Accueil > Evénements > Actualité

Actualité

Quand la vie de l'enfant à naitre sera menacée...

Publiée le 03-12-2016

"Tous les êtres humains devraient considérer chaque personne comme une créature de Dieu unique, appelée à être frère ou sœur du Christ en raison de l’Incarnation et de la Rédemption universelle. Pour nous, le caractère sacré de la vie humaine est fondée sur ces prémisses. Et c’est sur ces mêmes prémisses que se fonde notre célébration de la vie, de toute vie humaine. Cela explique nos efforts pour défendre la vie humaine contre toute influence ou action qui pourrait la menacer ou l’affaiblir. Cela explique également nos efforts pour rendre chaque vie plus humaine dans tous ses aspects. Nous réagirons donc chaque fois que la vie humaine est menacée. Lorsque le caractère sacré de la vie avant la naissance sera attaqué, nous réagirons pour proclamer que personne n’a le droit de détruire la vie avant la naissance. Lorsque l’enfant sera considéré comme une charge, ou comme un moyen de satisfaire un besoin émotionnel, nous interviendrons pour rappeler que chaque enfant est un don unique et sans pareil de Dieu qui a droit à une famille unie dans l’amour. Lorsque l’institution du mariage sera abandonnée à l’égoïsme humain ou réduit à un accord temporaire et conditionnel qui peut être facilement rompu, nous réagirons pour affirmer l’indissolubilité du lien du mariage. Lorsque la valeur de la famille sera menacée par des pressions sociales et économiques, nous réagirons en affirmant que la famille est « nécessaire non seulement pour le bien privé de chaque personne, mais encore pour le bien commun de chaque société, nation et État » (audience générale 3 janvier 1979). Lorsque la liberté sera utilisée pour dominer les faibles pour gaspiller les richesses naturelles et l’énergie et pour refuser aux hommes les besoins essentiels, nous réagirons pour réaffirmer les exigences de la justice et de l’amour social. Lorsque les malades, les personnes âgées ou les moribonds seront abandonnés à leur solitude, nous réagirons en proclamant qu’ils sont dignes d’amour, de sollicitude et de respect. "

Jean Paul II, le 7 octobre 1979; lors de la Messe à Washington

 

 

 

"L’Église a toujours dit que l’avortement consistait à tuer"

Publiée le 30-11-2016

Sur Europe 1 ce matin :


Mgr Olivier Ribadeau-Dumas : "L'église ne... par Europe1fr

"(...) Les évêques de France demandent à François Hollande de renoncer à la proposition de loi examinée jeudi visant à permettre la fermeture de certains sites internet anti-IVG. "La question c’est que, après la loi Veil, qui date de plus de 40 ans, un certain nombre d’autres lois ont été votées", a expliqué Monseigneur Olivier Ribadeau-Dumas, porte-parole de la conférence des évêques de France, au micro de la matinale d’Europe 1.

"Dernièrement, nous avons assisté à la suppression de la nécessité de l’état de détresse chez la femme. En janvier dernier il y a eu la suppression du délai de réflexion et aujourd’hui, il y a cette question du délit d’entrave qui pourrait avoir lieu", a détaillé l'ecclésiastique. "Monseigneur Pontier [président de la conférence des évêques de France, NDLR] a pensé à manifester sa préoccupation sur deux points essentiels : la liberté de choix qui est laissée à la femme de garder ou non son enfant, et la liberté d’expression", explique l’ecclésiastique.

Dans le collimateur des députés de la majorité se trouvent plusieurs site internet d’informations sur l’IVG accusés de véhiculer des informations biaisées sur l'avortement, dont notamment ivg.net, qui arrive en tête des résultats de recherche sur Google. "Je pense que ce site donne des informations nécessaires, et qui permettent à des femmes de se dire que l’unique possibilité n’est pas de tuer l’enfant qu’elles portent en elles", a soutenu Monseigneur Olivier Ribadeau-Dumas. "Il s'agit de tuer, l’Église a toujours dit que l’avortement consistait à tuer un être", a voulu rappeler l'évêque.

"Est-ce qu'aujourd’hui proposer une alternative à l’avortement, c’est possible ? Est-ce qu’expliquer à des femmes qu’il y a des aides si elles gardent leur enfant, c’est possible ? Nous pensons que c’est ce qu’il est nécessaire de faire aujourd’hui. C’est ce que ces sites font, ils remplissent un rôle, et d’ailleurs leur audience le manifeste", a-t-il conclu."

 

 

Jeudi 1er décembre : journée de prière et de jeûne

Publiée le 30-11-2016

     Jeudi 1er décembre, sera discutée au Parlement français la proposition de loi « relative à l’extension du délit d’entrave à l’interruption volontaire de grossesse »

     Mgr Ponttier, président de la conférence des Evêques de France a clairement demandé au président Hollande que cette proposition n'arrive pas à son terme.

« En ayant supprimé le temps de réflexion qui était prévu par la loi originelle, on a déjà fait sauter un verrou de prise de conscience, a encore déclaré le cardinal Vingt-Trois. Si on arrive à interdire de s’exprimer sur les conséquences de l’avortement, on entrera complètement dans la police des idées et dans la dictature d’une vision totalitaire sur l’avortement. » disait le cardinal Vingt Trois le 30 septembre dernier.

