pendant des années. Nous nous considérons comme leurs mères spirituelles, aimant et chérissant celles que Dieu nous a confiées comme si elles étaient nos enfants, ce qui rétablit, d’une certaine manière, leur propre vocation à la maternité.

 

Avez-vous des contacts avec les conjoints des futures mamans qui s’interrogent pour garder ou non leur enfant ? Ont-ils habituellement un rôle plutôt en faveur de l’avortement ou plutôt pour la conservation de l’enfant ?
Le soutien du père de l’enfant est souvent crucial pour aider la mère à choisir la vie. Lorsqu’elle est confrontée à une grossesse en situation de crise, elle a besoin qu’il lui dise : « Nous pouvons le faire ensemble. Je suis là pour toi. » Bien que certains pères assument dignement cette responsabilité, beaucoup n’ont pas la maturité et l’altruisme nécessaires pour le faire. Malheureusement, c’est souvent le père de l’enfant qui est la plus grande source de pression pour qu’une femme se fasse avorter. Il y a néanmoins de belles manières dont la grâce agit dans le cœur des pères. J’ai vu des hommes que la naissance de leurs enfants a élevés : ils ont atteint des vertus dont ils n’étaient pas capables auparavant, et n’auraient peut-être jamais atteint si leur enfant n’avait pas vécu.

Quel apostolat avez-vous auprès des femmes qui ont avorté ? Voyez-vous chez elles un traumatisme et comment le guérir ?
Les statistiques indiquent qu’aux États-Unis, aujourd’hui, environ une femme sur quatre a subi un avortement. Nous voyons beaucoup de « victimes » de l’avortement dans notre apostolat de l’Espérance et de la Guérison. Beaucoup de ces femmes ont vécu des années, voire des décennies, de honte et de culpabilité secrètes. Elles pensent qu’elles n’ont pas le droit d’éprouver ces sentiments pour avoir commis un acte légalisé, totalement admis, alors qu’il les a traumatisées. Nous aidons les femmes à reconnaître la gravité de ce qui s’est passé – et ensuite à se précipiter dans les bras aimants de Jésus, qui attend ses filles avec une miséricorde débordante dans l’intimité de l’adoration et de la confession. Certains de nos collaborateurs pro-vie les plus dévoués, qui ont la plus forte compassion pour les autres, nous ont d’abord rencontrées par l’intermédiaire de ce ministère.

Comment voyez-vous le combat pour la Vie aux États-Unis et dans le reste du monde ?
Aux États-Unis, nous sommes bénis par la grâce de Dieu, avec de nombreux îlots où la foi chrétienne est forte et attire les jeunes. Cela donne de la vigueur à des mouvements tels que « 40 Days for Life », aux veillées de prière devant des cliniques d’avortement, qui se développent et s’étendent même à l’étranger. Des centaines de milliers de jeunes affluent chaque année à Washington lors de la Marche pour la Vie. Il existe des réseaux de centres de maternité qui apportent une aide pratique aux femmes enceintes qui hésitent à garder leur enfant. Dans ce pays et dans le reste du monde, même quand il semble que la culture de la mort gagne du terrain, nous savons qu’il y a de l’espoir. Comme l’un de nos prêtres-professeurs nous le rappelle : « Le Christ est ressuscité ; l’Agneau est sur le trône ; la victoire a été remportée. »

 

 

< Voir toutes les actualités

Archives