Divers

Imprimer la page

Homélie du Cardinal Barbarin, aux Funérailles du Père Marie-Dominique Philippe - 2 septembre 2006


« Oui, je viens sans tarder, je viens bientôt ».
Cette parole du Seigneur, nous l'avons entendue deux fois, dans le passage du livre de l'Apocalypse, qui était notre première lecture. Elle résonne de manière étrange en nous, en ce jour où nous confions à Dieu la vie d'un homme que le Seigneur vient d'appeler à Lui, à la veille de ses 94 ans. Depuis la mi-juillet, ce frère prêcheur qui avait tant parlé et enseigné, s'était tu, il était entré dans le silence !

« Oui, je viens sans tarder ». Cette phrase, je la reçois plutôt comme la réponse du Seigneur aux questions que le P. Marie-Dominique Philippe a dû lui poser tout au long de sa vie d'enfant, de religieux, de professeur ou de fondateur. Disciple au coeur ardent et à l'intelligence intrépide, il interrogeait son Maître sur tout, le monde, les hommes, la mission ... C'était un chercheur, qui voulait comprendre, recevoir l'intelligence des choses et des personnes. Or la réponse de Jésus n'est jamais une réflexion ni une analyse, c'est sa propre personne qui s'avance et qui se donne : « Oui, je viens sans tarder ! »

Dès son plus jeune âge, le P. Marie-Dominique a appris de son oncle dominicain, le P. Dehau, à considérer le livre de l'Apocalypse comme une fontaine d'espérance, un réconfort, un soutien dans les heures d'épreuve. Celui qui « reviendra pour juger les vivants et les morts » s'approche de nous chaque jour. Par la Parole de Vie et par les sacrements que le Seigneur nous a laissés, l'éternité vient « frôler » chacune de nos journées.


*


Le P. Marie-Dominique Philippe était l'homme de la source.
Contemplant Jésus sur la croix, il voyait en cet amour qui est allé jusqu'au bout, jusqu'à l'extrême, le sommet de toute sagesse. Il voulait sans cesse remonter vers cette source, et il nous invitait, nous ses étudiants et vous ses frères et soeurs, à ne pas « descendre le fleuve », à ne jamais quitter le chemin exigeant et réjouissant de celui qui monte. Les hommes, dans la beauté de leur existence créée à l'image de Dieu, dans la noblesse de leur intelligence, les disciples du Seigneur ne seront vraiment désaltérés qu'avec une eau vive et vivifiante.

Pour lui, l'eau de la source avait un nom : la vérité.
Veritas, un mot que Jésus choisit pour se définir lui-même : « Je suis la vérité. » (Jean 14, 6)
Veritas, qui est la devise de la famille dominicaine.
Veritas, un bien suprême, qui tient une place essentielle dans la prière de Jésus, comme nous venons de l'entendre : « Consacre-les dans la vérité. Ta parole est vérité. » (Jean 17, 17)
Entre l'homme qui cherche avec peine et Dieu qui se donne généreusement, le lieu de la rencontre est le sanctuaire où nous entrons pour nous prosterner et entrer en adoration. C'est l'attitude intérieure à laquelle nous invite le premier commandement, « Parole de vie » : « Tu adoreras... ». Là, nous est communiquée toute la charité de Dieu.

L'adoration et la charité. Pour le P. Philippe, ce sont sans doute deux des mots les plus précieux de la vie spirituelle. La charité est comme un fleuve de bonté qui vient de Dieu et descend sur les hommes. Cette vision fait tressaillir Jésus de joie, sous l'action de l'Esprit Saint (Luc 10, 21). Elle est à vivre au présent, pour rester disponible de façon concrète, dans la relation avec les proches. Elle commence par la magnifique expérience de l'amitié, sujet si cher au coeur du P. Philippe. L'amitié, pour lui, était « la perle du coeur humain ». Dieu sait s'il a été lui-même admirable et fidèle dans ses amitiés, même dans les circonstances difficiles.

