Accueil > Evénements > Actualité > Recherche sur l'embryon :"le simulacre de démocratie"

Actualité

Imprimer la page

Recherche sur l'embryon :"le simulacre de démocratie"

Publiée le 12-07-2013

     C'est mardi 16 juillet, après les questions au gouvernement, que sera solennellement votée la recherche sur l'embryon à l'Assemblée nationale. Le débat aura duré une fin de soirée et une journée, dans un hémicycle qui s'est progressivement vidé pour ne compter plus que 10 députés les quatre dernières heures de débat. Pour la Fondation Jérôme Lejeune, il s'agit d'un véritable "simulacre de démocratie". 

     En effet, alors que la ministre de la Recherche, Geneviève Fioraso, s'était enfermée dans un mutisme depuis le début du débat, refusant de répondre aux questions des députés opposés à la recherche sur l'embryon, celle-ci a finalement demandé jeudi 11 juillet à 13h00 la réserve des votes. Manoeuvre rare qui consiste à "défendre point par point chaque amendement, à ceci prêt qu'aucun n'était plus soumis au vote" celui-ci étant reporté à mardi. Cela "a permis aux partisans du texte de tranquillement quitter l'hémicycle et de se soustraire au débat" dénonce la Fondation Lejeune. Mardi, les parlementaires seront contraints, selon la volonté du gouvernement à un "vote bloqué" qui consiste à ne voter que sur l'article unique, sans prendre en compte les 300 amendements déposés et défendus par l'opposition. Pour les opposants à la recherche sur l'embryon, le débat a été tronqué.

     Ce que dénonce aussi le mouvement Les Poissons Roses dans une tribune publiée sur Lavie.fr: "Que dire de cette absence de débat citoyen sur une loi qui relève clairement d'états généraux sur la bioéthique [...]. Nos concitoyens doivent être éclairés par des experts et des scientifiques", car la décision leur appartient. C'est également le message qu'ont souhaité faire passer les quatre associations(*) à l'origine de l'initiative citoyenne "un de nous" en interpellant ce jeudi les députés, par le biais d'une scénographie, pendant que la proposition de loi était examinée, aux abords de l'Assemblée nationale. Elles souhaitent dénoncer "la manière dont le destin des embryons humains congelés est soumis au vote de l'Assemblée nationale, en catimini et sans débat".

     Au cours de la séance, la ministre de la recherche a également refusé de répondre à plusieurs questions essentielles posées par l'opposition, souligne la Fondation Jérôme Lejeune dans un communiqué de presse, à savoir: "[pouvez-vous] affirmer que l'embryon humain n'est pas un être humain?", "[puisque vous vous indignez] des soupçons portés sur la proposition de loi, qui répondrait davantage aux attentes des industriels que des patients, pourquoi [refusez-vous] d'inscrire dans le texte que le recours aux embryons humains soit réservé aux équipes publiques de recherche, comme le proposent certains?", "quel budget précis la France alloue-t-elle et prévoit-elle d'allouer à la recherche sur les cellules iPS qui focalisent les crédits et les ressources humaines dans certains pays, au Japon en particulier?" ou encore "[pouvez-vous] garantir que la recherche sur l'embryon ne sera pas utilisée dans le but d'améliorer les techniques de PMA, et notamment la mise au point de l'utérus artificiel?"
Selon la ministre de la Recherche, avec le vote de ce texte, "la France sera enfin au niveau des pays avancés". En réponse à cet argument, la Fondation Jérôme Lejeune précise qu' "aucun des pays ayant autorisé la recherche sur l'embryon n'est en avance sur la France, qui dès lors ne peut pas être en retard". En effet depuis vingt ans, "les travaux sur l'embryon humain n'ont pas donné de résultats significatifs dans le domaine de la thérapie cellulaire ou médecine dite 'régénérative' " et le premier essai "initié en 2010, a déjà été arrêté".  Pour le mouvement Les Poissons Roses, "échanger ce qui nous fait essentiellement humain contre une certaine promesse de santé est un marché de dupe".

--------------------------------------------

(*) Alliance Vita, la Fondation Jérôme Lejeune, la Confédération Nationale des Associations Familiales catholiques et le Comité protestant évangélique pour la Dignité Humaine.

AFP 11/07/2013 - Libertepolitique.com 10/07/2013 - Zenit 11/07/2013 - Genethique - Lavie.fr 10/07/2013 - huffingtonpost.fr 11/07/2013 - Le quotidiendumedecin.fr 12/07/2013

 

 

< Voir toutes les actualités

Archives