Accueil > Evénements > Actualité

Actualité

La sédation terminale jusqu’à la mort est, de fait, une euthanasie déguisée

Publiée le 18-12-2014

France Renaissance a analysé le rapport et la proposition de loi Claeys-Leonetti sur la fin de vie. Sur la sédation terminale, voici ce que l'institut écrit :

"Cette sédation terminale, mesure phare du projet de loi, est introduite dans l’article 3 : « le médecin applique le traitement à visée sédative et antalgique provoquant une altération profonde et continue de la vigilance jusqu’au décès. »

La première condition est extrêmement significative de l’esprit de la loi, et permet de répondre un peu plus précisément aux questions posées par le choix du terme de dignité à l’article premier. Il est en effet stipulé qu’une personne peut demander au médecin de procéder à la sédation finale, accompagnée d’un arrêt de l’alimentation et de l’hydratation, afin de ne pas « prolonger inutilement sa vie ». Il serait ici encore intéressant de connaître la position du législateur et du juge sur le terme « inutilement ». Dès lors comment juger si une vie est utile ? Faut-il le faire et qui doit le faire ?

L’utilité d’une vie est-elle le critère de dignité de la vie humaine ? En cas de litige, quel sera « l’esprit du législateur » retenu par le juge pour trancher ?

Est également stipulé : « un traitement à visée sédative et antalgique provoquant une altération profonde et continue de la vigilance jusqu’au décès associé à l’arrêt de l’ensemble des traitements de maintien en vie ». Les législateurs le précisent toute sédation doit s’accompagner automatiquement de l’arrêt de la nutrition et de l’hydratation. Une sédation finale sans arrêt de l’alimentation et de l’hydratation constitue pour le législateur « une pratique malheureuse ».

Dès lors, doit-on considérer que le but de cette sédation est de soulager la souffrance, ou au contraire de masquer les conséquences d’une mort par la faim et la soif ?

La mort par arrêt d’alimentation et d’hydratation est-elle conforme au droit à la fin de vie dans la dignité instauré par l’article 1 de la PPL ?

Lors de l’injection des sédatifs, la volonté du soignant est-elle de soulager, ou alors de tuer, conjointement à l’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation artificielle ?

Ce projet de loi est officiellement décrié par les partisans de l’euthanasie et du suicide assisté comme l’ADMD, le jugeant à juste titre profondément hypocrite. Ce projet vise à légaliser des pratiques euthanasiques qui refusent de dire leur nom. La sédation terminale jusqu’à la mort est une euthanasie déguisée, elle vise délibérément à provoquer la mort. Dès lors les arguments seront prêts pour un basculement à court terme vers une loi autorisant l’euthanasie et le suicide assisté. Ce projet de loi en annonce les prémices. S’il est adopté en l’état, c’est l’euthanasie qui est légalisée."

 

 

Joyeux Noël

Publiée le 18-12-2014

eee

Lire la suite

Le rapport Claeys-Leonetti frappe à côté des vrais enjeux

Publiée le 16-12-2014

Lu sur Gènéthique:

Gènéthique a relevé quelques réactions de médecin, philosophe et politique qui n’ont pas été convaincus par la proposition de loi des députés Claeys et Leonetti, la jugeant inadéquate aux véritables enjeux de la fin de vie.
Le Dr Olivier Jonquet est médecin-réanimateur et porte parole du collectif Convergence Soignants-Soignés. S’il apprécie que les mots « suicide assisté » et « euthanasie » ne soient pas cités dans ce rapport « il importe d’être vigilant sur les termes, les moyens et les procédures employés ». Il analyse le rapport en rappelant que la sédation « est déjà reconnue dans le droit et inscrite dans le code de déontologie médicale ». Il précise d’ailleurs qu’elle est admise par l’Eglise catholique, par exemple, lorsque l’intention première est de soulager le patient même si l’on sait que cela peut hâter la mort (doctrine du double effet). En revanche, il s’inquiète de la nouveauté du rapport qui réside dans la reconnaissance d’un droit à « un traitement à visée sédative et antalgique provoquant une altération profonde et continue de la vigilance jusqu’au décès associé à l’ensemble des traitements de maintien en vie » dans certaines conditions (article 3 de la proposition de loi). « Ce qui me choque est la liaison causale obligatoire entre « altération profonde et continue de la vigilance » et « décès » ».
Damien Le Guay, philosope  (1) révèle les ambigüités de ce texte qui servira de base au débat parlementaire à venir :  » Nous entrons-là dans une zone de turbulence politique où certains, pour mettre en avant des «marqueurs de gauche», pourraient vouloir en profiter pour détricoter la loi Léonetti (qui sert de cadre, depuis 2005, à la fin de vie en France) au profit d’une «sédation euthanasique». Nous verrons bien. Mais le risque est grand. Pour lui, l’urgence est au mal mourir et non au débat sur l’euthanasie, qui concerne au mieux 5000 cas en France. « 300 000 de nos concitoyens meurent d’une manière inhumaine ».  Il regrette que rien n’ai été fait pour y remédier,« pour limiter la mort aux urgences, pour lutter contre «l’obstination déraisonnable», pour favoriser la HAD – l’hospitalisation à domicile. Rien. » Par ailleurs il attend de voir ce que deviendra le « plan pour les soins palliatifs » annoncé: « sera-t-il conséquent, large, bien pourvu ou, au contraire, s’agit-il, encore une fois, comme avec Madame Bachelot, d’un écran du fumée où l’on se paie de mots. »
La boite à idée, mouvement au sein de l’UMP né en 2012 à l’initiative de proches de Nicolas Sarkozy, a fait part de sa circonspection autour de la « rhétorique compassionnelle » et constate que les « vraies questions ne sont pas traitées« . « Relever le défi de la fin de vie ne passera pas par une révolution du cadre juridique actuel. L’enjeu principal est de mieux appliquer la loi Leonetti en vigueur, et de mieux la faire connaître […] Le vrai enjeu de la fin de vie est celui de l’accompagnement des personnes. Et donc celui des moyens accordés aux personnes les plus vulnérables de notre société "
 
1 - Damien Le Guay est également président du comité national d’éthique du funéraire, membre du comité scientifique de la SFAP et enseignant à l’espace éthique de l’AP-HP. Il vient de faire paraître Le fin mot de la vie – contre le mal mourir en France (Ed. du Cerf)
 
--------------------------------------------------
Source : Famille Chrétienne (Docteur Olivier Jonquet) 15/12/2014 – www.la-bai.fr 12/12/2014 – Le Figaro (Damien Le Guay) 15/12/2014

 

 

 

Bilan des veillées pour la vie : +30%

Publiée le 12-12-2014

Il y a eu des grandes veillées, comme à Lyon avec le cardinal Barbarin et il y a eu des petites veillées où deux ou trois personnes était réunis au nom du Christ, qui est "le chemin, la vérité et la Vie" ! Voici une belle vidéo d'une veillée organisée à Calvisson :

169 lieux de prière pour la Vie ont été recensés : c'est +30% d'augmentation entre 2013 et 2014 !

Plus de 1691 personnes se sont inscrite à la neuvaine de formation Spi et Bioéthique. Cette neuvaine à touché les quatre coins du monde, les cinq continents ! Nous avons reçu de très beaux témoignages de grâces reçues, comme cette femme d'Haarlem (Pays-Bas) : 

"Si l'on savait que la naissance d'une nouvelle âme se fait dés sa conception, il y aurait moins d' avortements et cela je ne le savais pas! Pardonne moi seigneur et pardonne aussi à toutes ces femmes qui ne savent pas."

A nous de continuer à œuvrer pour la renaissance d'une culture de Vie au sein de notre société !

Lire la suite

La Neuvaine : pourquoi jeûner pour sa patrie ?

Publiée le 12-12-2014

L'abbé Pierre Amar, licencié en droit, chargé de communication d’un communauté religieuse puis aumônier militaire, est prêtre du diocèse de Versailles. Il est l'auteur de la méditation de la semaine de la neuvaine :

A"Bonne nouvelle ! A l’heure du tout, tout de suite et pour pas cher, l’Eglise propose un remède radical : le jeûne. La recette serait même un peu tendance, et pas uniquement pendant le Carême ! Ne l’avez-vous pas remarqué ? Le jeûne a pris ces dernières années un véritable coup... de jeune ! « Jeûne thérapeutique », « jeûne et randonnée », « remise en forme par le jeûne » ; allez sur Internet ou dans les revues de santé en tout genre et vous serez surpris de la promotion en faveur de cette pratique plurimillénaire à laquelle le Judaïsme, et dans son sillage la toute première Église, ont donné un sens spirituel et religieux.