La vie ne l'a pas épargné, et il a connu la souffrance. Avec une humanité très fine, une sensibilité vive, il a su vivre ces moments qui, le plus souvent, nous désarçonnent complètement. Avec courage, avec noblesse d'âme, il repartait, malgré les épreuves, à la recherche d'une vérité que l'on ne découvre que par la charité. Il regardait le monde, il écoutait les hommes, il aimait tous ceux qu'il croisait, avec une affection particulière pour les jeunes ! Il disait même qu'il avait l'impression de les comprendre mieux à 90 ans qu'à 50. La jeunesse, « j'aperçois en elle, disait-il, un grand désir de lumière et de vérité, comme une nouvelle ferveur ». Les jeunes étaient pour lui source de joie intérieure.


*


Le P. Philippe était vraiment habité par l'espérance dans sa recherche de la vérité. Il était convaincu qu'on peut toujours aller plus profond, jusqu'à l'origine de la question philosophique. La philosophie, pour lui, commence par l'observation du monde qui provoque l'étonnement et conduit à l'émerveillement. Comme l'enfant, le philosophe pose ses questions et ne doit jamais craindre d'aller à l'essentiel.
On peut dire que sa philosophie est ambitieuse. Il n'entend pas s'arrêter au commentaire des textes, à l'analyse ou à la description des situations. Ardemment, il cherche le vrai. La métaphysique n'est pour lui ni un luxe, ni une science supérieure. Et il est heureux de voir qu' « une pauvre paysanne » comme il dit, Marthe Robin, l'encourage à poursuivre ce travail difficile, plutôt que d'aller prêcher des retraites dans les monastères. L'Eglise en a besoin. Avec une grande énergie intérieure, - c'est le thumos de la vérité -, il poursuit sa recherche et interroge encore et toujours.

Pour lui, la philosophie est une via inventionis, un chemin de découverte. On part, on cherche, on hésite, puis on perçoit l'ordre des choses, on établit des relations, et c'est merveille de partager avec les autres ce que l'on a découvert. Telle est la joie de celui qui enseigne la philosophie. Tout cela, bien sûr n'a rien de fermé, ne s'arrête ni à un cercle d'amis, ni à une école. Le P. Philippe surprenait par la diversité de ses contacts ; il entretenait des relations fécondes avec des intellectuels de diverses disciplines et des philosophes fort différents de lui. Il parlait souvent de ses rencontres avec les artistes, pour lesquels il avait une réelle admiration, et peut-être un brin d'envie.

Comme elle est belle l'intelligence ouverte à la variété des cultures, dilatée par l'observation du monde et l'amour large de tous ceux qu'il nous est donné de côtoyer ! Elle est prête à accueillir la Révélation, avec une réelle ampleur. En théologie, saint Thomas a très vite été donné comme maître au P. Philippe, par le P. Dehau et par l'ordre dominicain. Le travail théologique est un chemin rationnel où toute la vie spirituelle est engagée. C'est une aventure mystérieuse, car la Révélation est un amour qui se donne et nous entraîne dans son élan. En lisant ce que le P. Philippe écrit des « trois sagesses », j'ai souvent pensé que les deux dernières, la théologie et la mystique, sont tellement liées qu'elles se confondent. Pour lui, sûrement, comme pour les grands chantres « exercés dans la musique divine » qui nous ont transmis le message chrétien depuis l'Antiquité, « la théologie s'écrit à genoux ». C'est l'apôtre Jean que la tradition a appelé « o theologos », le théologien. Et, de fait, quand le P. Philippe donnait des conférences ou des cours, son auditoire percevait une grâce qui l'invitait à entrer dans la prière.


*


Les textes que nous avons entendus dans la liturgie de la Parole sont tous johanniques, évidemment. Saint Jean qu'il aime et que saint Thomas lui apprend à aimer davantage. Saint Jean qu'il donne comme modèle pour sa proximité avec le Seigneur. Saint Jean qui peut tellement, selon lui, éclairer le présent et l'avenir de l'Eglise. « Dans le renouveau de l'Eglise, disait-il, il est nécessaire qu'il y ait cette perspicacité de l'intelligence, cette pureté du coeur et cette jeunesse qui, selon st Thomas d'Aquin, caractérisent la sainteté de saint Jean ». Mais si je m'arrêtais là, j'aurais l'impression de n'avoir encore rien dit...