     Sur Famille Chrétienne, le Cardinal de Paris posait la question : "« Quelle est l'obsession qui pousse le gouvernement à choisir le point précis de l'avortement comme point d'intervention plutôt que les sites de radicalisation terroriste, ça, je ne sais pas ».

    

Lire la suite

NON au porno même pour les enfants

Publiée le 30-11-2016

S    

     Il est urgent et important de vous alerter sur la sortie aujourd’hui mercredi au cinéma du film "Sausage Party", film d'animation donnant l'apparence d'être destiné aux jeunes et aux enfants (à l’image de "Toy Story"), mais dont le contenu est non seulement grossier mais surtout clairement pornographique, sous couvert de second degré et de "politiquement incorrect".

Voici l'avis émis par la Commission de Classification des Films, dont la mission est de pré-visualiser les œuvres cinématographiques afin de les classer par public :

"Interdiction aux mineurs de moins de douze ans pour ce film d'animation comportant de très nombreuses scènes à caractère sexuel et un langage cru qui, en dépit de leur second degré, ne sont pas appropriés à un jeune public."

Ce film a par ailleurs été interdit aux mineurs aux Etats-Unis où il a été jugé comme film à caractère pornographique.

Les AFC nous invitent à à agir localement : en appelant les cinémas qui diffusent ce film. Il est possible de demander à parler au responsable de la programmation, pour lui demander s’il a vu le film, expliquer ce qu’il contient (allusion à la scène finale : une véritable partouze) et combien il est inadapté pour des enfants même de plus de 12 ans. Attirer leur attention sur leur responsabilité envers le public etc. et, finalement, prévenir que, si ce film reste à l’affiche un jour de plus, nous ne viendrons plus au cinéma chez eux. 

Ils vont prétendre qu’ils ne choisissent pas les films mais ont un accord avec leur distributeur : à eux de voir s’ils préfèrent leur distributeur ou leur public, en tout cas dire fermement mais gentiment que nous boycotterons leur cinéma. 

Si on vous réponds pourquoi vous vous manifestez pour ce film en particulier, vous pouvez répondre que justement, les parents en ont  cette fois assez que leurs enfants soient matraqués de toute part et que nous avions décidé de réagir. 

Nous sommes consommateurs, nous avons du pouvoir, faisons-le sentir ! Cela prend quelques minutes et si nous ne faisons rien, nous aurons les films que nous méritons, ou plutôt nos enfants les auront !

Le film a déjà été déprogrammé à Versailles.

Les Associations Familiales Catholiques (AFC) demanderont à la Commission de donner de la cohérence à son avis, notamment du point de vue de l’âge d’interdiction.

 

 

 

Avortement : la censure pour tous

Publiée le 30-11-2016

Le gouvernement, avec le soutien de sa majorité au Parlement, veut étendre le délit d'entrave à l'IVG aux sites internet pro-vie. Face à cette tentative de réduire au silence les opposants au tout avortement, les évêques, par la voix de leur président, en appellent à François Hollande. Parlementaires et juristes affûtent, eux, leurs arguments.

Le ton a surpris tout le monde. Dans une lettre adressée à François Hollande le 22 novembre, et rendue publique le 28 novembre après les primaires de la droite, le très pondéré président de la Conférence des évêques de France (CEF), Mgr Georges Pontier, dénonce avec force « l'atteinte très grave aux principes de la démocratie » que constitue à ses yeux l'extension au champ numérique du délit d'entrave à l'interruption volontaire de grossesse (IVG). « Cette proposition de loi met en cause les fondements de nos libertés, et tout particulièrement de la liberté d'expression », écrit l'archevêque de Marseille, à la veille des premières discussions parlementaires, jeudi 1er décembre, à l'Assemblée nationale.

suite de l'article sur Famille Chrétienne

Délire d'entrave : La Marche pour la vie interpelle François Fillon

Publiée le 30-11-2016

 Marche pour la vie :

 

"L’Assemblée nationale examine ce jeudi 1er décembre une proposition de loi socialiste portée par la Ministre des familles Laurence Rossignol, visant à créer un délit d’entrave « numérique » à l’Interruption Volontaire de Grossesse. Toute voix discordante à l’avortement sur les réseaux sociaux et sur le web, parce qu’elle tiendrait des allégations ou indications de nature dissuasive, sera désormais passible de deux ans d’emprisonnement et de 30.000 € d’amende.

Ce projet de loi porte une nouvelle atteinte d’une gravité exceptionnelle à deux libertés fondamentales :

  • la liberté d'expression garantie par l’article 11 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'Homme », et par l’article 10 de la convention européenne des droits de l’homme « Toute personne a droit à la liberté d'expression. Ce droit comprend la liberté d'opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu'il puisse y avoir ingérence d'autorités publiques » ;
  • la liberté d’opinion, principe à valeur constitutionnelle, garantie par l’article 10 de la Déclaration des Droits de l’Homme et de Citoyen de 1789, «nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses », l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, « tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions», et  l’article 4 de la Constitution de 1958, « la loi garantit les expressions pluralistes des opinions »,
 
Lire la suite

délit d'entrave numérique : "vous ne laisserez pas une telle mesure arriver à son terme."