S’ouvrir aux autres et à l’Autre

Pour autant, le jeûne chrétien n’est pas thérapeutique ou hygiénique même s’il peut avoir des effets positifs sur notre corps. Le jeûne suppose une attitude de Foi, d’humilité et de totale dépendance par rapport à Dieu. Dans un message de Carême de 2009, Benoît XVI insistait sur ce point : « le jeûne est sans nul doute utile au bien-être physique, mais pour les croyants, il est en premier lieu une « thérapie » pour soigner tout ce qui les empêche de se conformer à la volonté de Dieu. »

Lire la suite

La communion aux "divorcés-remariés" : une affaire d'argent ?

Publiée le 12-12-2014

Le préfet de la Congrégation pour la doctrine de la Foi, le cardinal Gerhard Müller a déclaré lors d’une récente réunion de la Commission théologique internationale :

« Chaque division entre “théorie” et “pratique” de la foi serait le reflet d’une subtile hérésie christologique »

Le cardinal Müller a rappelé que l’enseignement constant de l’Eglise est que la « connaissance de Dieu » est ordonnée à « la fin ultime de l’homme, pour la rédemption de l’homme » (concile Vatican I). Il ne peut jamais y avoir d’« hiatus ou de conflit entre la compréhension de la foi et la pastorale ou la pratique de la foi vécue » ; par conséquent, toute « théologie authentique » croît à partir de la « théorie » et reste en cohérence avec elle.

Lire la suite

Marche pour la Vie du 25 janvier à Paris

Publiée le 11-12-2014

Le père Bernard, modérateur de la Famille Missionnaire de Notre-Dame, communique sur la participation fidèle de sa communauté à la Marche pour la Vie le 25 janvier prochain :

"La Famille Missionnaire de Notre-Dame fête solennellement Notre-Dame des Neiges, ce samedi 13 décembre à Saint-Pierre-de-Colombier. Elle invitera particulièrement ses amis à prendre part à la Marche pour la vie le dimanche 25 janvier prochain à Paris. Nos parlementaires français viennent de commémorer les 40 ans de la Loi Veil. Le Droit à l’avortement est à présent pratiquement reconnu dans les faits en France !

Lire la suite

Joyeux Noël... dites-le avec des livres

Publiée le 09-12-2014

Port offert jusqu'au 20 décembre 2014

 

- LA JOIE DE LA FAMILLE : enseignement du Pape François sur la famille. Ed Peuple Libre, collection Evangile de la Vie. Des petits chapitres facilitent la lecture de ce livre, la réflexion en couple ou en famille. Ces pages aident à traduire par des gestes concrets, des initiatives concrètes l'amour dans le mariage chrétien et la famille. -  11€

 

 

- Ce Bonheur que tu cherches, pour les jeunes de 15 à 22 ans. Un prêtre répond à leurs questions. -ème mille. De nombreuses conversions suite à la lecture de ce livre - 18€

 

HOPE:N - 4 frères d'une même famille nous ouvrent à la louange. Leur premier album traverse la France. Un beau cadeau de Noël pour les jeunes. 15€

Lire la suite

Neuvaine à l'Immaculée Conception

Publiée le 28-11-2014

Neuvaine bénie et encouragée par le Saint-Père Benoit XVI

     L'Eglise aime se tourner vers l'Immaculée en ces premiers jours de l'Avent. Avec confiance, peu importe la situation dans laquelle nous nous trouvions, nous sommes invités à ouvrir notre cœur pour déposer tout ce que nous portons, nos joies et nos peines, nos luttes et nos échecs, nos désirs, dans le Cœur de Notre-Dame au cours de cette Neuvaine mondiale de prière.

Chaque jour de la neuvaine :

  • Lire la prière ci-dessous
  • Un Notre Père
  • 10 Je Vous Salue Marie
  • 1 Gloire au Père
  • 3 fois l'invocation suivante : "O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous"


Le 8 décembre

Nous sommes invités à participer à la Messe et à la procession aux flambeaux dans nos paroisses, en l'honneur de Notre-Dame.
Ce temps de neuvaine est aussi un temps privilégié pour la confession, qui ouvre nos cœurs aux grâces que le Seigneur désire nous donner par Marie l'Immaculée, et pour la participation à l'Eucharistie, de préférence le 8 décembre.
On prendra soin d'orner le coin prière de la famille ou le coin prière personnel. Que la joie grandisse dans nos familles, chaque jour de la neuvaine à l'Immaculée. Un bon repas en famille pourra clôturer cette Neuvaine de prière. N'oublions pas de mettre des veilleuses sur le bord de nos fenêtres le soir du 8 décembre. Pour dire MERCI à l'Immaculée. Pour lui dire toute notre affection. Pour demander que du Ciel, Dieu bénisse notre famille et que Notre-Dame veille sur chacun de ses membres. (On pourra facilement acquérir ces veilleuses dans nos paroisses).

Prière à réciter chaque jour

    O Marie, Vierge Immaculée, avec la Sainte Famille, foyer d'amour, nous vous prions d'apporter l'Espérance aux couples menacés par la désunion, aux pauvres isolés ou en détresse, aux enfants privés d'éducation et de tendresse. Secourez les familles éprouvées par la guerre, la misère ou la maladie.

     Mère très aimante de Jésus, entourez chaque famille de votre affection maternelle pour qu'elle soit un lieu de prière, de partage, de service et de joie, une voie privilégiée d'évangélisation et un signe visible de la Miséricorde divine.

     Marie, Fille du Très-Haut, aidez-nous à vivre sous la conduite de l'Esprit-Saint, dans la communion des coeurs, le respect mutuel, la générosité, la fidélité aux enseignements et la confiance dans la vie.

     Avec Saint Joseph votre époux, donnez à chaque membre de nos familles de témoigner de la beauté du mariage, d'exprimer sa Foi de façon concrète et d'accomplir la volonté du Père.

Ainsi soit-il.

 

 

Nous assistons à un glissement majeur d’une société dont la valeur principale était la Vie à une société dont la valeur devient la mort.

Publiée le 28-11-2014

COMMUNIQUE

Il y a 40 ans, jour pour jour, Simone Veil, alors ministre de la Santé, défendait dans l’Hémicycle son projet de loi sur l’avortement en soutenant avec « toute sa conviction » que « l’avortement devra toujours être une exception, l’ultime recours pour des situations sans issue, car il est et restera toujours un drame pour tout être humain »
Aujourd’hui, Mme Catherine Coutelle, pour fêter ce triste anniversaire, présentera au vote à l’assemblée nationale, une résolution pour davantage asseoir le droit à l’avortement et l’ériger en un droit fondamental.
Depuis ce matin, nous entendons ainsi des voix se réjouir de ces 40 dernières années, appelant dans le même temps, à une toujours plus grande vigilance pour que le droit à l’avortement soit un droit respecté. Nous entendons parler de « liberté des femmes à disposer de leurs corps », de « droit des femmes au confort », de « droit au choix »…. Pas une seule fois cependant ne sont évoqués les concepts de Vie et de Mort…et pourtant, c’est bien de cela dont il est question, n‘en déplaise à certains ! Rappelons à ce titre, ce chiffre épouvantable de 9 millions de victimes innocentes, sans compter les millions de femmes souffrant encore des conséquences psychologiques et physiques de leur avortement. Nous recueillons chaque jour, au sein de notre antenne d’écoute aux femmes enceintes en difficultés, des témoignages édifiants à ce sujet. Aujourd’hui, il est clair que nos politiques préfèrent se placer du coté de la promotion de l’avortement que du côté de la prévention et du soin des femmes ayant avorté.

La contradiction idéologique est flagrante. D’un côté, tout le monde s’accorde à reconnaître l’avortement comme un drame, et d’un autre on célèbre ses 40 ans en grandes pompes avec qui plus est, une volonté de placer l’avortement au rang de pilier de notre société.

Nous assistons par la même à un dérèglement bioéthique, à un glissement majeur d’une société dont la valeur principale était la Vie à une société dont la valeur devient la mort.
Ne nous étonnons donc pas que cette loi sur l’avortement qui a ouvert la boite de Pandore en autorisant la suppression des plus fragiles et des plus petits en début de vie, aboutisse demain à une autorisation de supprimer les plus fragiles en fin de Vie !
Le droit de tuer l’Autre, demain sera devenu définitivement supérieur au droit à la vie !
Ce qui signifie tout simplement que l’interdit du meurtre, fondement de toute civilisation sera purement et simplement balayé au profit de la liberté individuelle dont la liberté de tuer!

