Vie spirituelle

Vendredi Saint 2006, chemin de Croix au Colisée, Mgr Comastri

- 14 avril 2006 Méditations de son Excellence Mgr ANGELO COMASTRI, vicaire général de Sa Sainteté pour la cité du Vatican, président de la fabrique de Saint Pierre.
Deux paroles pour t'accompagner sur le chemin En faisant le "Chemin de Croix", nous sommes illuminés par deux certitudes : la certitude du pouvoir de destruction du péché et la certitude du pouvoir de guérison de l'Amour de Dieu. Le pouvoir de destruction du péché: la Bible ne cesse pas de répéter que le mal est mal parce qu'il fait mal; le péché, en effet, est une autopunition, parce qu'il contient en lui-même sa sanction. Voici quelques textes tout à fait clairs de Jérémie : "Ils ont suivi des dieux de néant pour devenir eux-mêmes néant" (2, 5); "Que ta méchanceté te châtie et que tes infidélités te punissent! Comprends et vois comme il est mauvais et amer d'abandonner le Seigneur ton Dieu et de ne plus trembler devant moi" (2, 19); Vos fautes ont dérangé cet ordre, vos péchés ont écarté de vous ces biens" (5, 25). De même, Isaïe affirme: "Mais voici ce qu'il dit, le Dieu Saint d'Israël: Vous avez rejeté la Parole, vous avez mis votre confiance dans la violence et la ruse et vous en avez fait votre appui. Ce péché-là sera pour vous comme un écroulement inattendu: un renflement apparaît sur une haute muraille, et elle s'effondre brusquement, d'un seul coup. Elle s'effondre comme une poterie que l'on brise sans ménagement: impossible de trouver dans ses débris un tesson pour prendre du feu dans le foyer ou puiser de l'eau dans la citerne" (30, 12-14). Et, exprimant les sentiments les plus authentiques du peuple de Dieu, le prophète s'écrie: "Nous étions tous semblables à des hommes souillés, et toutes nos belles actions étaient comme des vêtements salis. Nous étions tous desséchés comme des feuilles, et nos crimes, comme le vent, nous emportaient" (64, 5). Mais, dans le même temps, les prophètes dénoncent l'endurcissement du cœur qui produit un terrible aveuglement et ne fait plus percevoir la gravité du péché. Écoutons Jérémie: "Car du plus petit au plus grand, tous sont avides de rapine; prophète comme prêtre, tous ils pratiquent le mensonge. Ils pansent à la légère la blessure de mon peuple en disant: "Paix! Paix!" Alors qu'il n'y a point de paix. Les voilà dans la honte pour leurs actes abominables, mais déjà ils ne sentent plus la honte, ils ne savent même plus rougir" (6, 13-15). En entrant dans cette histoire dévastée par le péché, Jésus s'est laissé charger du poids et de la violence de nos fautes: pour cette raison, en regardant Jésus, on perçoit clairement à quel point le péché est destructeur et combien la famille humaine est malade: c'est-à-dire, nous! Toi et moi! Pourtant – voilà la seconde certitude! – Jésus s'est opposé à notre orgueil par l'humilité; il s'est opposé à notre violence par la douceur ; il s'est opposé à notre haine par l'Amour qui pardonne: la Croix est l'événement par lequel l'Amour de Dieu entre dans notre histoire, se fait proche de chacun de nous et devient expérience qui guérit et qui sauve. Le fait suivant ne peut nous échapper: depuis le début de son ministère,  Jésus parle de "son heure" (Jn 2, 4), de l'heure "pour laquelle il est venu" (Jn 12, 27), d'une heure qu'il salue avec joie, en proclamant au début de sa Passion: "L'heure est venue" (Jn 17, 1). L'Église garde jalousement le souvenir de cet événement et, dans le Credo, après avoir affirmé que le Fils de Dieu "a pris chair de la Vierge Marie et s'est fait homme", elle s'exclame aussitôt: "Crucifié pour nous sous Ponce-Pilate, il souffrit sa passion et fut mis au tombeau". Crucifié pour nous! En mourant, Jésus s'est plongé dans l'expérience dramatique de la mort comme si elle résultait de nos péchés, mais, en mourant, Jésus a rempli d'Amour le fait de mourir, et il l'a donc rempli de la présence de Dieu: par la mort du Christ, la mort est donc vaincue, parce que le Christ a rempli la mort de la force exactement contraire au péché qui l'avait engendrée: Jésus l'a remplie d'Amour! Par la foi et le Baptême nous sommes mis en contact avec la mort du Christ, c'est-à-dire avec le mystère de l'Amour par lequel Jésus l'a vécue et vaincue ... et ainsi commence le voyage de notre retour à Dieu, retour qui trouvera son accomplissement au moment de notre mort, vécue dans le Christ et avec le Christ: c'est-à-dire dans l'Amour! En faisant le Chemin de Croix, laisse Marie te prendre par la main: demande-lui une miette de son humilité et de sa docilité, afin que l'Amour du Christ Crucifié entre en toi et qu'il reconstruise ton cœur à la mesure du Cœur de Dieu. Bonne route! + ANGELO COMASTRI   Prière initiale  Le Saint-Père: Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit.