Car le P. Marie-Dominique Philippe était d'abord un prêtre. Son ministère et toute sa vie le situent à côté de la Croix de Jésus. Il suffisait de le voir célébrer la Messe pour comprendre que l'Eucharistie n'était pas pour lui un traité de théologie, mais d'abord une aventure mystique qui conduit à la source du salut. Entièrement donné à sa mission, il était toujours accueillant à ceux qui s'adressaient à lui, patient à les écouter. Dans son attention à leur égard transparaissait sa proximité avec le mystère de la Croix et son intimité avec Marie. Il voulait les accueillir dans l'amour de communion qui unissait Marie et Jean, image de l'Eglise naissante, au Golgotha. Sa compassion était pour lui source d'une immense espérance, parfois excessive. Il était convaincu que, quelle que soit sa misère, un homme est attendu par la miséricorde de Dieu. De toute blessure, il pourra être guéri, se relever, renaître. Parfois ce coeur de père a fait confiance, trop confiance, à des êtres encore fragiles qu'il aurait fallu accompagner de près et peut-être éprouver, des frères qu'il aurait fallu écouter davantage, pour un discernement plus juste. S'il cherchait pour tous des chemins de guérison, c'était surtout dans le dessein d'être auprès de chacun le témoin de l'amour du Père.

Ce mystère de la compassion trouve pour lui un modèle exceptionnel dans la présence et le silence de Marie au pied de la Croix. C'est le moment où Jésus confie sa Mère à l'attention du disciple bien-aimé : « Femme, voici ton fils...Voilà ta mère » (Jean 19, 26-27). Plusieurs parmi vous auraient aimé, m'a-t-on dit, que soit lu ce passage de saint Jean, tant il est fondateur pour votre communauté et dans toute la vie de l'Eglise. Finalement, vous avez choisi de méditer la prière sacerdotale, long et précieux message du Seigneur, à la veille de sa Passion. Cette prière nous aide à comprendre le fond du mystère de la compassion. Quand on entend les mots par lesquels Jésus évoque son union au Père : « Qu'ils soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi » (17, 21), on comprend ce que peut être l'unité qu'il nous est proposé de vivre avec le prochain, dans nos communautés, dans l'Eglise ou en famille. La source se trouve dans la communion trinitaire, et le premier modèle nous en est offert par Marie, la Toute Sainte, et Jean, le disciple bien aimé, au pied de la Croix.

Dans l'histoire de l'Eglise, le P. Marie-Dominique aimait justement ceux en qui il reconnaissait ce mystère de compassion. Vous connaissez leurs noms : saint Dominique qui s'écriait souvent : « Ma miséricorde, que vont devenir les pécheurs ? », sainte Catherine de Sienne, Jean de la Croix, « mes vieux amis », comme il les appelait. De sainte Thérèse et sa « petite voie », il disait : « Elle touche à ce qu'il y a de plus profond ». Puis, il faut citer Marthe Robin, qui vivait la Passion du Seigneur chaque semaine et qui a tant compté pour lui, sainte Faustine, et Mère Térésa toute habitée par le cri de Jésus sur la croix : « J'ai soif ! ». Mais toujours, et d'abord, saint Jean et la très sainte Vierge Marie.

L'un d'entre vous m'a dit : « Jamais je n'ai entendu quelqu'un parler de Marie comme le P. Marie-Dominique Philippe. » Pour lui, en compagnie de cette Mère, on grandit dans la vie spirituelle, c'est-à-dire que l'on redevient petit, jusqu'à n'être qu'un tout petit, comme le Fils Bien-aimé blotti dans le sein de sa Mère, « le fruit de ses entrailles ». Marie nous invite aussi à reprendre le chemin de la source, la source d'un amour que Jésus seul a connu et que, par l'Incarnation, il est venu nous révéler : « Dieu, personne ne l'a jamais vu ; le Fils unique qui est dans le sein du Père, c'est lui qui a conduit à le connaître » (Jean 1, 18). Pour lui, il était plus important de former l'esprit et le coeur de ses étudiants à ce mystère de la compassion que de leur écrire des livres. Il aimait surtout leur communiquer la soif de recevoir directement les dons de Dieu.