Publiée le 28-11-2016

28.11.2016

____________________

Monsieur le Président de la République,

Permettez-moi d’attirer votre attention sur une question qui me préoccupe.

Relayant une initiative gouvernementale, des députés de la majorité parlementaire ont déposé le 12 octobre dernier une proposition de loi « relative à l’extension du délit d’entrave à l’interruption volontaire de grossesse ». Cette proposition vise à condamner des sites internet accusés d’ « induire délibérément en erreur, intimider et/ou exercer des pressions psychologiques ou morales afin de dissuader de recourir à l’IVG ». Le 8 novembre, le gouvernement a décidé d’engager la procédure accélérée pour l’examen de cette proposition de loi.

Lire la suite

Veillée pour toute vie naissante

Publiée le 26-11-2016

Homélie du Pape Benoit XVI, lors de la première Veillée mondiale de prière pour toute vie naissante, le 27 novembre 2010. Veillée annoncée lors de l'Angelus du 14 novembre 2010

---------------------------------------------------------------

Chers frères et sœurs, notre rassemblement ce soir ... s’enrichit d’un autre motif important: avec toute l’Eglise, nous voulons célébrer solennellement une veillée de prière pour la vie naissante. Je désire exprimer mes remerciements à tous ceux qui ont répondu à cette invitation et à ceux qui se consacrent de façon spécifique à accueillir et à protéger la vie humaine dans ses diverses situations de fragilité, en particulier à ses débuts et dans ses premiers pas. Le début de l’Année liturgique nous fait vivre précisément à nouveau l’attente de Dieu qui se fait chair dans le sein de la Vierge Marie, de Dieu qui se fait petit, devient enfant; il nous parle de la venue d’un Dieu proche, qui a voulu reparcourir la vie de l’homme, depuis ses débuts, et ce pour la sauver totalement, en plénitude. Et ainsi, le mystère de l’Incarnation du Seigneur et le début de la vie humaine sont intimement et harmonieusement liés entre eux au sein de l’unique dessein salvifique de Dieu, Seigneur de la vie de tous et de chacun. L’Incarnation nous révèle avec une lumière intense et de façon surprenante que chaque vie humaine possède une dignité très élevée, incomparable.

L’homme présente une originalité indéniable par rapport à tous les autres êtres vivants qui peuplent la terre. Il se présente comme sujet unique et singulier, doté d’intelligence et de volonté libre, et composé de réalité matérielle. Il vit de façon simultanée et indissociable dans la dimension spirituelle et dans la dimension corporelle. C’est ce que suggère également le texte de la Première Lettre aux Thessaloniciens, qui a été proclamée: «Que le Dieu de la paix lui-même — écrit saint Paul — vous sanctifie totalement, et que votre être entier, l'esprit, l'âme et le corps, soit gardé sans reproche à l'Avènement de notre Seigneur Jésus Christ» (5, 23). Nous sommes donc esprit, âme et corps. Nous faisons partie de ce monde, liés aux possibilités et aux limites de la condition matérielle; dans le même temps, nous sommes ouverts à un horizon infini, capables de dialoguer avec Dieu et de l’accueillir en nous. Nous œuvrons dans les réalités terrestres et à travers elles, nous pouvons percevoir la présence de Dieu et tendre vers Lui, vérité, bonté et beauté absolue. Nous goûtons des fragments de vie et de bonheur et nous aspirons à la plénitude totale.

Dieu nous aime de façon profonde, totale, sans distinction; il nous appelle à l’amitié avec Lui; il nous fait participer à une réalité au delà de

Lire la suite

"L'avortement est un péché grave parce qu'il met fin à une vie innocente"

Publiée le 25-11-2016

Extraits de la Lettre Apostolique du Pape François, du 20 novembre 2016

-------------------------------------------------------

11. Je voudrais que nous méditions tous les paroles de l’Apôtre, écrites vers la fin de sa vie, quand il confesse à Timothée avoir été le premier des pécheurs, mais « il m’a été fait miséricorde » (1 Tm 1,16). Ses mots ont une grande puissance pour nous provoquer à réfléchir, nous aussi, sur notre existence, et pour voir à l’œuvre la miséricorde de Dieu qui change, convertit, et transforme notre cœur : « Je suis plein de gratitude envers celui qui me donne la force, le Christ Jésus notre Seigneur, car il m’a estimé digne de confiance lorsqu’il m’a chargé du ministère, moi qui étais autrefois blasphémateur, persécuteur, violent. Mais il m’a été fait miséricorde » (1 Tm 1,12-13).

