Conseil pontifical de la famille

Imprimer la page

Préparation au Sacrement du Mariage - 1996


CONSEIL PONTIFICAL POUR LA FAMILLE

PRÉPARATION AU SACREMENT DE MARIAGE

1996
 

PRÉAMBULE

1. La préparation au mariage, à la vie conjugale et familiale est d'une grande importance pour le bien de l'Eglise. En effet, le sacrement de Mariage a une forte valeur pour toute la communauté chrétienne et, en premier lieu, pour les époux, eux dont la décision est telle qu'elle ne pourrait être sujette à improvisation ou à choix hâtifs. A d'autres époques, cette préparation pouvait compter sur l'appui de la société qui reconnaissait les valeurs et les biens du mariage. Sans heurts ni doutes, l'Eglise en protégeait la sainteté, consciente du fait qu'il représentait une garantie ecclésiale, puisqu'il constituait la cellule vitale du Peuple de Dieu. L'appui que le mariage trouvait dans les communautés chrétiennes, au moins dans celles évangélisées en profondeur, était ferme, unitaire, compact. Séparations et échecs du mariage étaient en général rares, et le divorce était considéré comme une « plaie » sociale (cf. Gaudium et Spes [GS] 47).

Aujourd'hui, au contraire, dans des cas qui sont loin d'être l'exception, on assiste à une détérioration accentuée de la famille et à une certaine corrosion des valeurs du mariage. Dans nombre de pays, et plus particulièrement dans les pays économiquement développés, le taux des mariages a diminué. On se marie plus tard, et le nombre des divorces et des séparations augmente, même dès les premières années de la vie conjugale. Tout cela porte inévitablement à une inquiétude pastorale, et à la question mille fois répétée: les personnes qui se marient y sont-elles réellement préparées? Le problème de la préparation au sacrement de Mariage et à la vie conjugale qui en découle se présente comme une grande nécessité pastorale, avant tout, certes, pour le bien des époux, mais aussi pour le bien de la communauté chrétienne tout entière et pour celui de la société. C'est pourquoi l'intérêt porté à la question s'accroît de partout et les initiatives se multiplient pour fournir des réponses appropriées et opportunes à la question de la préparation au sacrement de Mariage.

2. Le Conseil Pontifical pour la Famille, maintenant un contact permanent avec les Conférences Episcopales et les Evêques, à l'occasion de diverses rencontres, réunions et, surtout, des visites « ad limina », a suivi avec attention la préoccupation pastorale en ce qui concerne la préparation et la célébration du sacrement de Mariage et la vie qui le suit; il a été invité de façon répétée à offrir un instrument pour la préparation des fiancés chrétiens; ce qu'il réalise dans les présentes lignes d'orientation. Celles-ci ont aussi bénéficié de l'apport de nombreux mouvements apostoliques, groupes et associations qui collaborent à la pastorale familiale et ont offert leur appui, leurs conseils et leur expérience pour l'élaboration du présent document d'orientation.

La préparation au mariage constitue un moment providentiel et privilégié pour ceux qui s'orientent vers ce sacrement chrétien, et un Kayrós, c'est-à-dire un temps où Dieu interpelle les fiancés et suscite en eux le discernement pour la vocation au mariage et à la vie qu'il introduit. Les fiançailles s'inscrivent dans le contexte d'un processus dense d'évangélisation. En effet, les fiancés — futurs époux — voient confluer dans leur vie des questions qui ont une incidence sur la famille. C'est pourquoi ils sont invités à comprendre ce que signifie l'amour responsable et mûr de la communauté de vie et d'amour que sera leur famille, véritable église domestique qui contribuera à enrichir l'Eglise dans sa totalité.

L'importance de la préparation implique un processus d'évangélisation pour le mûrissement et l'approfondissement de la foi. Si la foi est faible et quasiment inexistante (cf. Familiaris Consortio [FC] 68), il faut alors la ranimer et cela peut nécessiter une instruction exigeante et patiente qui suscite et alimente l'ardeur d'une foi vivante. Dans les milieux paganisés, en particulier, il sera particulièrement bon de conseiller un « cheminement de foi, analogue au catéchuménat » (cf. FC 66) et une présentation des vérités chrétiennes fondamentales qui aident à acquérir ou à renforcer la maturité de la foi chez les futurs époux. Il est souhaitable que ce moment privilégié de la préparation au mariage se transforme en une Nouvelle Evangélisation pour les futures familles, à l'enseigne de l'espérance.

