Accueil > Evénements > Actualité > Le Sénat polonais et Saint Maximilien-Marie Kolbe

Actualité

Imprimer la page

Le Sénat polonais et Saint Maximilien-Marie Kolbe

Publiée le 05-07-2011

         Dans la nuit de l'Assomption 1941, Saint Maximilien-Marie Kolbe, prêtre catholique offre sa vie pour sauver une famille. Récit :

     À la fin de juillet 1941, un prisonnier du bloc 14, celui du Père Maximilien-Marie Kolbe, s'est évadé. Le chef de camp avait prévenu que, pour chaque évadé, dix hommes seraient condamnés à mourir de faim et de soif. Un des malheureux désignés pour la mort s'écrie: «Oh! ma pauvre femme et mes enfants que je ne reverrai plus!» Alors, au milieu de ses camarades interdits, le Père Maximilien se fraie un chemin et sort des rangs. «Je voudrais mourir à la place d'un de ces condamnés», et il désigne celui qui vient de se lamenter. «Qui es-tu?» demande le chef. «Prêtre catholique», répond le Père. Car c'est comme prêtre catholique qu'il veut donner sa vie. L'officier, stupéfait, garde un moment le silence puis accepte l'héroïque proposition.

     Dans le bloc de la mort, les geôliers se rendent compte qu'il se passe quelque chose de nouveau. Au lieu des cris de détresse habituels, ce sont des chants qu'ils entendent. La présence du Père Maximilien a changé l'atmosphère de l'affreuse cellule. Le désespoir a fait place à une aspiration pleine d'espérance, d'acceptation et d'amour, vers le ciel, vers la Mère de Miséricorde. À la veille de l'Assomption, seul le Père Maximilien est pleinement conscient. Au moment où les gardes entrent pour l'achever, il est en prière. Voyant la seringue, il tend lui-même son bras décharné à la piqûre mortelle.

    Juste avant de quitter ses Frères, le Père Kolbe, les regardant un à un, leur laissait son testament spirituel en cette phrase : "N'oubliez pas l'Amour".

 

 

    2011 : à 70 ans du sacrifice du Père Kolbe dans le camp d'Auschwitz, le Sénat Polonais a voulu dédier toute l'année 2011 à la personne de ce prêtre canonicé par Jean Paul II en 1982.

     14-15 août 1991 : c'était il y a 20 ans cette année : plus d'un million et demi de jeunes du monde entier se retrouvaient au sanctuaire de Czestochowa, pour les Journées Mondiales de la Jeunesse. Inoubliables heures au sanctuaire marial où l'homélie du Bienheureux Jean Paul II en cette solennité de l'Assomption 1991, avait été applaudie à tout rompre, pendant 18 minutes !

< Voir toutes les actualités

Archives