Avec une passion pastorale toujours renouvelée, rappelons-nous donc les paroles de l’Apôtre : « Dieu nous a réconciliés avec lui par le Christ, et il nous a donné le ministère de la réconciliation » (2 Co 5,18). C’est en vue de ce ministère que nous avons été pardonnés en premier, faits témoins privilégiés de l’universalité du pardon. Aucune loi ni précepte ne peut empêcher Dieu d’embrasser de nouveau le fils qui revient vers lui reconnaissant s’être trompé mais décidé à recommencer au début. Ne s’arrêter qu’à la loi, c’est rendre vaines la foi et la miséricorde divine. Il y a une valeur propédeutique dans la loi (cf. Ga 3,24) qui a comme fin, la charité (cf. 1 Tm 1,5). Cependant, le chrétien est invité à vivre la nouveauté de l’Évangile, « la loi de l’Esprit qui donne la vie dans le Christ » (Rm 8,2). Même dans les cas les plus difficiles, où l’on est tenté de faire prévaloir une justice qui vient seulement des normes, on doit croire en la force qui jaillit de la grâce divine.

Lire la suite

Cad Vingt-Trois

Publiée le 25-11-2016

Mgr Vingt-Trois était interrogé par radio Notre-Dame :

"C'est un projet qui me parait très grave. D'abord en raison de son objet qui est la possibilité de rendre accessible à des femmes en détresse des possibilités de réfléchir et d'être accompagnées dans leur réflexion par rapport à l'avenir de leur grossesse et que c'est un guerre de religion où il est visible que l'objectif est de faire la promotion de l'avortement comme une issue normale d'une grossesse; Si la loi se met à faire la police sur internet il va falloir embaucher 10 000 fonctionnaires (...)

Quelle est l'obsession qui pousse le gouvernement à choisir le point précis de l'avortement comme point d'intervention plutôt que les sites de radicalisation terroriste, ça je ne sais pas. 

La notation des deux finalistes

Publiée le 25-11-2016

par F Billot de Lochner

Le débat surréaliste qui agite le monde politico-médiatique sur les « valeurs » défendues par les deux finalistes de dimanche prochain aboutit à une confusion générale des esprits.Pour le système politico-médiatique majoritaire, Fillon est un conservateur réactionnaire, un catholique intégriste jusqu’au-boutiste, et représente un danger mortel pour toutes les « avancées sociétales », quand Juppé est un homme de progrès, garant de l’évolution heureuse d’une société libérée. Est-ce la réalité ?

Analysons par exemple les valeurs dites sociétales, défendues par les deux candidats : elles sont à peu près les mêmes. Juppé comme Fillon sont de farouches partisans de l’avortement libre et inconditionnel, du « mariage » homosexuel et de l’adoption, de la loi Claeys-Leonetti qui ouvre des possibilités d’euthanasie.

Lire la suite

Le 1er tour des primaires offrait aux chrétiens de pouvoir choisir le seul candidat respectueux des valeurs non-négociables

Publiée le 25-11-2016

 

par Alain Toulza :

"Dans son « coup de gueule » reproduit ce 25 novembre dans Le Salon beige, François Teutsch à parfaitement analysé la cause de l’échec de la tentative Poisson de représenter nos valeurs : « Elle est dans la lâcheté de la bourgeoisie catholique française qui préférera toujours l’allègement de sa feuille d’impôt au combat pour les valeurs (   ). Dans son inconséquence qui lui fait déplorer la marchandisation de l’humain tout en adhérant à l’idéologie libérale mondialiste ».

Lire la suite

Que la grâce du sacrement du mariage fortifie chaque famille

Publiée le 24-11-2016

Extraits de la Lettre Apostolique du Pape François, du 20 novembre 2016 (Paragraphe 14)

------------------------------------------------

Dans une période particulière comme la nôtre, marquée par tant de crises dont celle de la famille, il est important qu’une parole de force consolatrice soit adressée à nos familles. Le don du mariage est une grande vocation à laquelle correspond, avec la grâce du Christ, un amour généreux, fidèle et patient. La beauté de la famille demeure inchangée, malgré tant d’obscurités et de propositions alternatives : « La joie de l’amour qui est vécue dans les familles est aussi la joie de l’Église ».[16] Le chemin de vie qui amène un homme et une femme à se rencontrer, s’aimer, et se promettre fidélité pour toujours devant Dieu, est souvent interrompu par la souffrance, la trahison ou la solitude. La joie du don des enfants n’est pas exempte des soucis des parents concernant leur croissance et leur formation, leur avenir digne d’être intensément vécu.

La grâce du sacrement de Mariage, non seulement fortifie la famille afin qu’elle soit un lieu privilégié pour vivre la miséricorde, mais elle engage aussi la communauté chrétienne et tout l’agir pastoral à promouvoir la grande valeur de proposition de la famille.  Cette Année jubilaire ne peut cependant pas nous faire perdre de vue la complexité de la réalité familiale actuelle. L’expérience de la miséricorde nous rend capables de regarder toutes les difficultés humaines dans l’attitude de l’amour de Dieu qui ne se lasse jamais d’accueillir et d’accompagner.[17]

Nous ne pouvons pas oublier que chacun est porteur de la richesse et du poids de sa propre histoire qui le rendent absolument unique. Notre vie, avec ses joies et ses peines, est quelque chose d’unique et non reproductible, qui se déroule sous le regard miséricordieux de Dieu. Cela requiert, surtout de la part du prêtre, un discernement spirituel attentif, profond et clairvoyant, de sorte que nul ne soit exclu, quelle que soit la situation dans laquelle il vit, et qu’il puisse se sentir accueilli concrètement par Dieu, participer activement à la vie de la communauté, être inséré dans ce Peuple de Dieu qui avance infatigablement vers la plénitude du Règne de Dieu, règne de justice, d’amour, de pardon et de miséricorde.