Gardons malgré tout confiance… des voix continueront de s’élever pour dire stop à cette spirale infernale et prendre le parti de la Vie ! Je vous donne rendez-vous le 25 janvier à Paris pour marcher pour la Vie !

 

29 novembre, 5ème Veillée mondiale de prière pour la vie naissante

Publiée le 28-11-2014

29 novembre 2014 : 5ème Veillée de prière pour la vie, à la suie de la demande de Benoit XVI. Cette année en France, ce sont plus de 150 Veillées de prière pour la vie naissante.

Trouver la Veillée la plus proche de chez vous ?

soirée de prière

 

 

 

 

 

Sédation forte d'une opinion publique en phase terminale

Publiée le 28-11-2014

Communiqué de Laissez les vivre :

"C'était un 26 novembre : en 1974, Mme VEIL à la tribune de l'Assemblée ; en 2014, M. CLAEYS, dans une tribune du quotidien "Libération". Pour l'opinion publique, c'est bien une sédation forte et terminale que propose le député CLAEYS dans son entretien au quotidien " Libération" en date du 26 novembre 2014 et elle ne sera consciente de rien ne souffrira pas puisque lui seront retirées alimentation et hydratation considérées comme des traitements en l'occurrence pour elle information et sens des mots.

Le mot "euthanasie" est supprimé, car sa consonance évoque bien trop l'état national-socialiste ou état nazi ainsi que l'avait déjà déclaré M. KOUCHNER (ancien ministre de la Santé) au procès de cet encombrant Docteur BONNEMAISON dont l'acquittement le 26 juin dernier pourrait bien faire désordre aujourd'hui (il sera d'ailleurs rejugé en appel à Angers sans doute dans une relative discrétion).

En fin de compte plus question de faire de son procès comme cela avait été un temps envisagé le "Bobigny de l'euthanasie" mais non bien sûr, il ne s'agit pas de légalisation de l'euthanasie : non, cela n'a absolument aucun rapport.... Le projet ou la proposition de loi, (au vu du discrédit actuel de l'exécutif, il est hautement vraisemblable qu'il s'agira plutôt d'une proposition de loi (texte d'initiative parlementaire) prévoira la possibilité "d'une sédation profonde et terminale jusqu'au décès" et, ce, "dans un délai non déraisonnable" et cela permettra, selon le député CLAEYS, de régler la quasi-totalité des cas dont celui de Vincent Lambert qui, première contradiction, n'avait pourtant pas laissé de directives écrites. M. CLAEYS pense t-il ainsi pouvoir assimiler directives personnelles et déclarations d'une partie de l'entourage du malade ?

Le député propose de rendre "contraignantes les directives anticipées" ce qui était déjà le cas et si une demande "sortait du cadre" ce serait au médecin de répondre et "de se justifier devant un collège de médecins". Il affirme par ailleurs de pas être personnellement hostile à l'idée d'une légalisation du suicide assisté particulièrement demandée par l'A.D.M.D mais avoir voulu "rester dans une démarche commune" avec M. LEONETTI, personnalité très consensuelle et très populaire. Sans doute, s'agit il d'une conséquence des rendez-vous organisés par les deux députés au sein même de l'Assemblée Nationale le 8 octobre avec les Grands Maîtres de trois grandes loges : Grand Orient, Grande Loge de France, Grande Loge Féminine de France au cours desquels la marche à suivre aurait pu leur être suggérée : avoir l'air de réfléchir longuement (près de six mois) alors que tout était déjà prêt, n'utiliser ni le mot euthanasie, ni celui de suicide assisté, ne plus se complaire à évoquer les faits divers de suicide assisté car si l'affaire BOUCHETON avait fait grand bruit cet été, on peut constater que depuis début octobre les récentes affaires de suicide ont rencontré peu d'écho dans la presse française s'il s'agisse des faits divers des pays étrangers tel l'affaire Brittany MAYNARD aux Etats Unis ou du pompier belge Kevin CALMET, tous deux trentenaires et atteints de cancers au cerveau ou des affaires françaises de suicide de couple pourtant spectaculaires tel celle de l'hôpital Amboise Paré comme si elles ne cadraient pas avec le calendrier souhaité par la franc-maçonnerie.

Le texte doit être remis au Premier Ministre le 10 décembre prochain et être ultérieurement présenté au Parlement. Vraisemblablement adopté à une très large majorité, ce dernier pourra être interprété dans un sens encore plus favorable à la culture de mort au gré des différentes missions d'évaluation qui ne manqueront pas d'en renforcer la portée comme ce fut le cas pour la loi Léonetti de 2005. En 1984, au 5ème Congrès mondial des associations pour le droit de mourir dans la dignité, Helga KUHSE, déléguée australienne déclarait : "Si nous pouvons obtenir des gens qu'ils acceptent la possibilité de supprimer tout traitement et tout soin, spécialement toute alimentation, ils verront alors combien la mort est un chemin douloureux,et ils accepteront pour le bien du malade l'injection létale." Nous n'en sommes pas tout à fait rendu à ce stade mais pas loin et l'urgence budgétaire des déficits de la Sécurité Sociale fera le reste, il est d'ailleurs significatif à cet égard que le Québec ait voté le 12 juin 2014 une loi d'aide active à mourir alors que son budget venait de l'être. Ainsi, tel que l'avait cyniquement pronostiqué et souhaité M. ATTALI : "L'euthanasie deviendra un mode essentiel de gouvernement des sociétés futures" mais cela il faut éviter de le rappeler aujourd'hui pour hâter de faire passer une loi qui vraisemblablement sera présentée comme un perfectionnement de la loi LEONETTI à une opinion publique en état de sédation."

 

 

"Ce vers quoi tend l’actuelle emprise technologique, c’est une Contre-Annonciation et une Désincarnation"

Publiée le 28-11-2014

Ces mots sont de Fabrice Hadjadj, tirés d'une interview qu'il a accordée à la Fondation Jérôme Lejeune à l'occasion de la sortie de sa pièce “ Jeanne et les post-humains ou le sexe de l’ange ”, qui pose la question de la valeur de la vie dans une société tout-technologique. Extraits de l'interview :

[...]"FJL : Cette problématique du transhumanisme conduit à réfléchir sur le sens de l’homme face à la science. Elle a été au cœur de la vie de Jérôme Lejeune. Sa réflexion vous a-t-elle inspiré pour la rédaction de la pièce ?

FH : J’ai été marqué par le texte de " L’enceinte concentrationnaire " et cette affaire qui eut lieu, comme par hasard, dans le Maryland : le pays de Marie. Il y a là de quoi écrire une tragédie et plus encore. Car il me semble que ce vers quoi tend l’actuelle emprise technologique, c’est une Contre-Annonciation et une Désincarnation.

Le produit de la biogénétique doit se substituer au fruit des entrailles, et la chair faite bits, au Verbe fait chair. In vitro veritas, disait Philippe Muray, qu’il s’agisse du verre de l’éprouvette ou de la vitre de l’écran.

FJL : Quel est le lien entre l’eugénisme et le transhumanisme ?

FH : C’est le biologiste Julian Huxley, premier directeur général de l’UNESCO, qui a remplacé un terme par l’autre. Il ne faisait plus bon défendre l’« eugénisme » après la chute du IIIe Reich. Mais Huxley, pour faire croire qu’il abandonnait la chose, s’est contenté de la poursuivre en lui donnant un autre nom, comme il convient quand on dirige une organisation internationale et qu’on est par conséquent aguerri à ce que l’on appelle à tort la « langue de bois » (car le bois est une matière admirable – celui de la Croix – mais alors comment dire ? Peut-être « langue de bits »…).

Cependant le transhumanisme va plus loin. Il ne s’agit plus seulement de sélectionner et d’améliorer les naissances, comme le mot « eugénisme » l’indique encore, mais de passer de la naissance à la pure et simple fabrication. Ray Kurzweil parle ainsi de la quête de supports non-biologiques.

Il rêve d’une immortalité sur disque dur. Ce qu’on peut lui souhaiter : il nous suffira d’appuyer sur le bouton " delete " pour nous débarrasser de sa crétinerie.

FJL : La pièce met en scène une vision de l’homme instrumentalisé par le relativisme technocratique. L’angoisse est-elle le seul avenir de l’homme du XXI e siècle ?

