Accueil > Evénements > Actualité > Le temps est venu pour que vous disiez à vos professeurs et éducateurs :

Actualité

Imprimer la page

Le temps est venu pour que vous disiez à vos professeurs et éducateurs :

Publiée le 23-04-2014

Paroles du Cardinal Wyszynski prononça le 9 avril 1974 dans l’église de Sainte-Anne de Varsovie

     Etudiants et étudiantes, ne croyez pas que votre carte d’identité et votre grade académique déterminent qui vous êtes. Seul l’Esprit de Dieu, qui œuvre en vous, qui sensibilise votre conscience et enflamme votre coeur peut dire qui vous êtes et d’où vous venez. Le temps est  venu de parler sans crainte, car l’homme se dégrade et s’amoindrit quand il perd le respect de soi et quand il cesse de défendre sa dignité humaine et ses droits. Dans le chaos de la vie intellectuelle, morale, sociale et culturelle, le temps est venu pour vous d‘élever enfin la voix et de dire courageusement à vos condisciples : Respectez votre dignité, car vous êtes issus de la main du Père céleste. […]

     Le temps est venu pour que vous disiez à vos professeurs et éducateurs : Enseignez-nous la vérité et ne nous détruisez pas, ne nous arrachez pas la foi, ne démolissez pas notre style de vie chrétienne et morale par un laïcisme stupide dont personne ne saisit le sens et pour lequel on dépense tant d’argent ; ne nous ravissez pas la foi dans le Dieu vivant, car vous  faites de nous des esclaves d’idoles, comme jadis le vieil Israël… Le temps est venu pour que vous, les jeunes, vous ayez le courage d’exiger dans les universités et les homes d’étudiants : Respectez-nous, respectez-vous mutuellement, nous sommes des êtres humains. Ne nous arrachez pas la foi, car vous n’avez rien de plus précieux à nous offrir en échange. […] Le plus grand péché n’est pas l’absence de foi, qui peut être un malheur personnel, une déformation, ou même le fait de l’ignorance humaine ; le plus grand péché est la non-croyance organisée, l’établissement  de programmes athées, le soutien du système athée par des moyens administratifs et des deniers publics. Les  deniers publics ne sont pas confiés à l’Etat pour détruire la foi en Dieu, mais pour garantir l’ordre public, non pas pour démolir mais pour construire. Le temps est venu également pour que vous nous disiez courageusement, à nous prêtres et évêques : Votre complaisance à l’égard du relâchement des mœurs ne nous plaît pas. Nous n’admettons pas que le courage vous manque d’être exigeants vis-à-vis de nous. Si vous découvrez des fautes en nous, indiquez-les nous, car c’est cela votre mission, nous n’avons que faire de pasteurs qui n’osent pas faire appel à notre générosité.

 

 

< Voir toutes les actualités

Archives