Accueil > Evénements > Actualité > De la fenêtre de la maison du Père, il nous bénit !…

Actualité

Imprimer la page

De la fenêtre de la maison du Père, il nous bénit !…

Publiée le 04-02-2011

Il considérait que la manifestation de l'amour sans limite de Dieu était la priorité des priorités : montrer, expliquer, témoigner que la Miséricorde Divine – c'est, disait-il, le nom de l'Amour ici-bas – n'a pas de limite ; et que même, c'est elle qui fixe une limite au Mal.

Notre monde est trop malade pour qu'on lui fasse les gros yeux : il faut exprimer la tendresse infinie de ce Dieu «ami des hommes», dévoiler sa patience, manifester sa miséricorde. Voilà l'urgence. Voilà l'évangélisation, la nouvelle évangélisation. Tout est là. Notre monde, qui suinte la violence de partout, ne sait plus comment exprimer son angoisse et sa peur ; ce monde, que l'on croyait «libéré» et que l'on découvre tellement écrasé de culpabilité, attend la révélation d'une espérance à la hauteur de son angoisse.

 

À Turin, au mois de mai, nous avions été tellement bouleversés de nouveau devant ce Visage qui prend sur Lui le mal et la violence : Il absorbe tout, pour ne renvoyer qu'amour et tendresse infinie.

Toute sa vie, Jean-Paul II s'est fait l'écho de cet appel de Jésus reçu par sainte Faustine, l'humble religieuse polonaise, dans le diocèse dont il avait été le pasteur. Il a plu au Seigneur de le rappeler à Lui, précisément dans la lumière de cette fête de la Miséricorde qu'il avait instituée pour l'Église universelle, à la demande de Jésus lui-même, le 1er dimanche après Pâques.

Et voici que Benoît XVI, qui a tant et si bien repris le flambeau de la nouvelle évangélisation qu'il y a récemment consacré un «ministère» spécial à la Curie, choisit de donner à l'Église et au monde ce signe si fort : c'est ce jour-là, justement, qu'il béatifiera son bien-aimé prédécesseur.

Depuis longtemps, ce dimanche de la Miséricorde avait été choisi comme une étape importante pour les projets paroissiaux. Dès le mois de décembre, le Conseil paroissial avait décidé de conjuguer, à l'occasion du carême, les deux grands thèmes du moment pour nous : nouvelle évangélisation – et donc miséricorde… – et famille. Et pour répondre à l'appel de Jésus, relayé par Jean-Paul II, nous avions choisi ce 1er mai 2011 pour introniser chez nous l'icône de la Miséricorde Divine. Et nous tiendrions, ce jour-là aussi, notre deuxième assemblée paroissiale ; en même temps que nous lancerions, ce jour-là toujours, la prière d'adoration continue.

De quelle lumière extraordinaire et universelle sera illuminée du coup cette journée si dense pour la vie paroissiale ! Et pour couronner le tout, puisque la Providence ne fait rien à moitié, ce grand jour illuminé par le sourire douloureux de «notre» Jean-Paul-II-le-Grand, sera aussi le premier jour du mois de Marie, à l'ombre bienveillante de Joseph, patron des travailleurs…

What else ?… Rien. C'est notre joie ; aujourd'hui, elle est parfaite !
Bonne année, vraiment, de tout cœur !

Père François Potez, curé
 

< Voir toutes les actualités

Archives