FH : Günther Anders disait que nous étions devenus des « analphabètes de l’angoisse ». Selon lui, après Hiroshima, l’angoisse qui devrait être notre lot est au-delà de nos capacités individuelles d’imagination et de sensibilité. C’est pourquoi, à la place d’une angoisse trop incommensurable pour être éprouvée, nous nous ruons vers le divertissement et la dérision. Mais l’apocalypse n’est pas que catastrophe. Elle est aussi et d’abord révélation. C’est aujourd’hui, à l’heure où ils sont en passe d’être détruits, que nous découvrons mieux le mystère du sexe, de la famille, et le fait que seul un Dieu fait chair peut nous sauver."

 

 

« Soulager mais pas tuer »

Publiée le 28-11-2014

Le débat sur la fin de vie va très prochainement entrer dans une phase à hauts risques :

  • SLe nouveau rapport des deux députés Leonetti/Claeys est annoncé pour le 1er décembre. Il risque de valider sans le dire certaines euthanasies « masquées », par la proposition de créer un droit à ce qui pourrait s’appeler « sédation profonde terminale »
  • La douloureuse affaire Lambert va être discutée à la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) le 7 janvier 2015, avec comme enjeu la légitimité ou pas d’interrompre l’alimentation et l’hydratation des patients très dépendants (en état neurovégétatif ou pauci-relationnel), en vue de mettre fin à leur vie.
  • Le Premier ministre Valls a annoncé un projet de loi sur la fin de vie en mars 2015, en conclusion de trois ans de débats et de rapports suite à la proposition 21 du candidat Hollande. Ce texte serait en négociation avec le parti radical de gauche, très militant pour l’euthanasie. De plus, il est hautement probable que la majorité à l’Assemblée nationale envisagerait des amendements pour aller plus loin que le projet gouvernemental, si ce dernier écartait le suicide assisté (modèle suisse) ou l’euthanasie (modèle belge).
  • Tout cela arrive dans le contexte très médiatisé des pressions fortes du lobby de l’euthanasie, qui dit pouvoir se revendiquer de 96% des Français (en prétendant s’appuyer sur un récent sondage Ifop-ADMD dont la question piégée imposait de choisir entre « des souffrances insupportables » et « mourir sans souffrir »…). En réalité, la grande majorité des Français veut à la fois tout faire pour soulager les souffrances en fin de vie, et refuser toute pratique dont l’intention première est de faire mourir une personne.
Lire la suite

"L'avortement ne se traite pas comme un banal taux de TVA"

Publiée le 28-11-2014

Le député UDi Jean-Christophe Fromantin dénonce dans le JDD :

F"Seuls 151 députés étaient présents dans l'Hémicycle! Or, le vote de cette résolution a été programmé un mercredi, en fin d'après-midi. Théoriquement, c'est le moment de la semaine, avec le mardi après-midi, où il y a le plus de monde au Palais Bourbon. Il aurait dû y avoir au moins 400 députés présents, surtout pour voter une évolution aussi fondamentale du droit. Je ne comprends pas. L'avortement ne se traite pas comme un banal taux de TVA. Que l'on soit pour ou contre, c'est une question importante. Comment se fait-il que les défenseurs de la résolution, absents en nombre, n'aient même pas eu le courage d'engager leur vote pour leurs convictions? C'est si confortable de ne pas prendre position…

Auriez-vous préféré une séance de débat autour de cette résolution?

Mais il y a eu un "débat". Sauf qu'il a été expédié. Chaque président de groupe a pris la parole quelques minutes avant le vote, mais ils répétaient tous la même chose. J'ai demandé à prendre la parole, tout comme certains élus UMP, afin de porter une voix différente. J'ai souhaité créer un débat justement. Mais je n'ai pas eu gain de cause. Il y a tant de tiédeur dans le débat politique."

 

 

 

 

Le pape a remis l'Europe face à sa vocation

Publiée le 28-11-2014

Grégor Puppinck, directeur du Centre Européen pour les droits de l'homme et la justice, a assisté aux deux interventions du vicaire du Christ à Strasbourg. Extraits de son analyse :

G"[...] Je pense qu’aujourd’hui cette visite a un sens particulier parce que l’Europe a fait un virage, elle est sur le point critique de son histoire avec une concomitance de plusieurs crises actuelles : une crise de confiance dans le mécanisme européen, dans le processus institutionnel et de développement de l’Union européenne. C’est une crise importante parce que nous avons vu les résultats des élections qui ont montré que maintenant, il y a beaucoup de scepticisme à l’égard des institutions européennes. Vient ensuite une crise économique très forte, même financière également, il y a beaucoup de chômage, surtout parmi les jeunes. S’y ajoute une crise culturelle : l’Europe ne sait plus très bien quelles sont ses valeurs. Et puis, une crise géopolitique avec le conflit ukrainien qui traverse actuellement l’Europe. Toutes ces crises sont importantes, elles mettent en cause l’avenir du continent européen, de notre civilisation. Lorsque l’Europe est en crise, c’est le moment extrêmement important où l’Eglise catholique peut venir parler pour resituer l’Europe, notre projet politique, notre société dans une perspective beaucoup plus longue afin d’essayer de sortir de cette crise, de voir au-delà des événements à court terme. C’est le moment où l’Eglise peut venir repositionner l’Europe, nous resituer dans le temps long, dans le temps de l’Eglise qui atteint bimillénaires. Dès le départ, l’Eglise catholique et l’Eglise orthodoxe ont toujours accompagné l’histoire du continent européen. Donc, lorsque le continent est en crise, il est important que les chrétiens s’adressent et remontrent aux peuples européens quelles sont les vraies valeurs et les priorités. Plus précisément, le sens du message du Pape François était d’essayer de dépasser la crise pour remontrer aux peuples européens quelles sont les vraies valeurs qu’il faut rechercher, qu’il faut poursuivre au-delà des valeurs purement mercantiles et individualistes qui, trop souvent, déterminent notre politique.

[...] Il a invité les institutions de l’Europe occidentale à refonder notre projet politique non plus sur l’économie, sur les finances ou sur la technologie, mais sur la personne, sur la dignité transcendante de la personne humaine. C’est une question de hiérarchie de valeurs. Trop souvent, la politique européenne est déterminée uniquement par les intérêts économiques et technologiques. Et le Pape a dit : cette approche-là, individualiste, rend stérile notre culture. Il faut réussir à dépasser ces valeurs économiques, financières et techniques en plaçant au-dessus un point de référence bien plus élevé et important qui est issu de la personne humaine et de sa transcendance, c’est-à-dire de la capacité, de la spécificité de la personne humaine qui la distingue de tout le reste qui est à la fois son enracinement dans la réalité et son ouverture au spirituel. Alors, tout le propos du Pape a été de dire : au-dessus de l’économie, au-dessus de la finance, il doit y avoir d’abord la recherche de la protection et de l’affirmation de la dignité transcendante de la personne humaine. C’est uniquement si on refonde notre politique, notre projet politique sur cette dignité qu’elle peut retrouver un sens et être réhumanisée. Finalement, ce que le Pape a dit, c’est que l’Europe souffre aujourd’hui d’être déshumanisée, d’avoir perdu le sens de l’humain. [...]

Par contre, le deuxième discours qu’il a fait devant le Conseil de l’Europe, institution qui regroupe 47 Etats dont, notamment, toute l’Europe centrale, l’Europe orientale, la Russie, l’Ukraine, la Turquie, etc. Le deuxième discours du Pape a été également très important. Il s’est concentré essentiellement sur la paix. Il a rappelé que la finalité du Conseil de l’Europe a toujours été d’être au service de la paix en Europe et qu’aujourd’hui encore cette institution doit maintenir cette œuvre, cette recherche d’instauration de la paix en Europe. Cette paix, il l’a dit, il l’a défendait d’abord, doit être fondée sur une juste compréhension de l’homme et de la société. Mais il a ajouté deux éléments qui me paraissent très importants et nouveaux dans le discours de l’Eglise catholique. L’Europe doit renoncer à une approche purement monolithique, elle ne doit pas chercher à constituer un ensemble politique monolithique mais doit se considérer elle-même comme un ensemble multipolaire. La multipolarité c’est la reconnaissance qu’il peut y avoir légitimement plusieurs centres de pouvoir politique en Europe. Le but n’est pas de construire une Europe uniforme mais de reconnaître que l’Europe est un organisme vivant, est une culture, une société, une civilisation qui a une diversité. [...]"