3. Cette attention spéciale est mise en évidence dans les enseignements du Concile Vatican II (GS 52), dans les orientations du Magistère pontifical (FC 66), dans la norme ecclesiale elle-même (Codex Iuris Canonici [CIC], can. 1063; Codex Canonum Ecclesiarum Orientalium [CCEO], can. 783), dans Le Catéchisme de l'Eglise Catholique (CEC) (no 1632) et dans d'autres documents du Magistère, parmi lesquels la Charte des Droits de la Famille. Les deux documents plus récents du Magistère pontifical — la Lettre aux Familles Gratissimam Sane et l'Encyclique Evangelium Vitae (EV) — apportent à notre propos une aide importante.

Attentif — comme on l'a dit — aux demandes répétées qui lui ont été adressées, le Conseil Pontifical pour la Famille a entamé une réflexion sur ce thème, en se concentrant davantage sur les « cours de préparation », dans la ligne de l'Exhortation apostolique Familiaris Consortio et a donc suivi, pour la rédaction, l'itinéraire ci-après: en 1991, le Conseil a consacré son Assemblée plénière (30 septembre – 5 octobre) au thème de la préparation au sacrement de Mariage pour lequel le Comité de Présidence du Conseil Pontifical et les couples membres de ce même Conseil ont apporté un abondant matériel pour la rédaction d'une première ébauche de texte. Puis, du 8 au 13 juillet 1992, un groupe de travail a été convoqué, composé de pasteurs, de consulteurs et d'experts, qui ont élaboré une seconde épreuve, envoyée ensuite aux Conférences Episcopales en leur demandant contribution et suggestions complémentaires. Les réponses, qui sont parvenues en grand nombre, avec d'opportunes suggestions, ont été étudiées et insérées dans l'épreuve ultérieure par un groupe de travail, en 1995. Le Conseil Pontifical présente maintenant ce document-guide offert comme base de travail pastoral pour la préparation au sacrement de Mariage. Il sera tout spécialement utile aux Conférences Episcopales dans l'élaboration de leur Directoire, mais aussi en vue d'un plus grand engagement pastoral dans les diocèses, les paroisses et les mouvements apostoliques (cf. FC 66).

4. La « magna charta » pour les familles qu'est l'Exhortation apostolique Familiaris Consortio avait déjà souligné que « les changements survenus au sein de presque toutes les sociétés modernes exigent que non seulement la famille, mais aussi la société et l'Eglise, soient engagées dans l'effort de préparation adéquate des jeunes aux responsabilités de leur avenir. (...) C'est pourquoi l'Eglise doit promouvoir des programmes meilleurs et plus intensifs de préparation au mariage, pour éliminer le plus possible les difficultés dans lesquelles se débattent tant de couples, et plus encore pour conduire positivement les mariages à la réussite et à la pleine maturité » (FC 66).

Le Code de Droit Canon établit que soit assurée « la préparation personnelle au mariage qui va être contracté, grâce à laquelle les époux seront disposés à la sainteté et aux devoirs de leur nouvel état » (CIC can. 1063, 2 et CCEO can. 783, § 1), disposition que l'on retrouve aussi dans l'Ordo Celebrandi Matrimonium 12.

Et, dans son discours à l'occasion de l'Assemblée plénière du Conseil pour la Famille (4 octobre 1991), le Saint-Père avait déclaré: « Plus les difficultés ambiantes pour connaître la vérité du sacrement chrétien et de l'institution même du mariage sont grandes, plus les efforts pour préparer d'une manière adéquate les époux à leurs responsabilités doivent être grands ». Et il a continué, en se référant plus concrètement aux cours proprement dits: « Vous avez pu observer qu'étant donné la nécessité de réaliser de tels cours dans les paroisses et vu les résultats positifs des différentes méthodes employées, il semble utile de procéder à une précision des critères à adopter, sous forme de guide ou de directoire pour offrir une aide valable aux Eglises particulières ». D'autant plus qu'au sein des Eglises particulières, la responsabilité de la famille, partie du « "peuple de la vie et pour la vie" est déterminante: c'est une responsabilité qui résulte de sa nature même — celle d'être communauté de vie et d'amour, fondée sur le mariage — et de sa mission de "garder, de révéler et de communiquer l'amour" » (EV 92 et cf. FC 17).