R. Amen. Seigneur Jésus,
ta passion
est l'histoire de toute l'humanité:
cette histoire où les bons sont humiliés,
les doux ... agressés,
les justes ... piétinés
et les cœurs purs raillés avec dérision. Qui sera le vainqueur?
Qui dira l'ultime parole? Seigneur Jésus,
nous croyons que Tu es l'ultime parole:
en Toi les bons ont déjà vaincu,
en Toi les doux ont déjà triomphé,
en Toi les justes sont couronnés
et les cœurs purs brillent comme des étoiles dans la nuit. Seigneur Jésus,
ce soir nous refaisons le chemin de ta croix,
sachant que c'est aussi notre chemin.
Pourtant une certitude nous illumine:
le chemin ne se termine pas à la croix
mais il va au-delà,
il va au Royaume de la Vie
et à l'explosion de la Joie
que personne ne pourra jamais nous ravir! Le lecteur: O Jésus, je m'arrête songeur
au pied de ta croix:
moi aussi je l'ai élevée avec mes péchés!
Ta bonté qui ne se défend pas
et qui se laisse crucifier
est un mystère qui me dépasse
et qui me bouleverse profondément. Seigneur, tu es venu dans le monde pour moi,
pour me chercher, pour m'apporter
la tendresse du Père:
la tendresse qui me manque! Tu es le Visage de la bonté
et de la miséricorde:
c'est pourquoi tu veux me sauver! Il y a tant d'égoïsme en moi:
viens avec ta charité sans limite!
Il y a de l'orgueil et de la méchanceté en moi:
viens avec ta douceur et ton humilité! Seigneur, le pécheur à sauver, c'est moi:
le fils prodigue qui doit revenir, c'est moi!
Seigneur, accorde-moi le don des larmes
pour que je retrouve la liberté et la vie,
la paix avec Toi et la joie en Toi. Première station : Jésus est condamné à mort V/. Adoramus te, Christe, et benedicimus tibi.
R/. Quia per sanctam crucem tuam redemisti mundum.

De l'Évangile selon saint Matthieu. 27, 22-23.26 Lecteur: Pilate leur dit:
A. Que ferai-je donc de Jésus, celui qu'on appelle le Messie?
L. Ils répondirent tous:
A. Qu'on le crucifie!
L. Il poursuivit:
A.Quel mal a-t-il donc fait?
L. Ils criaient encore plus fort:
A. Qu'on le crucifie!
L. Il leur relâcha donc Barabbas; quant à Jésus, il le fit flageller et le leur livra pour qu'il soit crucifié.   MÉDITATION Nous connaissons bien cette scène de condamnation: ce sont les nouvelles de chaque jour!
Pourtant une question nous brûle le cœur: pourquoi est-il possible de condamner Dieu?
Parce que Dieu, qui est Tout-puissant, se présente sous les habits de la faiblesse?
Parce que Dieu se laisse agresser par l'orgueil et par l'insolence et par l'arrogance humaine?
Parce que Dieu se tait? Le silence de Dieu est notre tourment, il est notre épreuve!
Mais il est aussi la purification de notre précipitation, il est la guérison de notre désir de vengeance. Le silence de Dieu est la terre où meurt notre orgueil et où s'épanouit la vraie foi, la foi humble, la foi qui ne pose pas de questions à Dieu, mais qui s'en remet à lui avec la confiance d'un enfant.   PRIÈRE Seigneur,
comme il est facile de condamner!