 

 

Le courage des maires face à la campagne médiatique symptomatique du nouvel ordre moral socialiste

Publiée le 24-11-2016

Communiqué des Associations Familiales catholiques du 92 :

"Sollicités par des familles choquées par la campagne publicitaire « sexe entre hommes » au caractère sexuel explicite, des maires courageux ont fait retirer de leur commune les dites affiches. Parmi beaucoup d’autres, citons Christophe Béchu, maire d’Angers, Bruno Beschizza, maire d’Aulnay (93), Philippe Juvin, maire de la Garenne-Colombes (92), Manuel Aeschlimann, maire d’Asnières (92).

Félicitations à ces hommes politiques soucieux d’empêcher que soient « diffusés sur la voie publique ou dans des lieux publics des messages contraires à la décence ». (art. du Code Pénal)

Comme le dit le maire d’Aulnay, on ne peut admettre « ce type de campagne sur des arrêts de bus à la vue de tout le monde et où l’on a des enfants de 7, 8, 9 ans qui apprennent à lire et qui sont parfaitement capables de demander à papa, c’est quoi : un coup d’un soir, c’est quoi une aventure ? »

Lire la suite

Peu importe nos péches, Dieu est prêt nous pardonner

Publiée le 23-11-2016

   Extraits de la Lettre Apostolique du Pape François, du 20 novembre 2016 (Paragraphe 1)

-------------------------------------

    

      Dans l'Evangile, une femme et Jésus se rencontrent. "Elle, adultère, et, selon la Loi, passible de lapidation. Lui, par sa prédication et le don total de lui-même, qui le conduira jusqu’à la Croix, a replacé la loi mosaïque dans son intention originelle. Au centre, il n’y a pas la loi ni la justice de la loi, mais l’amour de Dieu qui sait lire dans le cœur de chacun, pour en saisir le désir le plus caché, et qui doit avoir le primat sur tout. Dans ce récit évangélique, cependant, on ne rencontre pas le péché et le jugement de manière abstraite, mais une pécheresse et le Sauveur. Jésus a regardé cette femme dans les yeux et il a lu dans son cœur : il y a trouvé le désir d’être comprise, pardonnée, et libérée. La misère du péché a été recouverte par la miséricorde de l’amour. Il n’y a chez Jésus aucun jugement qui ne soit marqué par la pitié et la compassion pour la condition de la pécheresse. À ceux qui voulaient la juger et la condamner à mort, Jésus répond par un long silence, pour laisser la voix de Dieu se faire entendre dans les consciences, tant celle de la femme que celles de ses accusateurs. Ceux-ci laissent les pierres tomber de leurs mains et s’en vont un par un (cf. Jn 8, 9). À la suite de ce silence, Jésus dit : « Femme, où sont-ils donc ? Personne ne t’a condamnée ? …Moi non plus, je ne te condamne pas. Va, et désormais ne pèche plus » (vv. 10-11). De cette manière, il l’aide à se tourner vers l’avenir avec espérance et à être prête à se remettre en route. Désormais, si elle le désire, elle pourra « vivre dans l’amour » (cf. Ep 5, 2). Revêtue de la miséricorde, même si la condition de faiblesse du péché demeure, elle sera comme recouverte par l’amour qui permet de regarder plus loin et de vivre autrement."

 

 

Se préparer à la mort...

Publiée le 22-11-2016

Celui qui est fidèle au Seigneur ne craint pas la mort, a assuré le pape François lors de la messe du 22 novembre 2016. Depuis la chapelle de la Maison Sainte-Marthe au Vatican, le pape a encouragé à ne pas vivre « comme si on ne devait jamais mourir ».

Dans son homélie rapportée par Radio Vatican, le pape a demandé aux baptisés de « penser sérieusement à la fin, (…) parce que chacun de nous aura sa fin ». Et de se demander : « Comment sera le jour où je serai face à Jésus ? Quand il me questionnera sur les talents qu’il m’a donnés, sur ce que j’en ai fait ; quand Il me demandera (…) comment j’ai reçu la Parole : avec un cœur ouvert ? L’ai-je faite germer pour le bien de tous ou cachée ? (…) Quand viendra le Seigneur, comment me trouvera-t-il ? Dans l’attente ou au milieu de tant d’aliénations de la vie ? ».

« Si chacun de nous est fidèle au Seigneur, quand viendra la mort, nous dirons comme François ‘sœur la mort, viens’… Elle ne nous effraie pas, a assuré le pape. Et quand ce sera le jour du jugement, nous regarderons le Seigneur : ‘Seigneur j’ai tant de péchés, mais j’ai cherché à être fidèle’. Et le Seigneur est bon. Avec cette fidélité nous n’aurons pas peur à la fin, (…) nous n’aurons pas peur au jour du jugement ».

