Accueil > Evénements > Actualité

Actualité

Belgique : vers un statut juridique des bébés nés sans vie

Publiée le 21-06-2017

     "Le ministre, qui a reçu une pétition signée par 18.000 personnes et 3 associations demandant que soit octroyé un statut à l’état civil à l’enfant mort-né (avec mention du nom de famille), s’est engagé à déposer ce projet de loi avant les vacances estivales. C’est donc un nouveau projet de loi dans ce débat qui dure depuis douze ans ! Il s’agit ici d’essayer de combler un vide législatif bien douloureux pour des parents endeuillés suite à la perte d’un bébé avant les 180 jours à dater de sa conception. Pour l’instant, les dispositions du code civil ne prennent pas en compte ces enfants qui naissent sans vie avant ce seuil légal de viabilité des six mois. Pour eux, aucun acte de naissance et donc de décès n’est prévu. Pas de possibilité de laisser ne serait-ce qu’un prénom sur un registre de l’état civil. Ces enfants n’existent donc que pour les parents qui sont chaque année plus de mille à vivre un tel drame. Pour les aider dans ce deuil périnatal, des propositions de loi ont été déposées par le CD&V, l’Open Vld, le sp.a et le cdH. Mais ils se heurtent à chaque fois à la peur de certains de voir le droit à l’avortement remis en cause. Ainsi, en mars dernier, le Mouvement réformateur, s’était encore opposé à de nouveaux amendements du CD&V et de la N-VA visant à permettre que soit dressé un acte de naissance pour un foetus.

En 1988 au Conseil de l'Europe, Jean Paul II avertissait aussi la GPA-PMA

Publiée le 21-06-2017

 

     "L’un des aspects les plus impressionnants du développement scientifique concerne les disciplines biologiques et médicales. Souvent, dans vos instances, vous avez à connaître des interrogations que suscitent les possibilités nouvelles d’intervenir aux divers stades de la vie, en dépassant les limites des thérapeutiques habituellement pratiquées. Les processus génétiques peuvent être favorisés, mais aussi altérés. Des processus biogénétiques en viennent à briser la filiation naturelle. Le diagnostic d’une pathologie prénatale conduit trop facilement à l’avortement, alors que son but légitime est d’ordre thérapeutique.

     L’expérimentation pratiquée sur des embryons humains ouvre la voie à des manipulations abusives. Il arrive aussi que de graves interventions soient acceptées du seul fait que les progrès scientifiques les rendent réalisables.

     Votre Assemblée est fréquemment amenée à réfléchir à ces questions qui sont de nature fondamentalement éthique. Il est nécessaire que le respect de la dignité humaine ne soit jamais perdu de vue, depuis le moment même de la conception, jusqu’aux stades ultimes de la maladie ou aux états les plus graves d’obscurcissement des facultés mentales. Vous comprendrez que je redise ici la conviction de l’Eglise: l’être humain garde à jamais sa valeur comme personne, car la vie est un don de Dieu. Les plus faibles ont le droit à la protection, aux soins, à l’affection, de la part de leurs proches et de la part de la société solidaire. L’insistance de l’Eglise pour sauvegarder toute vie dès la conception ne s’inspire de rien d’autre que d’une exigence éthique qui résulte de ce qu’est l’homme même et qui ne saurait être étrangère à aucune conscience libre et éclairée. L’Eglise connaît la gravité des dilemmes qui se présentent à de nombreux couples ainsi qu’aux médecins ou aux divers conseillers de santé; elle n’ignore pas leur souffrance et leurs doutes; elle voudrait demander cependant que l’on n’en vienne pas à déformer les consciences et que la fraternité authentiquement humaine ne fasse jamais défaut. Elle accueille favorablement les progrès accomplis pour protéger la vie de l’enfant à naître, pour préserver l’intégrité de son patrimoine génétique naturel, pour développer des thérapies efficaces.

     En plaçant des bornes d’ordre éthique à l’action de l’homme sur l’homme, votre Institution accomplira son rôle de conscience critique au service de la communauté."