5. C'est dans ce but que le Conseil Pontifical pour la Famille offre le présent document sur la préparation au sacrement de Mariage et sur sa célébration.

Les lignes forces qui en ressortent constituent un itinéraire pour la préparation éloignée, prochaine et immédiate au sacrement de Mariage (cf. FC 66). Le matériel proposé est destiné en premier lieu aux Conférences Episcopales, aux Evêques et à leurs collaborateurs dans la pastorale de la préparation au mariage. Quant aux fiancés, ils sont ici impliqués en tant qu'objet du souci pastoral de l'Eglise.

6. Une attention pastorale particulière devra être accordée aux fiancés se trouvant dans des situations particulières, prévues dans les canons 1071, 1072 et 1125 du CIC, et les canons 789 et 814 du CCEO; pour ceux-ci, les lignes qui seront tracées dans le présent document — même lorsqu'elles ne pourront être appliquées dans leur totalité — pourront cependant constituer un service utile pour la juste orientation et l'accompagnement dont ils doivent bénéficier.

Fidèle à la volonté et à l'enseignement du Christ, l'Eglise, par sa législation, exprime sa charité pastorale dans la prise en compte de toute situation où peuvent se trouver les fidèles. Les critères offerts sont des moyens en vue d'une aide effective, et ne doivent pas être considérés comme des obligations supplémentaires impératives.

7. La motivation doctrinale de fond qui inspire ce document-guide naît de la conviction que le mariage est un bien qui tire son origine de la Création et qui, pour cette raison, plonge ses racines dans la nature humaine. « N'avez-vous pas lu que le Créateur, dès l'origine, les fit homme et femme, et qu'il a dit: Ainsi donc l'homme quittera son père et sa mère pour s'attacher à sa femme, et les deux ne feront qu'une seule chair? » (Mt 19, 4-5). C'est pourquoi ce que l'Eglise fait en faveur de la famille et du mariage contribue certainement au bien de la société en tant que telle et de tous les hommes. En effet, le mariage chrétien, avec son expression de nouveauté de vie, réalisée par le Christ ressuscité, exprime toujours la vérité de l'amour conjugal et constitue une sorte de prophétie qui annonce, de façon claire, la véritable exigence de l'être humain: l'homme et la femme sont appelés, dès leur origine, à vivre dans la communion de vie et d'amour et dans la complémentarité qui portent à la plus grande dignité humaine des époux, au bien des enfants et à celui de la société elle-même, avec « la défense et la promotion de la vie ... devoir et responsabilité de tous » (EV 91).

8. C'est pourquoi notre document prend en considération aussi bien les réalités humaines naturelles propres à l'institution divine, que celles qui sont spécifiques du sacrement institué par le Christ et s'articule, concrètement, en trois parties:

1) l'importance de la préparation au mariage chrétien;

2) les étapes, ou moments, de la préparation;

3) la célébration du mariage.

PREMIERE PARTIE

L'IMPORTANCE DE LA PREPARATION
AU MARIAGE CHRETIEN

9. Le point de départ pour un itinéraire de préparation au mariage se trouve dans la conscience que le pacte conjugal a été assumé et élevé par le Seigneur Jésus-Christ, dans la force de l'Esprit Saint, au niveau de sacrement de la Nouvelle Alliance. Il associe les conjoints à l'amour oblatif du Christ Epoux pour l'Eglise Son Epouse (cf. Ep 5,25-32), en faisant d'eux partie et image de cet amour. Il les transforme en une louange au Seigneur et il sanctifie l'union conjugale et la vie des fidèles chrétiens qui honorent ce pacte, donnant naissance à la famille chrétienne, église domestique, « cellule première et vitale de la société » (Apostolicam Actuositatem, 11) et « sanctuaire de la vie » (EV 92; également no s 6, 88 et 94). Le sacrement est donc célébré et vécu au coeur de la Nouvelle Alliance, c'est-à-dire dans le mystère pascal. C'est le Christ, l'Epoux parmi nous (cf. Gratissimam Sane, 18; Mt 9,15) qui est la source de toutes les énergies. Les couples et les familles chrétiennes ne sont donc pas isolés ni abandonnés.

