Accueil > Evénements > Actualité > La Croix Rouge est-elle sur le point de proclamer l'existence d'un droit humain à l'avortement ?

Actualité

Imprimer la page

La Croix Rouge est-elle sur le point de proclamer l'existence d'un droit humain à l'avortement ?

Publiée le 16-12-2011

New York, 16 Décembre (C-FAM)

Un récent rapport de la Fédération Internationale de la Croix Rouge et du Croissant Rouge (IFRC) fait craindre que l'organisation soit sur le point de soutenir le droit à l'avortement.

Dans une section du rapport sur les droits de l'Homme, l'IFRC cite un document très controversé publié par Anand Grover, le Rapporteur Spécial de l'ONU pour le droit à la santé, dans lequel il affirme : « Les Etats doivent prendre les mesures nécessaires pour faire en sorte que les services légaux et sécurisés d'avortement soient disponibles, accessibles et de bonne qualité. » Le rapport de l'IFRC poursuit en commentant : « Mais le défi véritable est de savoir combien d'Etats vont, de fait, réformer leur politique conformément [à cet appel] ».

Certains pourraient croire que la IFRC pourrait être amenée à déclarer que l'avortement est un droit de l'Homme, comme le fit Amnesty International en 2007. Au milieu de la controverse, Amnesty avait simplement annoncé que le soutien à l'avortement était prolongement « naturel » de sa campagne de deux ans de lutte contre la violence à l'égard des femmes.

Au départ, un manager des relations extérieures de la IFRC a déclaré au Friday Fax que l'organisation ne considérait « en aucune manière » l'avortement comme étant un droit de l'homme. Gabriel Pictet, le manager de l'unité de la santé communautaire de l'IFRC déclarait : « l'IFRC n'a pas changé sa position sur [le rapport de] l'avortement aux droits de l'Homme. A ma connaissance, elle n'en a jamais eu ».

M. Pictet a affirmé que l'IFRC avait cité le document très controversé du Rapporteur Spécial de l'ONU « parce que le problème de l'avortement sans danger est un problème en rapport avec la santé publique, les inégalités dans le domaine de la santé, et les droits de l'homme. Faire en sorte que l'accès à l'avortement ne comporte pas de danger [pour la santé], plutôt que criminaliser l'avortement et par conséquent, le rendre dangereux, augmente les chances d'atteindre l'Objectif du Millénaire pour le Développement numéro 5 [améliorer la santé maternelle] ».

L'IFRC a adopté la même position que les groupements pro avortement militant à l'ONU qui assimilent l'avortement « non sans danger » à l'avortement illégal, et qui s'appuient sur les accords internationaux sur le développement pour promouvoir la légalisation de l'avortement. En fait, l'avortement peut être la cause de problèmes de santé maternelle et même causer la mort. Par ailleurs, le taux le plus bas de mortalité maternelle est celui des pays dans lesquels l'avortement est illégal, par exemple l'Irlande et le Chili.

En outre, l'avortement n'a jamais été mentionné dans les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). Les Etats Membres de l'Onu on refusé que le terme de « santé procréative » soit ajouté aux OMD chaque fois que celui-ci a été débattu, précisément pour éviter que ceux-ci soient interprétés pour inclure l'avortement. Alors que les agences de l'ONU ont commencé à affirmer en 2008 que l'OMD n°5 comprend des objectifs concernant la santé procréative, ils ne peuvent pas affirmer publiquement que ces objectifs incluent l'avortement.

Pour le moment, affirme M. Pictet, « parce que l'avortement est un problème de conscience personnelle, il n'appartient pas à une organisation internationale telle l'IFRC d'aller au delà de la l'évocation de ce problème ».

L'organisation, basée à Genève, est une organisation distincte du Comité International de la Croix Rouge (CICR), vieux de 150 années. Alors que CICR travaille dans des zones de conflit et adhère à la Convention de Genève de 1949, l'IFRC est sensée travailler en zone hors conflit ou là où les conflits sont résolus, en cas d'urgences humanitaires.

Les deux organisations font partie du Mouvement de la Croix Rouge, dont la mission est de « soulager la souffrance humaine, protéger la vie et la santé, et protéger la dignité humaine particulièrement pendant les périodes de conflit armés et autres cas d'urgence. »

< Voir toutes les actualités

Archives