« On n’aime pas penser à ces choses mais c’est la vérité », a-t-il insisté : « Je me souviens qu’étant enfant, quand j’allais au catéchisme on nous enseignait quatre choses : mort, jugement, enfer ou gloire. Après le jugement il y a cette possibilité. ‘Mais, Père, c’est pour nous effrayer…’. – ‘Non, c’est la vérité ! Parce que si tu ne prends pas soin de ton cœur, (…) si tu vis toujours éloigné du Seigneur, peut-être y a-t-il le danger de continuer (à être) ainsi éloigné du Seigneur pour l’éternité ».

« Prenez garde de ne pas vous laisser égarer » par les « choses superficielles », qui n’ont « pas de transcendance », a encore exhorté le pape François. Il s’agit de ne pas « vivre comme si on ne devait jamais mourir » : « Sois fidèle jusqu’à la mort, dit le Seigneur, et je te donnerai la couronne de la vie ». (Ap 2, 10)

Le pape François a également confié qu’il tenait un agenda où il écrivait le nom de ses proches décédés. Une habitude qui l’aide à faire mémoire et à avoir conscience du temps qui passe

 

 

JMJ 2017-2019 :

Publiée le 22-11-2016

Thèmes des trois prochaines JMJ (2017-2019)

XXXIIe Journée Mondiale de la Jeunesse, 2017

“Le Puissant fit pour moi des merveilles” (Lc 1,49)

XXXIIIe Journée Mondiale de la Jeunesse, 2018

“Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu” (Lc 1,30)

XXXIVe Journée Mondiale de la Jeunesse, 2019 (Panama)

“Voici la servante du Seigneur; que tout m’advienne selon ta parole” (Lc 1,38)

Lire la suite

Les travaux dans la chapelle de l'Evangile de la Vie

Publiée le 20-11-2016

     Lorsque la Famille Missionnaire l'Evangile de la Vie est arrivée à Bollène, en 2008, il pleuvait dans la chapelle. Après d'importants travaux de toiture, nous avons attendu que le plafond sèche. Au cours de l'auromne 2015, au début de l'Année Sainte de la Miséricorde Divine, grâce à votre prière et à votre générosité, le plafond de la chapelle a été restauré ainsi que le retable.

     Au cours de l'hiver a été retiré le placo qui recouvrait les murs de la chapelle et entretenait un fort taux d'humidité. 6 mois d'attente afin que les murs puisse bien sécher. Une troisième étape de travaux a commencé fin septembre 2016, pour mettre aux normes l'électricité de la chapelle puis de mettre de la chaux sur les murs.

     Le tableau de Marie qui défait les noeuds et celui de la Miséricorde Divine vont retroiuver leur place fin novembre. C'est important, puisque de plus en plus de personnes viennent à Bollène confier à Notre-Dame, priée sour le vocable de Marie qui défit les noeuds, leurs intentions. Et reviennent rendre grâce.

     Le 26 octobre ont débuté les travaux dans la petite chapelle latérale, dédiée à Notre-Dame.

     Ces différentes étapes de travaux se termineront avec le terme de l'Année Sainte. Quelle joie d"avoir pu, encore une fois grâce à vos prières et votre générosité, entreprendre un tel chantier que de rendre sa beauté à la chapelle. Merci à tous ceux qui ont pu, de passage, voir la chapelle retrouver sa beauté. Ces travaux ont été réalisés, seulement pour Jésus. Rien n'est trop beau pour notre Sauveur.

     Les photos ci-dessous ont été prises cet automne 2016. Il reste encore à couvrir un peu de frais, que nous confions à votre générosité.

     Je fais un don.  Vous recevrez un reçu fiscal

    

 

 

Lire la suite

Le respect de la vie humaine : fondement d'une société renouvelée !

Publiée le 16-11-2016

Jean Paul II, dans l'Evangile de la Vie 77

   C'est aussi cette loi nouvelle qui anime et donne sa forme au commandement « tu ne tueras pas ». Pour le chrétien, il comprend donc en définitive l'impératif de respecter, d'aimer et de promouvoir la vie de tous ses frères, selon les exigences et la grandeur de l'amour de Dieu en Jésus Christ. « Il a donné sa vie pour nous. Et nous devons, nous aussi, donner notre vie pour nos frères » (1 Jn 3, 16).

Le commandement « tu ne tueras pas », même dans son contenu le plus positif de respect, d'amour et de promotion de la vie humaine, oblige tout homme. En effet, il retentit dans la conscience morale de chacun comme un écho ineffaçable de l'alliance originelle de Dieu créateur avec l'homme; il peut être connu de tous à la lumière de la raison et il peut être observé grâce à l'action mystérieuse de l'Esprit qui, soufflant où il veut (cf. Jn 3, 8), rejoint et entraîne tout homme qui vit en ce monde.

Le service que nous sommes tous appelés à rendre à notre prochain est donc un service d'amour, pour que la vie du prochain soit toujours défendue et promue, mais surtout quand elle est la plus faible ou la plus menacée. C'est une sollicitude personnelle, mais aussi sociale, que nous devons tous développer, en faisant du respect inconditionnel de la vie humaine le fondement d'une société renouvelée.

Il nous est demandé d'aimer et d'honorer la vie de tout homme et de toute femme, et de travailler avec constance et avec courage pour qu'en notre temps, traversé par trop de signes de mort, s'instaure enfin une nouvelle culture de la vie, fruit de la culture de la vérité et de l'amour.