 

Philippe Pozzo di Borgo

Publiée le 28-11-2014

     Philippe Pozzo di Borgo  "80% du marché m'intéressait, et les deux extrêmes, on les éliminait, car pas profitables ... On enlève en début et en fin de vie tout ce qui fait un peu désordre. . En faisant cela, les 80% sains, se pourrissent compltement... Acceptant la part de fragilité, le regard sur le monde change. Nous trouverons les voies de guérisons d'une société qui pourrie"

Bouleversant témoignage. vidéo

 

 

L’avortement ne concerne pas seulement le corps des femmes

Publiée le 26-11-2014

"Quarante ans, cela fait une génération, donc on a un peu de recul par rapport aux intentions exprimées par la loi Veil et aux espérances qu’elle avait pu susciter chez un certain nombre de gens. On voit qu’elle n’a pas répondu à cet objectif. Si l’on considère, ce qui est toujours sujet à discussion, que les chiffres donnés au moment de la loi Veil sur les avortements clandestins -c’est toujours difficile de déchiffrer les avortements clandestins par définition- mais enfin, si on accepte les chiffres donnés à ce moment-là, on s’aperçoit que contrairement au souhait qui avait été exprimé par Mme Veil et par la loi qu’elle a fait voter, les avortements ne sont pas en régression. Et donc, le fait d’avoir dépénalisé l’avortement n’a pas été une mesure palliative, cela a été au contraire une mesure incitative.

Deuxièmement, c’est la dérive qui s’est produite depuis la loi de dépénalisation jusqu’à l’affirmation de l’avortement comme un droit fondamental de la liberté féminine. Or l’avortement, que je sache, n’est pas simplement une question qui concerne le corps des femmes, c’est une question qui concerne un couple, qui concerne au moins deux personnes, et qui concerne l’ensemble de la société. Et donc présenter l’avortement comme un acte égalitaire et libérateur, c’est une entreprise idéologique mais elle ne résiste pas à l’examen.

Troisièmement, c’est l’oubli, l’occultation et la dissimulation complète des conséquences tragiques de l’avortement que nous connaissons bien quand on rencontre des femmes qui l’ont subi."

 

 

 

"Je veux demander pardon.

Publiée le 26-11-2014

"Je veux demander pardon.

BJe veux demander pardon puisqu’une lourde responsabilité incombe forcément aux défenseurs de la vie quand une telle négation du principe le plus fondamental de la loi naturelle est présentée à la représentation nationale.

Pardon devant l’ensemble des enfants qui ne naîtront pas, 225 000 par an en France, qui disparaissent devant la grande coalition du prêt à penser et de la culture de mort. Pardon pour toutes ces mères que nous n’aurons pas su protéger des élans morbides qui ont tenu lieu de féminisme depuis des décennies.

Pardon aussi à l’ensemble des pays européens, et notamment à l’Espagne, à qui certains ici voudraient imposer la marchandisation des parcours de vie des femmes et la négation de l’animation du fœtus comme seul horizon de la politique.

Lire la suite

Avortement : "Cet enfant qui n’est pas né est resté comme un absent pendant très longtemps à côté de moi."

Publiée le 26-11-2014

Colombe Schneck, journaliste et romancière, s’apprête à publier un livre (à paraître en janvier prochain chez Grasset) dans lequel elle se livre sur son avortement un mois avant de passer le bac. Trois questions à la journaliste et romancière. Elle répond à 20 Minutes :

A"Est-ce que l’on peut dire que les 40 ans de la loi Veil ont une résonance particulière pour vous?

Oui. D’un point de vue intime d’abord, car j’ai avorté quand j’avais 17 ans. Dans mon livre à venir, Dix-sept ans, je raconte les circonstances de cet avortement. Cet enfant qui n’est pas né est resté comme un absent pendant très longtemps à côté de moi. Et d’un point de vue politique aussi, parce qu’on donnait pour la première fois une très grande liberté, douloureuse mais fondamentale, aux femmes. On a un peu oublié l’importance du combat de Simone Veil, la façon dont elle s’est battue contre son propre camp. Quand vous voyez les images aujourd’hui, elle est d’une dignité! C’est impressionnant.

Pourquoi avoir choisi de vous livrer sur votre avortement?

Il y a eu un débat important en début d’année autour du projet de loi pour l’égalité hommes-femmes [qui contient entre autres des dispositions renforçant le droit à l’avortement]. François Fillon [ancien Premier ministre et député UMP] avait déclaré: «En choisissant de réécrire la loi de 1975 sur l’IVG, le gouvernement (…) risque de "banaliser" l’avortement.»  J’avais trouvé ça horrible. L’avortement n’est jamais banal et confortable. Ça vous hante toute votre vie. C’est quelque chose de douloureux. Je me suis dit: «De quel droit François Fillon me dit ce que je dois faire de mon corps?» Mon livre est une réponse à François Fillon et à l’UMP."

 

 

Avortement/France : La résolution n'est pas conforme au droit n'est pas conforme au droit

Publiée le 26-11-2014

Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Jérôme Lejeune, signe une tribune dans Le Figarovox contre la résolution sur l'avortement qui va être débattue aujourd'hui à l'Assemblée. Extrait :

VISUEL SALON BEIGE"Les premiers mots du projet de résolution affirment que «le droit à l'avortement, souvent contesté, reste fragile». Or, le fait de parler de l'avortement comme d'un droit montre au contraire une évolution, jamais démentie, dans le sens d'un renforcement. En 1974, il n'a jamais été question de donner un droit à l'avortement, ni de le banaliser. Il s'agissait de dépénaliser l'acte, dans certains cas, pour la femme et pour le médecin. La loi Veil de 1974 reposait sur la détresse et l'exception. Considéré comme la réponse à une situation de détresse, l'avortement ne devait être permis qu'exceptionnellement et dans des délais contraints. C'est pourquoi la loi commence par rappeler le principe garantissant «le respect de l'être humain dès le commencement de sa vie», avant d'accepter la dérogation de l'avortement sur le fondement d'une détresse dont la femme n'avait d'ailleurs pas à apporter la preuve. Il s'agissait donc d'une exception à une règle d'ordre public.

Mais la loi sur l'IVG n'a cessé d'évoluer. De provisoire, elle est devenue définitive (loi Pelletier de 1979). Le remboursement de l'IVG et sa prise en charge par l'État ont été autorisés (loi Roudy de 1982). Un délit d'entrave à l'IVG a été créé (loi Neiertz de 1993). Les délais ont été étendus (loi Aubry de 2001). La notion de détresse a été supprimée et le délit d'entrave élargi (loi Vallaud-Belkacem de 2014). C'est maintenant le délai de réflexion et la clause de conscience qui sont visés par le Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes.

Si la résolution soumise à l'Assemblée semble s'inscrire dans la ligne de ces changements, elle n'est pas conforme au droit français. Ni au droit international, ni au droit européen, qui ne reconnaissent pas de «droit à l'avortement», mais considèrent que cet acte doit être évité autant que possible et ne devrait pas être une méthode de planification familiale - ce que propose la résolution."

 

 

Avortement/France : Le mensonge qui tue depuis 40 ans

Publiée le 25-11-2014

Tribune de Jean-Marie Le Méné dans Valeurs actuelles :

A"Comment peut-on accepter de mettre aux voix la vie humaine ? Il n’y a qu’une façon de le faire : en trompant le peuple par un mensonge, en lui faisant croire que l’avortement ne tue personne et que celui qui ose émettre des doutes menace la République. C’est ce que l’historien Pierre Chaunu appelait « le mensonge qui tue ». Perpétré depuis quarante ans, ce mensonge tache la démocratie en apportant la preuve que le risque existe toujours de faire voter le pire. On rétorquera que, selon les sondages, une écrasante majorité de citoyens est favorable à l’avortement. Il faudrait voir … L’Etat en fait une promotion éhontée, la Sécurité sociale assimile l’enfant avorté à une maladie guérie, les médecins sont traduits devant le conseil de l’ordre s’ils ont le malheur de suggérer qu’une femme peut garder son enfant, les associations pro-life font l’objet d’une chasse aux sorcières et les autorités morales sont tétanisées à l’idée de prendre la parole publiquement sur le sujet.

