Accueil > Evénements > Actualité > Le jour où un scapulaire a sauvé un vaisseau du naufrage

Actualité

Imprimer la page

Le jour où un scapulaire a sauvé un vaisseau du naufrage

Publiée le 28-05-2016

     En 1845, le King of the Ocean quittait le port de Londres à destination de Botany, en Australie. Parmi les passagers figurait un pasteur protestant, le Révérend James Fisher, accompagné de son épouse et de leurs deux enfants, âgés de 7 et 9 ans. Le temps fut clément pendant les premières semaines de la traversée mais, lorsque le navire entra dans l’océan Indien, une tempête d’une violence inouïe, venant du nord-ouest, commença à balayer la mer. Les vagues en furie déferlaient sur l’embarcation, les voiles se déchiraient de toutes parts et le vaisseau n’était plus qu’un fétu de paille à la merci des vagues dans cette nuit terrifiante. L’ordre fut donné aux passagers de descendre dans leurs cabines. Il n’y avait rien à faire. On entendait seulement les ordres du capitaine, les cris de désespoir des marins et passagers et leurs prières s’élevant vers le ciel.

     James Fisher, avec sa famille et quelques autres personnes, monta sur le pont et demanda à tous de se joindre à eux pour obtenir du Ciel pardon et Miséricorde. Parmi l’équipage se trouvait un jeune matelot irlandais, de la région de Louth, nommé John McAuliffe, qui entrouvrit sa chemise et en sortit un scapulaire. Il le brandit, fit un signe de croix et le lança dans la mer. Aussitôt les flots se calmèrent, la tempête s’apaisa et une dernière vague ramena aux pieds du matelot le scapulaire, celui-là même qu’il avait lancé quelques instants auparavant dans l’océan en furie. C’est ainsi que le navire put arriver sain et sauf au port de Botany.

     Les seules personnes qui avaient remarqué le geste du matelot et le retour du scapulaire furent les Fisher. S’approchant avec un profond respect du jeune homme, ils lui demandèrent ce qu’était cette pièce d’étoffe brune, marquée des ini­tiales B.V.M. Une fois renseignés, ils promirent, sur place, d’embrasser la foi dont la protectrice et l’avocate est la puissante Vierge du Carmel, Notre Dame, Mère de Jésus, la « Bienheureuse Vierge Marie ».

     Parvenus jusqu’à la ville de Sydney, les Fisher se rendirent dans la petite chapelle de bois de Sainte-Marie et furent admis au sein de l’Église catholique par celui-là même qui devait devenir Mgr Bede Polding, le tout premier évêque catholique d’Australie

 

 

 

 

< Voir toutes les actualités

Archives