 

 

Vivre la Veillée de prière pour la Vie avec Mère Teresa

Publiée le 26-10-2016

    Samedi 26 novembre, aura lieu partout dans le monde la septième Veillée de prière pour toute vie naissante. Cette initiative de Benoit XVI permet chaque année depuis 2010, au moment d’entrer en Avent, de porter notre regard sur la Vierge Marie attendant de mettre au monde Jésus. Et ainsi, de rejoindre chaque maman portant en son sein un enfant. Mais aussi, tant de foyers où la vie tarde à venir. Sans oublier les familles où la vie n’a pas été accueillie, où elle a été refusée. Tout comme la société, profondément blessée en son âme pour ne pas se rendre toujours disponible dans l’accueil de l’enfant à naître, jusque dans ses lois. De permettre aux souffrances, blessures, solitudes, détresses, d’être écoutées, offertes au cours de cette Veillée de prière.

     La Naissance de Jésus « libère la joie » (Evangelium Vitae, 1).  « Chaque naissance ajoute à la beauté du monde » (Préface de la messe de Mariage) : un chemin s’ouvre pour accueillir l’enfant à naître, pour le protéger, le défendre, jusqu’à ce qu’il donne son premier sourire à ses parents. Ce premier merci pour la vie.

 

Lire la suite

Le Pape encourage les nouveaux époux

Publiée le 23-08-2016

- Que la figure de Saint Dominique de Guzmán, son dévouement apostolique, vous rappelle, chers nouveaux époux, l’importance de l’éducation chrétienne dans votre famille.

- chers nouveaux époux, je souhaite que votre amour soit le miroir de celui, infini et éternel, de Dieu. 17.8.2016

-  Que l’exemple de charité de saint Vincent de Paul vous incite, chers époux, à construire une famille toujours ouverte aux pauvres et au don de la vie » - 28.9.2016

- "Le mois d’octobre est le mois missionnaire, où nous sommes invités à prier intensément la Vierge Marie, Reine des missions. Soyez missionnaires dans votre famille,en annonçant par la parole et par l’exemple l’Évangile du salut ». 5 octobre 2016

Prière pour la France

Publiée le 17-07-2016

    Depuis plusieurs jours, d'intenses prières s'élèvent vers le Ciel, comme un cri, pour notre pays. Face à la désolation, nous avons tellement besoin de consolation, alors que nous traversons une nouvelle épreuve. Consolation que vient nous donner Notre-Dame, à travers la prière   

      Cette image-prière proposée : avec la prière pour la France de de Marcel Van, celle de Jean Paul II, prière à la Vierge Marie. Des paroles de Saint Pie X et de Marthe Robin sur la France qui sortira de l'impasse dans laquelle elle se trouve pour le moment, grâce à la prière. Une image-prière en six pages, format poche, il est urgent d'encourager cette grande prière pour la France.

     Cette image est un moyen concret d'évangélisation, pour aider à la prière familiale. pour distribuer dans les paroisses, mouvements, écoles, pélerinages.

     Pour recevoir cette image : par lot de 100 images, port inclus : participation aux frais suggérée de 12€ port inclus :  AD-l'Evangile de la Vie. 32 Cours de la République, 84500 Bollène.

 

 

 

 

 

 

    

Discours de Mère Teresa à Oslo lors du Prix Nobel - 10.12.1979

Publiée le 03-07-2016

Intégralité

     Remercions Dieu pour cette merveilleuse circonstance grâce à laquelle nous pouvons, tous ensemble, proclamer la joie de répandre la paix, la joie de nous aimer les uns les autres et la joie de savoir que les plus pauvres des pauvres sont tous nos frères et sœurs.
      Comme nous sommes réunis ici pour remercier Dieu de ce don de paix, je vous ai fait remettre la « Prière de la paix » que saint François d'Assise a dite il y a de nombreuses années. Je me demande s'il n'a pas ressenti, alors, exactement ce que nous ressentons aujourd'hui, ce pourquoi nous prions.
 

Lire la suite

Une paroisse de 13000 fidèles, et pas un divorce... La recette...

Publiée le 20-05-2016

     À Siroki Brijeg, parmi les 13 000 fidèles, on ne compte pas un seul di­vorce. De mémoire d'homme, pas une seule famille n'a éclaté. L'Herzégovine jouit-elle d'une faveur exceptionnelle de la part du Ciel ? Existe-t-il un truc magique contre le démon de la division ?
            La réponse est très simple ! Durant des siècles, sous domination turque puis communiste, les Croates ont cruellement souffert, car on voulait ar­racher leur foi chrétienne. Ils savent par expérience que leur salut vient de la Croix du Christ ;  il ne vient pas des projets de désarmement, de l'aide hu­manitaire ou des traités de paix, même si parfois ces réalités apportent quelques bienfaits.
            La source du Salut, c'est la Croix du Christ ! Ces gens ont une sagesse, ils ne se laissent pas tromper lorsqu'il s'agit de la vie ou de la mort. C'est pourquoi ils ont lié de façon indissociable le maria­ge à la Croix du Christ. Ils ont fondé le mariage qui donne la vie humaine sur la Croix qui donne la vie divine.
            La tradition croate du mariage est si belle qu'elle commence à faire école en Europe et en Amérique ! Lorsqu'un jeune couple se prépare au mariage, on ne lui raconte pas qu'il a trouvé la personne idéale, le meilleur parti. Non ! Que dit le prêtre ? :