Je voudrais me tourner tout spécialement vers vous, les soeurs et les frères de la « famille saint Jean ». Le 8 avril 2001, quelques évêques étaient réunis à l'évêché d'Autun pour dire au P. Philippe la reconnaissance de l'Eglise de France, et pour l'écouter méditer lui-même sur le charisme de ses fondations. Il était venu avec quelques frères, choisis parmi ses proches collaborateurs. Il nous exprima son profond attachement au successeur de Pierre et nous parla des échanges qu'il avait eus avec le Saint Père. Un jour, il nous a dit avoir reçu de lui un message clair : « Dites à vos frères que le vrai fondateur de la Congrégation saint Jean, c'est saint Dominique ».
Sa bulle de canonisation, nous expliqua-t-il, présente saint Dominique non pas comme un moine ou un apôtre, mais comme un vir evangelicus. En cela, il suit le Christ. Il ne s'agit pas de savoir s'il est contemplatif ou actif, puisque le Christ était les deux à la fois : un être tourné vers le Père et entièrement donné à ses frères. « Vir evangelicus, voilà pour nous, dans la Congrégation saint Jean, l'expression essentielle. » Cela donne une lumière supplémentaire au regard de Marthe Robin sur le P. Philippe : « C'est un homme qui vit profondément l'Evangile. » Et, pour que le mot vir n'induise aucune ségrégation ( !), il ajoutait : « Une petite contemplative qui se donne totalement à Dieu ... en mettant toute sa confiance et son espérance en Marie, y a-t-il quelque chose de plus beau ? »

Le P. Philippe vous laisse donc la figure de saint Jean comme un trésor. On peut dire qu'il remonte de saint Dominique à saint Jean pour toucher le Seigneur de plus près. Il désire le renouveau de votre vie théologale
par la perspicacité de l'intelligence, pour servir la foi,
par la pureté du coeur, pour servir la charité
et avec l'élan de la jeunesse, pour servir l'espérance.



*


Je voudrais terminer par quelques mots de saint Jean lui-même. Lesquels recueillir dans les lectures de cette Messe ? Il y a ceux qui unissent notre prière dans celle de l'Eglise : « L'Esprit et l'Epouse disent : 'Viens !' (...) Celui qui a soif, qu'il approche » (Ap 21, 17), et ceux qui nous invitent à la mission : « Ce que nous avons contemplé (...) nous en portons témoignage. Nous vous annonçons cette Vie éternelle » (1 Jean 1, 1-2). « Porter aux autres le fruit de notre contemplation », voilà ce qu'est l'apostolat, selon saint Thomas. Pendant que le diacre proclamait l'Evangile, n'aviez-vous pas, comme moi, l'impression que ces mots nous venaient à la fois de Jésus et du P. Philippe ? Ils évoquaient le travail de votre fondateur auprès de vous et son regard sur votre avenir : « Je leur ai fait connaître ton nom... Je ne te demande pas que tu les retires du monde...Consacre-les dans la vérité. » La prière du P. Marie-Dominique se fond dans celle du Seigneur pour tous ses disciples : « Qu'ils soient uns. » Elle englobe aussi le vaste champ de tous ceux qui sont et seront touchés par votre apostolat ou qui peuplent votre prière : « Je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là, mais encore pour ceux qui accueilleront leur parole et croiront en moi » (v. 20).

Que la force de cette prière soit pour vous un grand réconfort dans l'accomplissement de votre vocation et de votre mission. Comme nous y invitait le pape Jean-Paul II en entrant dans le nouveau millénaire : « Allons de l'avant dans l'espérance, avec le soutien du Christ, par amour pour les hommes.» Duc in altum !

Sommaire documents

Site par Vive la Vie . Plan du site . Mentions légales . Parmi nos amis . Flux RSS . Twitter . Mis à jour le 16 sept. 2014 - Site accessible sur smartphone

Famille Missionnaire de l'Evangile de la Vie - 32, cours de la République - 84500 BOLLENE