Accueil > Evénements > Actualité > La communion aux "divorcés-remariés" : une affaire d'argent ?

Actualité

Imprimer la page

La communion aux "divorcés-remariés" : une affaire d'argent ?

Publiée le 12-12-2014

Le préfet de la Congrégation pour la doctrine de la Foi, le cardinal Gerhard Müller a déclaré lors d’une récente réunion de la Commission théologique internationale :

« Chaque division entre “théorie” et “pratique” de la foi serait le reflet d’une subtile hérésie christologique »

Le cardinal Müller a rappelé que l’enseignement constant de l’Eglise est que la « connaissance de Dieu » est ordonnée à « la fin ultime de l’homme, pour la rédemption de l’homme » (concile Vatican I). Il ne peut jamais y avoir d’« hiatus ou de conflit entre la compréhension de la foi et la pastorale ou la pratique de la foi vécue » ; par conséquent, toute « théologie authentique » croît à partir de la « théorie » et reste en cohérence avec elle.

« Vous pourriez dure que toute la pensée théologique, toutes nos investigations scientifiques ont toujours une dimension pastorale profonde. Que ce soient les disciplines dogmatiques, morales ou théologiques, elles ont toutes leur propre dimension pastorale ».

Rappelant que la foi chrétienne « n’est pas irrationnelle », il a ajouté que la théologie « examine, dans un discours rationnel sur la foi, l’harmonie et la cohérence des diverses vérités de la foi, qui trouvent leur source dans le seul fondement de la révélation du Dieu Un et Trine ». La théologie n’est pas « une pure spéculation ou théorie détachée de la vie des croyants ».

Hilary White de LifeSite rapporte ces propos publiés par L’Osservatore Romano en italien il y a quelques jours. Elle observe que le cardinal allemand Müller a été l’un des principaux opposants à son compatriote le cardinal Kasper et sa proposition de donner la communion aux divorcés « remariés » dans certaines circonstances. Elle commente :

« La pression pour faire adopter ces changements est venue depuis l’Allemagne, où des milliers de personnes en situation d’“union irrégulière” décident chaque année de quitter le système gouvernemental de taxation au profit de l’Eglise duquel l’Eglise catholique d’Allemagne tire la plus grande part de ses revenus. »

Les déclarations du cardinal Müller sont particulièrement importantes dans la mesure où les tenants d’un changement de la pratique de l’Eglise à l’égard de certains divorcés « remariés » font mine de réclamer un simple changement de la « discipline » au nom d’un souci « pastoral » qui ne saurait changer la « doctrine » de l’Eglise.
 
source
 
 
 
< Voir toutes les actualités

Archives