Accueil > Evénements > Actualité > G8 : Accord souple sur la santé maternelle

Actualité

Imprimer la page

G8 : Accord souple sur la santé maternelle

Publiée le 01-05-2010

Les ministres du Développement des pays du G8 se sont entendus pour laisser chaque pays déterminer comment il compte poursuivre l'objectif d'améliorer la santé des mères et des enfants des pays pauvres, n'obligeant donc aucun Etat à financer l'avortement à l'étranger. Une polémique au Canada avait en effet débouché sur la volonté par les autorités de ne pas financer les avortements dans les pays du tiers-monde.

C'est ce qu'a annoncé la ministre canadienne de la Coopération internationale, Bev Oda (photo ci-dessus), lors d'une conférence de presse à la fin d'une rencontre de deux jours à Halifax. Mme Oda a présenté cette entente comme un progrès.

Les ministres se sont spécifiquement entendus pour mettre l'accent sur l'amélioration de l'alimentation des femmes enceintes, la prévention des maladies et des pandémies et une offre de services divers pour les femmes enceintes et leurs enfants.

Cette « souplesse » convenue entre les participants au sommet permet d'éviter l'épineuse question de l'avortement. Le gouvernement Harper a décidé d'exclure tout recours à l'avortement dans le cadre de son plan pour améliorer la santé des femmes et de leurs enfants.

D'autres pays du G8, dont les États-Unis et le Royaume-Uni, ne sont cependant pas de cet avis.

À la fin du mois de mars, la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton, fervente partisanne de l'avortement, a déclaré sans détour que la santé maternelle ne pouvait faire abstraction de la santé de la reproduction. « Et la santé de la reproduction inclut la contraception, la planification familiale ainsi que l'accès légal et sécuritaire à l'avortement », avait-elle fait valoir.

Source : Radio Canada  - avortementivg.com 1.5.2010

< Voir toutes les actualités

Archives