Accueil > Documents > Livre

Les Livres

A la une

Témoignages

J'ai rencontré Satan

J'ai rencontré Satan

« Quand l’homme ne croit pas à l’existence du diable, il ne se munit pas des armes nécessaires à sa défense. »

Peu de temps avant sa mort, à l'âge de 90 ans et après plusieurs dizaines de milliers d’exorcismes pratiqués, l’exorciste le plus célèbre de l'Église catholique livre son testament spirituel. Au cours d’entretiens avec le prêtre et journaliste Sławomir Sznurkowski, le père Gabriele Amorth répond aux questions essentielles touchant la lutte contre le Mal.
Rappelant la place de l’homme dans le plan de Dieu, il souligne les dangers spirituels qui menacent l’Église et le monde d’aujourd’hui. Il les décrit avec précision, tout en proposant un regard juste et équilibré sur les réalités auxquelles sont confrontés les hommes (superstition, maléfices, dépression, suicide, etc.).
S’appuyant sur de nombreux témoignages tirés de son expérience, l’auteur suggère des éléments concrets pour distinguer entre une influence réelle du malin et ce qui relève de la maladie ou de nos propres peurs. Il donne des conseils pratiques et indique quelques prières de libération.

19.00 € Gabriele Amorth Ed des Béatitudes 2016

Formation sur la vie, la famille, l'éducation

Droit et prévention de l'avortement en Europe

Droit et prévention de l'avortement en Europe

    Cet ouvrage étudie l’avortement sous divers aspects, parfois inédits, et vise à fournir les bases conceptuelles et juridiques à une politique de prévention de l’avortement. Il ne s’agit pas d’un plaidoyer opposant un « droit à l’avortement » de la mère au « droit à la vie » de l’enfant : cette dramatique dialectique entre liberté individuelle et dignité humaine est une impasse. La liberté et la dignité ne sont que trop souvent des mots, voire de simples slogans, qui recouvrent et dissimulent des réalités humaines sans les saisir pleinement.
    Ce livre se veut réaliste et se fonde sur une étude factuelle approfondie des causes et des conséquences de l’avortement. Celles-ci incitent à considérer l’avortement non pas comme une liberté abstraite, mais bien plus comme un problème social et de santé publique, exigeant une politique de prévention. Une telle politique était d’ailleurs voulue par Simone Veil qui refusait tout droit à l’avortement et n’entendait en tolérer la pratique que comme un moindre mal. C’est aussi et encore l’approche du droit international et du droit européen, l’un et l’autre offrant un support juridique solide à une politique de prévention, et même à un « droit de ne pas avorter ».
     Contre l’intention déclarée de Simone Veil, l’avortement est progressivement devenu non plus seulement une tolérance, mais une liberté. Ce changement de perspective a eu des implications profondes pour toute la société et a bouleversé l’ordre juridique au-delà de la question du contrôle des naissances : il affecte d’autres droits et principes, tels que l’interdiction des discriminations sexuelles et génétiques, les droits à la vie, à la liberté de conscience, ou encore à la liberté d’expression et de mani­festation. Chacun de ces aspects est étudié dans le présent ouvrage, avec une atten­tion particulière pour la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme.
     La situation des femmes ne peut être réellement améliorée, et le droit retrouver sa cohérence, qu’en réintroduisant la question de l’avortement dans la perspective de la prévention concrète, par opposition à la liberté abstraite. C’est ainsi que plusieurs pays européens sont parvenus à réduire très sensiblement le recours à l’avortement.

 

20.00 € Grégor Puppinck LEH EDITIONS - 2006

Sommaire documents