 

 

 

 

Amoris Laetitia

Publiée le 20-06-2017

Les quatre cardinaux Brandmüller, Burke, Caffarra et Meisner, viennent de rendre publique la lettre qu’ils ont adressée au pape François le 25 avril pour lui demander –  en vain –  une audience privée en vue de parler de la « confusion et de la désorientation » au sein de l’Eglise après la publication, il y a un an, de l’exhortation Amoris laetitia. Dans cette lettre, ils rappellent les cinq questions posées publiquement l’an dernier, demandant si l'exhortation est conforme à l’enseignement pérenne de l’Eglise. La lettre porte la signature du cardinal Carlo Caffarra, s'exprimant en son propre nom et au nom des trois autres signataires des « Dubia ». Les cinq questions posées pouvaient recevoir une réponse simple par oui ou par non ; à ce jour,  le pape n’a pas voulu donner une telle réponse alors que les questions correspondent aux ambiguïtés relevées dans son exhortation et que plusieurs conférences épiscopales  ont publié des documents d'application de celle-ci  qui vont dans un sens évidemment hétérodoxe.

Voici, pour rappel, le résumé des cinq questions que l’on trouvera in extenso ici :

  1. Les personnes vivant dans un état d’adultère habituel peuvent-elles recevoir la sainte communion ?
  2. Existe-t-il des normes morales absolues qu'il faut respecter « sans exception » ?
  3. Est-il encore possible d’affirmer qu’une personne qui vit habituellement en contradiction avec un commandement de la loi de Dieu, comme par exemple celui qui interdit l’adultère (cf. Mt 19, 3-9), se trouve dans une situation objective de péché grave habituel ?
  4. Un acte intrinsèquement mauvais peut-il devenir  un acte « subjectivement bon » en raison des « circonstances » ou des « intentions » ? Peut-on agir de manière contraire aux « normes morales absolues » connues «  qui interdisent des actes intrinsèquement mauvais » en se fondant sur la « conscience » ?
Lire la suite

Amoris Laetitia et les cardinaux qui avaient émis des dubia au Pape

Publiée le 20-06-2017

     Les cardinaux, qui avaient émis des dubia au pape à propos de l'interprétation de l'exhortation post-synodale Amoris laetitia, dubia qui n'ont pas reçu de réponse, viennent de rendre public la lettre de leur demande d'audience auprès du Saint-Père pour évoquer cette question primordiale pour l'Église. Cette lettre, datée du 25 avril dernier et signée du cardinal Caffarra, n'a toujours pas reçu de réponse. Pourquoi un tel silence ? Dans quel contexte s'inscrit-il ? C'est ce que nous avons demandé au philosophe moraliste Thibaud Collin qui a participé récemment, à Rome, à un colloque pour le premier anniversaire d'Amoris Laetitia.

-------------------------------------------

Lire la suite

Tolkien et l'Eucharistie

Publiée le 17-06-2017

 

De l’obscurité de ma pauvre vie, si remplie de frustrations,
je place devant toi l’unique grande chose à aimer
ici-bas : le Saint-Sacrement.
J’en suis tombé amoureux dès le début et par la miséricorde
de Dieu n’ai jamais renoncé à cet amour. (…)
Pour moi, il n’y a que cet incessant et silencieux attrait
du Tabernacle et ce sentiment d’une faim dévorante (…)
Je prie sans cesse pour vous tous, afin que le Médecin
(ainsi était appelé le Christ en vieil anglais) me
guérisse de toutes mes défaillances et qu’aucun de vous
ne cesse de s’écrier : « Benedictus qui venit in nomine
Domini.- Béni soit celui qui vient au nom du
Seigneur. »

(Lettres, n° 43 à son fils Michael, 6-8 mars 1941, et
n° 250 au même, 1er novembre 1963)