DLa démocratie est aussi rongée de l’intérieur par le mécanisme des « illégalités fécondes ». Le juge amorce le mouvement en ne punissant plus certaines infractions et une spirale libertaire s’enclenche. A l’image de l’avortement, l’interdit devient une tolérance, puis une exception légalisée, puis un droit commun, puis un droit fondamental, puis une obligation. Rappelons l’oukase du CSA enjoignant aux chaînes TV de ne pas passer une vidéo donnant la parole à des jeunes trisomiques pour ne pas culpabiliser les femmes ayant avorté. Le droit à l’avortement est supérieur à la liberté d’expression de ses rescapés ! Citons aussi ce qui s’est passé pour la recherche scientifique qui utilise et détruit des embryons humains. En quelques années, ce qui était considéré comme une horreur est devenue un droit pour les chercheurs. L’exception devient la règle. Il devient impossible de défendre les embryons humains qui sont moins bien protégés que les animaux ou que certaines espèces végétales. Et le dire conduit à être censuré par un gouvernement des juges. C’est ce qui ne manquera pas d’arriver avec l’euthanasie. Puisque de nombreux médecins délivrent déjà la mort par compassion et ne sont plus punis depuis longtemps, alors légalisons l’euthanasie. Il deviendra peu à peu interdit de s’y opposer, voire de s’y soustraire. Il suffit de voir les parents de Vincent Lambert déjà condamnés par une justice médiatique qui leur conteste le droit de résister à ceux qui attentent à la vie de leur fils.

 

Lire la suite

La différence homme-femme : la volonté de Dieu est bonne puisqu’elle fait vivre l’être humain en plénitude.

Publiée le 21-11-2014

Le colloque interreligieux sur la complémentarité homme-femme, réunissant de nombreuses communautés chrétiennes ainsi que 14 représentants d'autres religions, vient de se tenir à Rome.

Le cardinal Müller, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi répond à Infocatholica. Il a remarqué que malgré la diversité des participants, il a été observé une unité notable concernant la nature du mariage.

---------------------------------------------

"Ce que nous avons en commun est ancré sur les données essentielles de l’existence humaine et la relation entre l’homme et la femme comme cellule et origine du bien du couple et des enfants.

La famille n’est pas un concept isolé. Elle évolue au sein d’une famille plus large, de son peuple, de son histoire, de sa région et de sa culture. Nous ne sommes pas des individus isolés, mais créés par Dieu pour vivre ensemble, responsables les uns des autres et des futures générations. Nous ne pouvons prétendre avoir une personnalité autonome, mais devons rendre grâce pour tant de personnes qui nous furent confiées : parents, frères, familles, maîtres et pasteurs. Il fut souligné dans le colloque que nous avons reçu énormément et de même, nous devons donner aux autres générations.

Lire la suite

La Marche pour la vie touche plus qu'on ne le croit

Publiée le 21-11-2014

Le dimanche 25 janvier 2015 aura lieu la 10ème Marche pour la vie. L’objectif est de maintenir une conscience en France sur l’importance du respect de la vie humaine fragile comme principe essentiel de notre société. Cette année la mobilisation ne peut ignorer l’enjeu de l’euthanasie, compte-tenu de l’actualité politique. Un message de mobilisation pour ce 25 janvier ?

Cette manifestation garde une grande valeur symbolique, et elle touche plus qu’on ne le croit. Elle rappelle que la suppression d’une vie humaine qui commence son cours est une profonde injustice, un acte d’une terrible gravité. Dans l’année du 50ème anniversaire de la clôture du Concile Vatican II, on ne peut oublier la clarté avec laquelle la constitution Gaudium et spes s’exprime à ce sujet. Il n’est pas question de juger les personnes qui ont vécu (ou participé à) un avortement. Dieu connaît leur cœur et elles savent que Sa miséricorde leur est toujours offerte. Mais quand j’ai entendu, l’an dernier, que maintenant une page s’était tournée, que c’en était fini avec la loi Veil ou avec les situations de détresse, et que chacun pouvait disposer de son corps, je me suis décidé à participer à « la Marche pour la vie ».

Pour janvier 2015, je n’ai pas encore regardé si mes obligations pastorales me permettront d’y prendre part, mais la question de l’euthanasie et de l’accompagnement de tous ceux qui sont en fin de vie, est aujourd’hui un enjeu essentiel et bien embrouillé dans toute l’Europe. Sur ce point aussi, nous avons un témoignage à donner. Je pense aux derniers mois de la vie de saint Jean-Paul II, au début de l’année 2005. Jusqu’au bout, il est resté conscient de sa situation. En février, il a accepté de subir une trachéotomie pour ne pas mourir étouffé, mais le mois suivant, il a refusé, m’a-t-on dit, qu’on lui fasse une gastrectomie. Quand l’heure du départ est venue, pourquoi la craindre ? Nous sommes aimés et attendus !

- See more at: http://www.fondationlejeune.org/blog/blog-temoignage/7-temoignage/980/l-exemple-de-jerome-lejeune-est-stimulant-pour-nous-tous#sthash.TulBKywG.dpuf

Le dimanche 25 janvier 2015 aura lieu la 10ème Marche pour la vie. L’objectif est de maintenir une conscience en France sur l’importance du respect de la vie humaine fragile comme principe essentiel de notre société. Cette année la mobilisation ne peut ignorer l’enjeu de l’euthanasie, compte-tenu de l’actualité politique. Un message de mobilisation pour ce 25 janvier ?

Cette manifestation garde une grande valeur symbolique, et elle touche plus qu’on ne le croit. Elle rappelle que la suppression d’une vie humaine qui commence son cours est une profonde injustice, un acte d’une terrible gravité. Dans l’année du 50ème anniversaire de la clôture du Concile Vatican II, on ne peut oublier la clarté avec laquelle la constitution Gaudium et spes s’exprime à ce sujet. Il n’est pas question de juger les personnes qui ont vécu (ou participé à) un avortement. Dieu connaît leur cœur et elles savent que Sa miséricorde leur est toujours offerte. Mais quand j’ai entendu, l’an dernier, que maintenant une page s’était tournée, que c’en était fini avec la loi Veil ou avec les situations de détresse, et que chacun pouvait disposer de son corps, je me suis décidé à participer à « la Marche pour la vie ».

Pour janvier 2015, je n’ai pas encore regardé si mes obligations pastorales me permettront d’y prendre part, mais la question de l’euthanasie et de l’accompagnement de tous ceux qui sont en fin de vie, est aujourd’hui un enjeu essentiel et bien embrouillé dans toute l’Europe. Sur ce point aussi, nous avons un témoignage à donner. Je pense aux derniers mois de la vie de saint Jean-Paul II, au début de l’année 2005. Jusqu’au bout, il est resté conscient de sa situation. En février, il a accepté de subir une trachéotomie pour ne pas mourir étouffé, mais le mois suivant, il a refusé, m’a-t-on dit, qu’on lui fasse une gastrectomie. Quand l’heure du départ est venue, pourquoi la craindre ? Nous sommes aimés et attendus !

- See more at: http://www.fondationlejeune.org/blog/blog-temoignage/7-temoignage/980/l-exemple-de-jerome-lejeune-est-stimulant-pour-nous-tous#sthash.TulBKywG.dpuf

Le dimanche 25 janvier 2015 aura lieu la 10ème Marche pour la vie. L’objectif est de maintenir une conscience en France sur l’importance du respect de la vie humaine fragile comme principe essentiel de notre société. Cette année la mobilisation ne peut ignorer l’enjeu de l’euthanasie, compte-tenu de l’actualité politique. Un message de mobilisation pour ce 25 janvier ?

Cette manifestation garde une grande valeur symbolique, et elle touche plus qu’on ne le croit. Elle rappelle que la suppression d’une vie humaine qui commence son cours est une profonde injustice, un acte d’une terrible gravité. Dans l’année du 50ème anniversaire de la clôture du Concile Vatican II, on ne peut oublier la clarté avec laquelle la constitution Gaudium et spes s’exprime à ce sujet. Il n’est pas question de juger les personnes qui ont vécu (ou participé à) un avortement. Dieu connaît leur cœur et elles savent que Sa miséricorde leur est toujours offerte. Mais quand j’ai entendu, l’an dernier, que maintenant une page s’était tournée, que c’en était fini avec la loi Veil ou avec les situations de détresse, et que chacun pouvait disposer de son corps, je me suis décidé à participer à « la Marche pour la vie ».

Pour janvier 2015, je n’ai pas encore regardé si mes obligations pastorales me permettront d’y prendre part, mais la question de l’euthanasie et de l’accompagnement de tous ceux qui sont en fin de vie, est aujourd’hui un enjeu essentiel et bien embrouillé dans toute l’Europe. Sur ce point aussi, nous avons un témoignage à donner. Je pense aux derniers mois de la vie de saint Jean-Paul II, au début de l’année 2005. Jusqu’au bout, il est resté conscient de sa situation. En février, il a accepté de subir une trachéotomie pour ne pas mourir étouffé, mais le mois suivant, il a refusé, m’a-t-on dit, qu’on lui fasse une gastrectomie. Quand l’heure du départ est venue, pourquoi la craindre ? Nous sommes aimés et attendus !