Comme il est facile de jeter des pierres:
les pierres du jugement et de la calomnie,
les pierres de l'indifférence et de l'abandon! Seigneur, Tu as choisi de te tenir
du côté des vaincus,
du côté des humiliés et des condamnés Aide-nous à ne jamais devenir les bourreaux
de nos frères sans défense;
aide-nous à prendre courageusement position
pour défendre les faibles,
aide-nous à refuser l'eau de Pilate
parce qu'elle ne lave pas les mains
mais parce qu'elle les souille de sang innocent. Mt 25, 31-46   Tous: Pater noster, qui es in cælis:
sanctificetur nomen tuum;
adveniat regnum tuum;
fiat voluntas tua, sicut in cælo, et in terra.
Panem nostrum cotidianum da nobis hodie;
et dimitte nobis debita nostra,
sicut et nos dimittimus debitoribus nostris;
et ne nos inducas in tentationem;
sed libera nos a malo.   Stabat mater dolorosa, iuxta crucem lacrimosa, dum pendebat Filius.
Debout, la Mère douloureuse, près de la Croix était en larmes, devant son Fils suspendu. Deuxième station : Jésus est chargé de la Croix  /V. Adoramus te, Christe, et benedicimus tibi.
/R. Quia per sanctam crucem tuam redemisti mundum.
De l'Évangile selon saint Matthieu 27, 27-31 L. Alors les soldats du gouverneur emmenèrent Jésus dans le prétoire et  rassemblèrent autour de lui toute la garde. Ils lui enlevèrent ses vêtements et le couvrirent d'un manteau rouge. Puis, avec des épines, ils tressèrent une couronne, et la posèrent sur sa tête; ils lui mirent un roseau dans la main droite et, pour se moquer de lui, ils s'agenouillaient en lui disant: A. Salut, roi des Juifs! L. Et, crachant sur lui, ils prirent le roseau et ils le frappaient à la tête. Quand ils se furent bien moqués de lui, ils lui enlevèrent le manteau, lui remirent ses vêtements, et l'emmenèrent pour le crucifier. MÉDITATION Dans la passion du Christ, la haine s'est déchaînée, notre haine, la haine de l'humanité tout entière.
Dans la passion du Christ, notre méchanceté s'est élevée contre la bonté, notre orgueil s'est rageusement enflammé contre l'humilité, notre corruption s'est insurgée contre la resplendissante transparence de Dieu! Et ainsi ... nous sommes devenus la croix de Dieu! Nous, stupidement rebelles, nous, par nos absurdes péchés, nous avons élevé la croix de notre inquiétude
et de notre malheur: nous avons érigé notre punition. Mais Dieu prend la croix sur ses épaules, notre croix, et il nous défie par la puissance de son amour. Dieu prend la croix! Mystère insondable de bonté! Mystère d'humilité qui nous fait avoir honte d'être encore orgueilleux !   PRIÈRE Seigneur Jésus, Tu es entré dans l'histoire humaine
et tu l'as trouvée hostile à Toi, rebelle à Dieu,
folle de cet orgueil
qui fait croire à l'homme
qu'il est de grande stature ... comme son ombre! Seigneur Jésus, Tu ne nous as pas agressés
mais tu t'es laissé agresser par nous,
par moi, par chacun! Soigne-moi, Jésus, par ta patience,
guéris-moi par ton humilité,
redonne-moi ma véritable stature de créature:
ma stature de petit .... infiniment aimé par Toi! Tous: Pater noster, qui es in cælis:
sanctificetur nomen tuum;
adveniat regnum tuum;
fiat voluntas tua, sicut in cælo, et in terra.
Panem nostrum cotidianum da nobis hodie;
et dimitte nobis debita nostra, sicut et nos dimittimus debitoribus nostris;
et ne nos inducas in tentationem;
sed libera nos a malo. Cuius animam gementem, contristatam et dolentem pertransivit gladius.
Dans son âme qui gémissait, toute brisée, endolorie, le glaive était enfoncé. Troisième station : Jésus tombe pour la première fois /V. Adoramus te, Christe, et benedicimus tibi.
/R. Quia per sanctam crucem tuam redemisti mundum.
Du livre du prophète Isaïe 53, 4-6 L. Pourtant, c'étaient nos souffrances qu'il portait,
 nos douleurs dont il était chargé.
Et nous, nous pensions qu'il était châtié,
frappé par Dieu, humilié.
Or, c'est à cause de nos fautes qu'il a été transpercé,
c'est par nos péchés qu'il a été broyé.
Le châtiment qui nous obtient la paix est tombé sur lui,
et c'est par ses blessures que nous sommes guéris. A. Nous étions tous errants comme des brebis
chacun suivait son propre chemin.