La Sainte Communion

Publiée le 17-06-2017

« Si Saint Paul enseigne « qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse dans
les cieux, sur la terre et sous la terre
» (Ph 2,10), combien plus
devons-nous fléchir le genou quand nous recevons le Seigneur
dans l’acte sublime et intime de la Sainte Communion ! »


(Discours à Milan du 5 juin 2017)

13 juin 1917: 2ème apparition de Notre-Dame à Fatima

Publiée le 13-06-2017

Le Cœur Immaculé de Marie

Les enfants firent donc connaître les dates des futures Apparitions de Notre-Dame et déjà, en ce 13 juin, des dizaines de personnes étaient rassemblées à la Cova da Iria, près du chêne-vert. La mère de Lucie préféra ne pas y aller à cause du remue-ménage que faisait cette affaire suite aux révélation des enfants.

Les personnes réunies récitèrent le chapelet, quand un éclair s'approcha d'eux. Notre-Dame, sur le chêne-vert apparut alors.

- Que veut Votre Grâce ?, dit Lucie.
- Je veux que vous veniez le 13 du mois prochain ; que vous disiez le chapelet tous les jours et que vous appreniez à lire. Ensuite, je vous dirai ce que je veux.
(La Sainte Vierge demande à Lucie d'apprendre à lire dans l'intérêt du message spirituel qu'elle aurait à transmettre)
Lucie demanda la guérison d'un malade, ce en quoi Notre-Dame répondit :
- S'il se convertit, il sera guéri durant l'année.
- Je voudrais vous demander de nous emmener au Ciel, dit la petite fille.
- Oui, Jacinthe et François je les emmènerai bientôt, mais toi, tu resteras ici pendant un certain temps. Jésus veut se servir de toi afin de me faire connaître et aimer. Il veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé. À qui embrassera cette dévotion, je promets le salut ; ces âmes seront chéries de Dieu, comme des fleurs placées par Moi pour orner Son trône.
Avec tristesse, la petite Lucie dit :
- Je vais rester toute seule ici ?

Lire la suite

«si le Sacré-C½ur de Jésus ne sauve pas la France, personne ne le fera ! »

Publiée le 13-06-2017

Editorial du curé du Luc-En-Provence - Le-Cannet-des-Maures :

"Il y a quelques années, lors d’une visite de notre évêque Monseigneur Rey au Luc-en-Provence, alors que quelques personnes lui confiait leur interrogation sur la pertinence aujourd’hui de confier notre pays au Sacré-Cœur, il répondait du « tac-au-tac » : «si le Sacré-Cœur de Jésus ne sauve pas la France, personne ne le fera ! »

Mais, si confier notre pays est non seulement beau mais capital, cela passe par notre relation, notre offrande personnelle à ce même Sacré-Cœur.

Notre Seigneur Jésus-Christ disait lors d’une apparition à Sainte Marguerite-Marie a sujet de son Sacré-Cœur : « Voici ce Cœur qui a tant aimé les hommes, qui n’a rien épargné jusqu’à s ‘épuiser et se consumer pour leur témoigner son amour. Et pour reconnaissance, je ne reçois de la plupart que des ingratitudes par leurs irrévérences et leurs sacrilèges et par les froideurs et les mépris qu’ils ont pour moi dans ce sacrement d’amour (ndlr : l’Eucharistie) »

Lire la suite

Sainte Trinité

Publiée le 11-06-2017


Saint Ephrem (v. 306-373), diacre en Syrie, docteur de l'Église
Hymne sur la Trinité (trad. Bellefontaine 1991, coll. SO 50, p.334)

« Un seul Dieu, un seul Seigneur, dans la trinité des personnes et l'unité de leur nature » (Préface)

Refrain : Que soit béni celui qui t'envoie !

Prends donc comme symboles le soleil pour le Père
pour le Fils, la lumière,
et pour le Saint Esprit, la chaleur.

Bien qu'il soit un seul être, c'est une trinité
que l'on perçoit en lui.
Saisir l'inexplicable, qui le peut ?