 

 

La Neuvaine : 9 mois de prière pour la France

Publiée le 07-11-2014

LE SITE de La Neuvaine

Une longue chaîne de prière est proposée à tous les catholiques de France, à l’intention de leur pays. Durant neuf mois, les personnes, associations, paroisses, diocèses, communautés et mouvements sont appelés à prier chaque jour et à jeûner chaque mois pour la France et pour chacun de ses enfants.

COMME LE DIT LE PAPE FRANÇOIS dans son exhortation apostolique : « Je suis convaincu qu’à partir d’une ouverture à la transcendance pourrait naître une nouvelle mentalité politique et économique » (La Joie de l’Evangile, n. 205).

En ce temps marqué par la crise, la sinistrose ou le désespoir, la prière n’est pas sans lien avec les questions sociales et politiques. Au contraire, elle est au principe de l’espérance, d’une naissance ou d’une renaissance, d’un renouveau, de notre conversion personnelle et des décisions courageuses à prendre.

La prière : « combien de divisions ? » La plus grande force de l'histoire des hommes !

Lire la suite

La Neuvaine pour la France

Publiée le 07-11-2014

Les 9 clefs de la neuvaine : 

  1. 1. S’engager à la prière quotidienne (le chapelet et la prière de la neuvaine)
  2. 2. Jeûner le premier vendredi de chaque mois
  3. 3. Vivre la neuvaine en communion grâce aux textes mariaux publiés quotidiennement
  4. 4. Se nourrir chaque vendredi des méditations de nos évêques, Pères Abbés, prêtres et moniales
  5. 5. Participer au rayonnement de la neuvaine en y invitant vos amis
  6. 6. Honorer la Sainte Vierge en affichant le logo de la neuvaine sur vos réseaux sociaux
  7. 7. Imprimer et diffuser dans votre paroisse les méditations hebdomadaires
  8. 8. Prier pour grandir, grandir pour s’affermir, s’affermir pour trouver l’Espérance  
  9. 9. Etre doux avec soi-même : un oubli, une prise en cours, une pratique allégée ne sont pas graves…la progression n’en est que plus belle et les fruits porteurs !

Oserez-vous offrir votre pays à Dieu, par la médiation maternelle de la Vierge ?

Oserez-vous vous engager à prier pendant neuf mois pour écouter ce que Dieu veut encourager et purifier dans notre vie nationale ?

Telle est aujourd’hui la possibilité qui est offerte à votre liberté!

Tel est aujourd’hui l’appel qui est adressé à votre responsabilité !

 

 

 

« La renonciation à la vérité est mortelle pour la foi »

Publiée le 07-11-2014

     DOCUMENT | Le silence du pape émérite, depuis sa renonciation en février 2013, a été rompu le 21 octobre dernier par un message à l'Urbanienne. Celle université pontificale — missionnaire par excellence — a décidé de donner à son Aula Magna le nom du pape Benoît. Dans son texte, sûrement publié avec l’accord du pape François, Benoît XVI propose une réflexion sur l’évangélisation qui bannit toute tentation relativiste, syncrétique ou laïciste elle-même, comme si le renoncement à la vérité était la condition de la paix : le dialogue ne peut pas remplacer la joie de l’annonce de la vérité. Et c’est un « devoir de la raison »… Voici la traduction du texte intégral proposé par le blog Chiesa du vaticaniste Sandro Magister.

Lire la suite

Prière pour la France

Publiée le 06-11-2014

     Prière pour la France de Marcel Van, prière pour la France du Pape Jean Paul II, prière à la Vierge Marie. Paroles de Saint Pie X et de Marthe Robin sur la France qui sortira de l'impasse dans laquelle elle se trouve pour le moment. Une image-prière en six pages, format poche, il est urgent d'encourager une grande prière pour la France.

     Cette image est un moyen concret d'évangélisation, pour aider à la prière familiale. pour distribuer dans les paroisses, mouvements, écoles, pélerinages.

     Pour recevoir cette image : par lot de 100 images, port inclus : offrande de 18€ au profit de AD-l'Evangile de la Vie. 32 Cours de la République, 84500 Bollène.

 

 

    

Prière à Marie qui défait les noeuds

Publiée le 05-11-2014

     Dans la chapelle de l'Evangile de la Vie se trouve une reproduction du tableau de Marie qui défait les noeuds (l'original est en Bavière). Ce cadre a été béni par un ami du Pape, curé à Buenos Aires, le 1er mai 2012. Depuis, les personnes venant prier Notre-Dame, sous le vocable de Marie qui défait les noeuds, sont de plus en plus nombreuses.

     Beaucoup demandent de pouvoir prier la prière à Marie qui défait les noeuds, celle récitée le 1er mai 2012 à l'Evangile de la Vie. Une image vient d'être réalisée. Pour la recevoir, écrire à l'Evangile de la Vie 32 Cours de la République - 84500 Bollène - (par lot de 100 exemplaires seulement : offrande 14€ pour 100 exemplaires, port inclus - 10€ pour 100 ex, sur place) A diffuser largement autour de soi.

     Venir prier Notre-Dame, sous le vocable de Marie qui défait les noeuds, dans la chapelle de l'Evangile de la Vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La prière pour la vie de Jean Paul II

Publiée le 04-11-2014

     La prière pour la vie écrite par le Pape Jean Paul II au terme de son Encyclique l'Evangile de la Vie, a été diffusée par la Famille Missionnaire l'Evangile de la Vie, en plusieurs centaines de milliers d'exemplaires depuis 1995.

     Avec la canonisation de Jean Paul II et les différentes Veillées de prière pour la vie, mais aussi le faire-part d'un mariage, d'un BAptême : autant d'occasion pour distribuer largement cette prière de Saint Jean Paul II

     Pour recevoir des exemplaires de cette nouvelle édition de l'image-prière, réalisée à l'approche de la canonisation de Jean Paul II : Offrande 14€ pour 100 ex, port inclus. --- 70€ pour 500€. --- 95€ pour 1000 exemplaires. --- l'Evangile de la Vie, 32 Cours de la République 84500 Bollène.

     "Une grande prière pour la Vie qui parcourt le monde entier est une urgence" écrit Jean Paul II. A nous de répondre à cet appel !

 

 

 

  

La puissance de la prière du chapelet pour obtenir la paix dans les familles et dans le monde

Publiée le 04-11-2014

     Qui peut arrêter la folie meurtrière ? La diplomatie ? Les belles paroles ? Les effets de salons ? Les effets d'annonce, de communication des "grands" de ce monde ? Non. Seule une intervention divine sauvera le monde. Seule une intervention divine touchera les coeurs endurcis. Seule la décision de me convertir à l'Amour Miséricordieux de Jésus, aujourd'hui, opère déjà quelque chose dans les coeurs, en faveur de la paix.

     Quand comprendrons-nous que nous devons laisser toute initiative à Notre-Dame ? Quand comprendrons-nous que nous devons La laisser faire dans notre vie personnelle, familiale, professionnelle. Dans l'Eglise. Et pour la Paix dans le monde ! Elle seule désarmera l'Ennemi. Toute l'Histoire de l'Eglise est jalonnée de victoires de la Sainte Vierge, quand la prière du rosaire a été priée, humblement, avec confiance. Les haltes mariales de Benoit XVI au cours de son pontificat nous le rappellent avec force.

     A nous de décider si nous voulons rester et nous enfonder dans l'impasse... ou obtenir ce temps de Paix, annoncé à Fatima par Notre-Dame, en 1917.

     Alors, donnons des chapelets autour de nous, sans attendre.

 

*     *     *     *     *     *     *

 

 

Pour recevoir des chapelets chez vous

     La famille Missionnaire l'Evangile de la Vie ne cesse, depuis près de 20 ans, de répandre cette belle prière du Rosaire dans les familles, paroisses, écoles, mouvements, associations, pélerinages, sans oublier l'évangélisation dans la rue par le chapelet.

 

     Je commande à l'Evangile de la Vie 100 chapelets (en plastique), avec le feuillet explicatif pour vivre cette prière (feuillet de 8 petites pages en couleur) : Offrande de 45€ port inclus pour 100 chapelets et feuillets. (SEULEMENT par lot de 100). (Offrande à l'ordre de AD-l'Evangile de la Vie, 32 Cours de la République - 84500 Bollène). Je demande dans ma prière à Notre-Dame de me guider, de me conduire à distribuer ces chapelets au cours des prochains semaines. Si des millions de chapelets étaient distribués ... La face du monde en serait changée. La PAIX serait dans les coeurs et sur la terre.