Mais le Seigneur a fait retomber sur lui
nos fautes à nous tous. MÉDITATION Dans l'idée des hommes, Dieu ne peut pas tomber et pourtant il tombe. Pourquoi?
Cela ne peut pas être un signe de faiblesse, mais seulement un signe d'amour: un message d'amour pour nous. En tombant sous le poids de la croix, Jésus nous rappelle que le péché est lourd, que le péché abaisse et détruit, que le péché punit et fait mal: c'est pourquoi le péché est mal! Mais Dieu nous aime et il veut notre bien; et l'amour le pousse à crier à ceux qui sont sourds, à nous qui ne voulons pas entendre:
Fuyez le péché, parce qu'il vous fait mal.
Il vous enlève la paix et la joie;
il vous éloigne de la vie et il assèche en vous
la source de la liberté et de la dignité. Fuyez! Fuyez! PRIÈRE Seigneur,
nous avons perdu le sens du péché!
Aujourd'hui est en train de se répandre, par une propagande sournoise,
une folle apologie du mal,
un absurde culte de Satan, une folle volonté de transgression,
une fausse et inconsistante liberté
qui exaltent le caprice, le vice et l'égoïsme,
les présentant comme des conquêtes de la civilisation. Seigneur Jésus,
ouvre nos yeux:
fais que nous voyions la boue
et que nous la reconnaissions pour ce qu'elle est,
afin qu'une larme de repentir
restaure en nous la pureté
et l'espace d'une vraie liberté.
Ouvre nos yeux,
Seigneur Jésus! Jr 2, 5.19; 5, 25.   Tous: Pater noster, qui es in cælis:
sanctificetur nomen tuum;
adveniat regnum tuum;
fiat voluntas tua, sicut in cælo, et in terra.
Panem nostrum cotidianum da nobis hodie;
et dimitte nobis debita nostra, sicut et nos dimittimus debitoribus nostris;
et ne nos inducas in tentationem;
sed libera nos a malo. O quam tristis et afflicta  fuit illa benedicta  mater Unigeniti !
Qu'elle était triste et affligée, la Mère entre toutes bénie, la Mère du Fils unique ! Quatrième station : Jésus rencontre sa Mère     /V. Adoramus te, Christe, et benedicimus tibi.
R/. Quia per sanctam crucem tuam redemisti mundum.
De l'Évangile selon saint Luc. 2, 34-35.51 L. Syméon les bénit, puis il dit à Marie sa mère: A. "Vois, ton fils qui est là provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de division. Et toi-même, ton cœur sera transpercé par une épée". L. Il descendit avec eux pour rentrer à Nazareth et il leur était soumis. Sa mère gardait dans son cœur tous ces événements. MÉDITATION Toute mère est visage de l'amour, refuge de tendresse, fidélité qui n'abandonne pas, parce qu'une vraie mère aime même quand elle n'est pas aimée. Marie est Mère!
En elle, la féminité ne connaît pas d'ombre, en elle, l'amour n'est pas corrompu par des relents d'égoïsme qui emprisonnent le cœur et qui le paralysent. Marie est Mère!
Son cœur est fidèlement attaché au cœur de son Fils, et il souffre et porte la croix et il éprouve dans sa propre chair toutes les blessures de la chair de son Fils. Marie est Mère!
Et elle continue d'être Mère: pour nous, pour toujours!   PRIÈRE Seigneur Jésus,
nous avons tous besoin de cette Mère!
Nous avons besoin d'un amour
qui soit vrai et fidèle.
Nous avons besoin d'un amour
qui ne vacille jamais,
un amour qui soit un refuge assuré
pour le temps de la peur,
de la souffrance et de l'épreuve. Seigneur Jésus,
nous avons besoin de femmes,
d'épouses, de mères,
qui redonnent aux hommes
le beau visage de l'humanité. Seigneur Jésus,
nous avons besoin de Marie:
la femme, l'épouse, la mère,
qui jamais ne déforme ni ne renie l'amour! Seigneur Jésus,
nous te prions pour toutes les femmes du monde!   Tous: Pater noster, qui es in cælis:
sanctificetur nomen tuum;
adveniat regnum tuum;
fiat voluntas tua, sicut in cælo, et in terra.
Panem nostrum cotidianum da nobis hodie;
et dimitte nobis debita nostra,
sicut et nos dimittimus debitoribus nostris;
et ne nos inducas in tentationem;
sed libera nos a malo.   Quæ mærebat et dolebat,     
pia mater, cum videbat 
Nati pœnas incliti. 

Sommaire documents