 

Lire la suite

Prier le Rosaire avec Carlo Acutis

Publiée le 04-06-2017

     Carlo Acutis est un jeune de notre temps. A 14 ans il lance un site internet sur les miracles eucharistiques à travers le monde. Il lancera d'autres sites internet et aidera à la création de plusieurs pour sa paroisse et ses amis. Chaque jour, il va à la Messe. Pour lui, "l'Eucharistie est l'autoroute du Ciel". Il prie chaque jour son chapelet et vit une fois par semaine l'Adoration eucharistique. Aimé de tous, il devient le confident de beaucoup d'adolescents. Il les invitent à suivre le chemin de leur Baptême, celui de l'Evangile de la sainteté, devenant amis de Jésus.

     Avec ses parents, il se rend dans les sanctuaires comme ND du Laus, Lourdes, L'Ile Bouchard... Mort le 12 octobre 2006 d'une leucémie foudroyante, il repose dans la terre du cimetière d'Assise. Fin 2016, le procès diocésain vers la Béatification de Carlo était terminé dans son diocèse de Milan. Maintenant, c'est la Congrégation pour la Cause des Saints, au Vatican qui suit le dossier.

     Pour la première fois en langue française, un livre qui commence racontant la vie de ce futur saint. Puis, prier le chapelet avec des paroles de Carlo.

     Pour recevoir ce livre : chez votre libraire Ed Peuple Libre (distribution AVM). Par défaut 15€ à l'Evangile de la Vie port inclus. 32 Cours de la République 84500 Bollène.

     Un cadeau utile qui va encourager nos jeunes sur la voie de la sainteté avec un compagnon de leur âge :  profession de foi, la confirmation, un camp scout, un pélerinage, la prière en famille.

 

 

 

 

 

    

Fatima : le livre appelé à entrer dans chaque famille en France

Publiée le 12-02-2017

     Les moines Bénédictins de Flavigny (21) ont publié un très très bel album sur Fatima, pour ce centenaire. Album qui est invité à entrer dans toutes les familles chrétiennes en cette année du centenaire des apparitions de Notre-Dame à Fatima.  l'origine de ce livre est le suivant : une famille s'est décidée à vivre le message de la Vierge Marie à Fatima. Elle s'estr endue à Fatima.  Les parents ont consaté combien Notre-Dame était éducatrice, en voyant les chengements dans le coeur de leurs enfants.

    Au coeur du Message de la Vierge Marie a Fatima se trouve la vie, la famille (Cf Jean Paul II et Benoit XVI). Participons concrètement à anticiper le "triomphe annoncé du Coeur immaculé de Marie" (Benoit XVI à Fatima, le 13 mai 2010)

     Nous pouvons offrir ce livre tout au long de cette année : naissance, Baptême, fiançailles, mariage. Offrir à vos prêtres le Jeudi Saint.

     Un beau témoignage de foi, d'Espérance et de charité est d'offrir ce livre au Maire de notre ville, à notre député, avec un petit mot en disant combien pour nous cette année est importante. Combien Notre-Dame nous invite à écouter la voix de son Coeur immaculé. Elle nous accompagne, vous accompagne dans le service du Bien commun.

Ce livre est en vente en librairie. Distribué par AVM.

été 2017 : Festival des familles à Pellevoisin

Publiée le 11-02-2017

S'INSCRIRE TRES TRES VITE

Chères familles,

Vous l’attendez toutes ! C’est avec une grande joie que nous vous annonçons la 7ème édition du Festival Saint Jean des Familles qui se déroulera du 29 juillet au 02 août 2017 à Pellevoisin dans l’Indre.

Ce festival aura pour thème « Famille, au souffle de l’Esprit» afin de vous faire (re)découvrir la Personne et la place de l’Esprit-Saint.