 

 

Lire la suite

Il faut des prêtres !

Publiée le 31-10-2014

"ll faut des prêtres pour célébrer les funérailles, afin que la prière de l’Église puisse intercéder pour ceux qui accomplissent le grand passage. Pour aider les vivants également, et leur donner le réconfort de la religion. Il faut des prêtres pour nous rappeler sans cesse, à nous laïcs, qu’il existe une Vie éternelle par-delà la mort, et qu’elle vaut la peine pour certains d’y consacrer toute leur vie terrestre, en renonçant au reste"

 

 

 

 

Un jeune Anglais fait fureur en faisant la promotion de la chasteté

Publiée le 20-09-2014

"Phin Lyman n'avait pas imaginé que ses paroles auraient un tel retentissement. Ce jeune Anglais fait la couverture de tous les journaux. La raison: il est vierge et fier de l'être."

1400529760831.cached-e1409736765368[1]

"Qui aurait pensé qu'un jeune apparaîtrait dans tous les journaux du fait de sa décision de rester vierge jusqu'au mariage ? Nos grands-parents n'auraient probablement jamais pu l'imaginer, mais de nos jours c'est devenu quelque chose de peu commun. C'est en tout cas ce que croit The Guardian, un journal anglais qui n'a jamais été très orienté vers les valeurs chrétiennes. La nouvelle a causé un tel engouement que le même journal a publié trois éditions de la même nouvelle, qui a été reproduite par d'autres grands médias britanniques, notamment The Times et The Daily Breast, l'un des plus lus par le public jeune d'Angleterre.

"Sincèrement, je me demande : quel problème y a-t-il à attendre ? Pourquoi pensons-nous que tout doit être rapide ? Repas rapide, bronzage rapide, sexe rapide." C'est avec ces mots que Phyn Lyman a commencé une lettre ouverte écrite pour The Wellingtonian, une revue publiée dans son école, et qui a eu un si grand impact auprès de ses collègues de cours que les médias ont fait tout leur possible pour en obtenir l'exclusivité.

Curieusement, les statistiques démontrent que Phyn n'est pas seul, et de plus en plus de jeunes en Angleterre choisissent de s'abstenir de relations occasionnelles, et par ailleurs beaucoup ont découvert qu'avoir des relations avec plusieurs personnes ne satisfait pas leurs besoins émotionnels, mais les aggrave.

Ils sont déjà nombreux, les jeunes à succès qui ont plaidé pour la virginité jusqu'au mariage, reconnaissant que c'est le chemin le plus sûr pour vivre une bonne relation matrimoniale. Nous verrons combien d'autres jeunes se joindront à eux et répondront à cette invitation du Christ et de l’Église."

(InfoVaticana - Traduction: Espérance Nouvelle)

 

 

La joie de la famille

Publiée le 07-09-2014

     A la suite de Jean Paul II et de Benoit XVI, le Pape François annonce la joie de l'Evangile de la famille. Depuis le début de son pontificat, le Saint-Père parle de la famille, encourage la famille. Dans ce livre qui vient de paraître, le lecteur trouvera l'enseignement du Pape François sur la famille, avec aussi sa lettre aux familles, à l'approche des deux Synodes sur le thème de la famille.

Chez votre libraire. Ed du Peuple Libre - Collection l'Evangile de la Vie

 

A défaut : 14€ port inclus, à l'Evangile de la Vie

 

 

 

 

Osez le Bonheur pour vos enfants !

Publiée le 26-08-2014

     Osez le Bonheur pour vos enfants ! Osez la sainteté. Osons la sainteté pour nous et nos enfants ! Telle est l'invitation lancée par l'Abbé Hubert Lelièvre dans son nouveau livre qui parait aux Editions du Peuple Libre, dans la collection l'Evangile de la Vie.

     Les parents trouveront dans ce livre quelques réflexions et suggestions concrètes pour l'éducation de leurs enfants, sans masquer le contexte difficile dans lesquelles sont plongées nos sociétés. C'est lorsque les époux sont en prière, à genoux, que peut descendre le Bonheur sur leurs enfants. Chers parents, voulez-vous que vos enfants soient debouts dans la vie ? Alors, soyez à genoux et priez pour eux. Vos mains jointes sont comme des flèches d'une cathérale qui s'élancent vers le Ciel.

 

Préface de Bernadette Lemoine, auteur de "Maman, ne me quitte pas" - Imprimatur de Mgr Cattenoz, archevêque d'Avignon.

Chapitres : Qui nous fera voir le Bonheur ? - La confiance en Dieu - Former la conscience morale - Encourager nos enfants - L'obéissance - Le combat spirituel - Savoir prendre des risques - "Faites tout ce qu'Il vous dira"

 

Pour recevoir le livre : 14€ port inclus à l'Evangile de la Vie - 32 Cours de la République 84500 Bollène

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rosaire des fiancés

Publiée le 30-07-2014

     Pour la première fois, un Rosaire spécialement adressé aux fiancés en chemin vers le Sacrement du mariage !

     Ce Rosaire vient rejoindre les fiancés, à travers la méditation des Mystères de la vie de Jésus et de Marie, dans ce temps si précieux des fiançailles.

     Dans ce livre, on trouvera des paroles de Sainte Jeanne Beretta Molla, dernière sainte canonisée par Jean Paul II, et de son époux, Pierre. Méditations tirées de leurs lettres lorsqu'ils étaient fiancés.

     Un livre à offrir largement aux fiancés. Paru aux Editions du Peuple Libre, dans la collection de l'Evangile de la Vie

     - POUR RECEVOIR CE LIVRE : 14€ port inclus, à l'Evangile de la Vie. 32 Cours de la République 84500 Bollène

 

 

 

Les familles du monde à Philadelphie en septembre 2015

Publiée le 30-07-2014

     En septembre 2015 auta lieu la rencontre mondiale des familles. Après Milan en 2011, c'est Philadelphie qui accueillera ces journées en famille, autour du Pape François.

     Mardi 29 juillet, Mgr Paglia, Président du Conseil Pontifical pour la Famille a annoncé que ces journées se vivraient sous la protection de Saint Jean Paul II et Sainte Jeanne Beretta Molla. (photo ci-contre)

     Pour lire la vie de Sainte Jeanne, dernière Sainte canonisée par Jean Paul II le 16 mai 2004 : 22€ port inclus, à l'ordre de l'Evangile de la Vie - 32 Cours de la République 84500 Bollène

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Neuvaine irrésistible au Sacré-Coeur de Jésus

Publiée le 17-01-2014

Le Padre Pio récitait très souvent cette Neuvaine Irrésistible ". Les promesses de Jésus, exprimées par Padre Pio dans cette prière ne pouvaient pas laisser le Cœur de Jésus insensible. Voilà cette neuvaine:

" O mon Jésus qui avez dit: " En vérité, en vérité, je vous le dis, demandez et vous recevrez, cherchez et vous trouverez, frappez et il vous sera répondu, voilà que je frappe, je cherche, je demande telle grâce "...
Notre Père, Je vous salue Marie, Gloire au Père - Cœur de Jésus, j’ai confiance et j’espère en vous !

" O mon Jésus qui avez dit " En vérité, en vérité, je vous le dis, tout ce que vous demanderez à mon Père en mon nom, il vous l'accordera ! " Voici qu'à Votre Père, en Votre Nom, je demande telle grâce... "
Notre Père, Je vous salue Marie, Gloire au Père -Cœur de Jésus, j’ai confiance et j’espère en vous

" O mon Jésus qui avez dit: " En vérité, en vérité, je vous le dis, le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point! " voici que, m'appuyant sur l'infaillibilité de Vos Saintes Paroles, je demande telle grâce... "
Notre Père, Je vous salue Marie, Gloire au Père - Cœur de Jésus, j’ai confiance et j’espère en vous !

Et comme " résumé " de ces supplications, on terminait en disant:
" O Cœur Sacré de Jésus, à qui Il est impossible de ne pas avoir compassion des malheureux, ayez pitié de nous, pauvres pécheurs, et accordez-nous la grâce que nous vous demandons par l'intercession du Cœur Immaculé de Marie, Votre et notre tendre Mère... "
Une invocation à saint Joseph, si puissant sur le Cœur de son Fils adoptif, Jésus, et un " Salve Regina ".

 

 

Archives

Site par Vive la Vie . Plan du site . Mentions légales . Parmi nos amis . Flux RSS . Twitter . Mis à jour le 19 déc. 2014 - Site accessible sur smartphone

Famille Missionnaire de l'Evangile de la Vie - 32, cours de la République - 84500 BOLLENE