« Tu as trouvé ta croix. Et c'est une croix à aimer, une croix à porter,
une croix qu'il ne faudra pas rejeter mais chérir. »


            Ces paroles prononcées en France laisseraient le fiancé muet de stupeur. Mais en Herzégovine, la Croix évoque l'amour, et le crucifix est le trésor de la maison.
            Lorsque les fiancés se rendent à l’église, ils apportent avec eux un cruci­fix. Ce crucifix est béni par le prêtre, et au cours de l'échange des consente­ments, il revêt une importance centra­le. En effet, la fiancée pose sa main droite sur la croix ;  à son tour, le fian­cé pose sa main sur celle de sa fiancée, et les deux mains se trouvent ainsi réunies sur la croix, fondées sur la croix. Le prêtre pose son étole sur les mains des fiancés qui prononcent alors leurs consentements et se promettent fidélité selon le rite de l’Église.
            Après cela, les mariés ne s'embrassent pas, mais ils embrassent la croix. Ils savent qu'ils embrassent ainsi la source de l'amour.
            Celui qui s'approche et voit leurs mains étendues sur la croix comprend que si le mari abandonne sa femme ou que la femme abandonne son mari, alors, c'est la croix qu'ils lâchent. Et lorsqu'on a lâché la croix, il ne reste rien, on a tout perdu, car on a lâché Jésus, on a perdu Jésus.
            Après la cérémonie, les mariés rap­portent ce crucifix et lui donnent une place d'honneur dans la maison. Il deviendra le centre de la prière familiale, car ils ont la conviction que la famille est née de cette croix.
            Si un problème survient, si un conflit éclate, c'est devant cette croix que les époux viennent trouver se­cours. Ils n'iront pas chez un avocat, ils ne consulteront pas un diseur de bon­ne aventure ou un astrologue, ils ne compteront pas sur un psychologue pour régler leurs affaires.
            Non, ils iront devant leur Jésus, de­vant la croix. Ils se mettront à genoux et c'est devant Jésus qu'ils verseront leurs larmes, qu'ils crieront leur souffrance et, surtout, échangeront leur pardon. Ils ne s'endormiront pas le cœur lourd, car ils auront eu recours à leur Jésus, au Seul qui a la puissance de sauver.
            Ils apprendront à leurs enfants à embrasser la croix chaque jour et à ne pas se coucher comme des païens, sans avoir remercié Jésus. Pour les enfants, aussi loin qu'ils s'en souviennent, Jésus est l'ami de la famille, que l'on respecte et que l'on embrasse.
            Ces enfants ne reçoivent pas de « nounours » à étreindre durant la nuit pour se sentir en sécurité. Mais ils disent « bonne nuit » à Jésus et embras­sent la croix. Ils s'endorment avec Jésus, pas avec une peluche. Ils savent que Jésus les garde dans ses bras et qu'ils n'ont rien à craindre, leurs peurs s'éteignent dans leur baiser à Jésus.

 

 

Neuvaine irrésistible au Sacré-Coeur de Jésus

Publiée le 17-01-2014

Le Padre Pio récitait très souvent cette Neuvaine Irrésistible ". Les promesses de Jésus, exprimées par Padre Pio dans cette prière ne pouvaient pas laisser le Cœur de Jésus insensible. Voilà cette neuvaine:

" O mon Jésus qui avez dit: " En vérité, en vérité, je vous le dis, demandez et vous recevrez, cherchez et vous trouverez, frappez et il vous sera répondu, voilà que je frappe, je cherche, je demande telle grâce "...
Notre Père, Je vous salue Marie, Gloire au Père - Cœur de Jésus, j’ai confiance et j’espère en vous !

" O mon Jésus qui avez dit " En vérité, en vérité, je vous le dis, tout ce que vous demanderez à mon Père en mon nom, il vous l'accordera ! " Voici qu'à Votre Père, en Votre Nom, je demande telle grâce... "
Notre Père, Je vous salue Marie, Gloire au Père -Cœur de Jésus, j’ai confiance et j’espère en vous

" O mon Jésus qui avez dit: " En vérité, en vérité, je vous le dis, le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point! " voici que, m'appuyant sur l'infaillibilité de Vos Saintes Paroles, je demande telle grâce... "
Notre Père, Je vous salue Marie, Gloire au Père - Cœur de Jésus, j’ai confiance et j’espère en vous !

Et comme " résumé " de ces supplications, on terminait en disant:
" O Cœur Sacré de Jésus, à qui Il est impossible de ne pas avoir compassion des malheureux, ayez pitié de nous, pauvres pécheurs, et accordez-nous la grâce que nous vous demandons par l'intercession du Cœur Immaculé de Marie, Votre et notre tendre Mère... "
Une invocation à saint Joseph, si puissant sur le Cœur de son Fils adoptif, Jésus, et un " Salve Regina ".

 

 

Archives