Avec Carlo Acutis, l'autoroute du Ciel

Publiée le 09-02-2017

    Découvrez le journal de la Famille Missionnaire l'Evangile de la Vie. Il est publié six fois par an, depuis près de 22 ans. Le numéro de février parait dans quelques jours. Recevez-le sur simple demande, gratuitement : ici    -- Pour s'abonner pour cette année 2017 : ici   --- pour faire un don, nous soutenir dans l'annonce et le service de l'Evangile de la Vie : ici

 

Dans ce numéro : en exclusivité, la vie d'un jeune de 15 ans, Carlo Acutis, mort d'une leucémie en 2006, dont le procès diocésain s'est terminé en novembre 2016.

 

 Je m'abonne à l'Evangile de la Vie 

 

 

 

 

 

Le Pape encourage les nouveaux époux

Publiée le 16-12-2016

- Que la figure de Saint Dominique de Guzmán, son dévouement apostolique, vous rappelle, chers nouveaux époux, l’importance de l’éducation chrétienne dans votre famille.

- chers nouveaux époux, je souhaite que votre amour soit le miroir de celui, infini et éternel, de Dieu. 17.8.2016

-  Que l’exemple de charité de saint Vincent de Paul vous incite, chers époux, à construire une famille toujours ouverte aux pauvres et au don de la vie » - 28.9.2016

- "Le mois d’octobre est le mois missionnaire, où nous sommes invités à prier intensément la Vierge Marie, Reine des missions. Soyez missionnaires dans votre famille,en annonçant par la parole et par l’exemple l’Évangile du salut ». 5 octobre 2016

- "Donnez plus de place à la prière, surtout en ce Temps de l’Avent, pour que votre vie conjugale devienne un chemin de perfection chrétienne" 14.12.2016

Une paroisse de 13000 fidèles, et pas un divorce... La recette...

Publiée le 20-05-2016

     À Siroki Brijeg, parmi les 13 000 fidèles, on ne compte pas un seul di­vorce. De mémoire d'homme, pas une seule famille n'a éclaté. L'Herzégovine jouit-elle d'une faveur exceptionnelle de la part du Ciel ? Existe-t-il un truc magique contre le démon de la division ?
            La réponse est très simple ! Durant des siècles, sous domination turque puis communiste, les Croates ont cruellement souffert, car on voulait ar­racher leur foi chrétienne. Ils savent par expérience que leur salut vient de la Croix du Christ ;  il ne vient pas des projets de désarmement, de l'aide hu­manitaire ou des traités de paix, même si parfois ces réalités apportent quelques bienfaits.
            La source du Salut, c'est la Croix du Christ ! Ces gens ont une sagesse, ils ne se laissent pas tromper lorsqu'il s'agit de la vie ou de la mort. C'est pourquoi ils ont lié de façon indissociable le maria­ge à la Croix du Christ. Ils ont fondé le mariage qui donne la vie humaine sur la Croix qui donne la vie divine.
            La tradition croate du mariage est si belle qu'elle commence à faire école en Europe et en Amérique ! Lorsqu'un jeune couple se prépare au mariage, on ne lui raconte pas qu'il a trouvé la personne idéale, le meilleur parti. Non ! Que dit le prêtre ? :

« Tu as trouvé ta croix. Et c'est une croix à aimer, une croix à porter,
une croix qu'il ne faudra pas rejeter mais chérir. »


            Ces paroles prononcées en France laisseraient le fiancé muet de stupeur. Mais en Herzégovine, la Croix évoque l'amour, et le crucifix est le trésor de la maison.
            Lorsque les fiancés se rendent à l’église, ils apportent avec eux un cruci­fix. Ce crucifix est béni par le prêtre, et au cours de l'échange des consente­ments, il revêt une importance centra­le. En effet, la fiancée pose sa main droite sur la croix ;  à son tour, le fian­cé pose sa main sur celle de sa fiancée, et les deux mains se trouvent ainsi réunies sur la croix, fondées sur la croix. Le prêtre pose son étole sur les mains des fiancés qui prononcent alors leurs consentements et se promettent fidélité selon le rite de l’Église.
            Après cela, les mariés ne s'embrassent pas, mais ils embrassent la croix. Ils savent qu'ils embrassent ainsi la source de l'amour.
            Celui qui s'approche et voit leurs mains étendues sur la croix comprend que si le mari abandonne sa femme ou que la femme abandonne son mari, alors, c'est la croix qu'ils lâchent. Et lorsqu'on a lâché la croix, il ne reste rien, on a tout perdu, car on a lâché Jésus, on a perdu Jésus.
            Après la cérémonie, les mariés rap­portent ce crucifix et lui donnent une place d'honneur dans la maison. Il deviendra le centre de la prière familiale, car ils ont la conviction que la famille est née de cette croix.
            Si un problème survient, si un conflit éclate, c'est devant cette croix que les époux viennent trouver se­cours. Ils n'iront pas chez un avocat, ils ne consulteront pas un diseur de bon­ne aventure ou un astrologue, ils ne compteront pas sur un psychologue pour régler leurs affaires.
            Non, ils iront devant leur Jésus, de­vant la croix. Ils se mettront à genoux et c'est devant Jésus qu'ils verseront leurs larmes, qu'ils crieront leur souffrance et, surtout, échangeront leur pardon. Ils ne s'endormiront pas le cœur lourd, car ils auront eu recours à leur Jésus, au Seul qui a la puissance de sauver.
            Ils apprendront à leurs enfants à embrasser la croix chaque jour et à ne pas se coucher comme des païens, sans avoir remercié Jésus. Pour les enfants, aussi loin qu'ils s'en souviennent, Jésus est l'ami de la famille, que l'on respecte et que l'on embrasse.
            Ces enfants ne reçoivent pas de « nounours » à étreindre durant la nuit pour se sentir en sécurité. Mais ils disent « bonne nuit » à Jésus et embras­sent la croix. Ils s'endorment avec Jésus, pas avec une peluche. Ils savent que Jésus les garde dans ses bras et qu'ils n'ont rien à craindre, leurs peurs s'éteignent dans leur baiser à Jésus.

 

 

Neuvaine irrésistible au Sacré-Coeur de Jésus

Publiée le 17-01-2014

Le Padre Pio récitait très souvent cette Neuvaine Irrésistible ". Les promesses de Jésus, exprimées par Padre Pio dans cette prière ne pouvaient pas laisser le Cœur de Jésus insensible. Voilà cette neuvaine:

" O mon Jésus qui avez dit: " En vérité, en vérité, je vous le dis, demandez et vous recevrez, cherchez et vous trouverez, frappez et il vous sera répondu, voilà que je frappe, je cherche, je demande telle grâce "...
Notre Père, Je vous salue Marie, Gloire au Père - Cœur de Jésus, j’ai confiance et j’espère en vous !

" O mon Jésus qui avez dit " En vérité, en vérité, je vous le dis, tout ce que vous demanderez à mon Père en mon nom, il vous l'accordera ! " Voici qu'à Votre Père, en Votre Nom, je demande telle grâce... "
Notre Père, Je vous salue Marie, Gloire au Père -Cœur de Jésus, j’ai confiance et j’espère en vous

" O mon Jésus qui avez dit: " En vérité, en vérité, je vous le dis, le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point! " voici que, m'appuyant sur l'infaillibilité de Vos Saintes Paroles, je demande telle grâce... "
Notre Père, Je vous salue Marie, Gloire au Père - Cœur de Jésus, j’ai confiance et j’espère en vous !

Et comme " résumé " de ces supplications, on terminait en disant:
" O Cœur Sacré de Jésus, à qui Il est impossible de ne pas avoir compassion des malheureux, ayez pitié de nous, pauvres pécheurs, et accordez-nous la grâce que nous vous demandons par l'intercession du Cœur Immaculé de Marie, Votre et notre tendre Mère... "
Une invocation à saint Joseph, si puissant sur le Cœur de son Fils adoptif, Jésus, et un " Salve Regina ".

 

 

Archives