Pour les chrétiens, le mariage qui a son origine en Dieu créateur implique en outre une véritable vocation à un état de vie spécifique comportant une grâce particulière. Pour être portée à sa maturation, cette vocation demande une préparation adéquate et spéciale; elle est un chemin spécifique de foi et d'amour, d'autant plus qu'elle est donnée au couple pour le bien de l'Eglise et de la société. Et ceci avec toute la signification et la force d'un engagement public, pris devant Dieu et devant la société, qui va au-delà des limites individuelles.

10. En tant que communauté de vie et d'amour, le mariage, aussi bien comme institution divine naturelle que comme sacrement, et malgré les difficultés actuelles, conserve toujours en soi une source d'énergie formidable (cf. FC 43) qui, par le témoignage des époux, peut devenir une Bonne Nouvelle, contribuer fortement à la nouvelle évangélisation et assurer le futur de la société. Cette énergie doit toutefois être découverte, appréciée et valorisée par les époux eux-mêmes et par la communauté ecclésiale, dans la phase qui précède la célébration du mariage et en constitue la préparation.

Il y a de très nombreux diocèses dans le monde qui sont engagés dans la recherche d'une forme de préparation au mariage toujours plus appropriée. Nombreuses sont les expériences positives qui ont été portées à la connaissance du Conseil Pontifical pour la Famille, et qui, sans aucun doute, prennent toujours davantage corps. Elles apporteront une aide valable lorsqu'elles seront connues et mises en valeur au sein des Conférences Episcopales et par chaque Evêque dans la pastorale des Eglises locales.

Ce que nous appelons ici Préparation comprend un processus vaste et exigeant d'éducation à la vie conjugale, en considérant l'ensemble de ses valeurs. C'est pour cela que, au vu des conditions psychologiques et culturelles actuelles, la préparation au mariage représente une nécessité urgente. De fait, il s'agit d'éduquer au respect et à la préservation de la vie qui, dans le Sanctuaire des familles, doit devenir une véritable culture spécifique de la vie humaine dans toutes ses manifestations et à tous ses âges, pour tous ceux qui font partie du peuple de la vie et pour la vie (cf. EV 6, 78 et 105). La réalité même du mariage est si riche qu'elle demande au préalable un processus de sensibilisation afin que les fiancés ressentent la nécessité de s'y préparer. La pastorale familiale doit donc orienter tous ses efforts pour optimiser cette préparation, en ayant également recours à des moyens pédagogiques et psychologiques sainement orientés.

Dans un autre document récemment publié par le Conseil Pontifical pour la Famille (8 décembre 1995) et intitulé Vérité et signification de la sexualité humaine: Des prientations pour l'éducation en famille, notre Conseil se propose d'aider les familles dans leur devoir de former leurs enfants dans le domaine de la sexualité.

11. Enfin, le souci de l'Eglise à ce sujet est devenu plus impérieux étant donné les circonstances actuelles — mentionnées plus haut — où l'on constate d'une part la reprise des valeurs et des aspects importants du mariage et de la famille, avec une floraison de joyeux témoignages de nombreux époux et familles chrétiennes; et où l'on constate d'autre part l'augmentation du nombre de ceux qui ignorent ou refusent les richesses du mariage dans un manque de confiance où l'on en vient à mettre en doute ou à repousser ses biens et ses valeurs (cf. GS 48). De nos jours, on assiste avec inquiétude à la diffusion d'une « culture », ou d'une mentalité, qui ne tient plus la famille comme une valeur nécessaire pour les époux, pour les enfants et pour la société. Il y a des attitudes et des mesures, prises en considération dans les législations, qui n'aident pas la famille fondée sur le mariage et qui lui dénient parfois même ses droits. De fait, une atmosphère de sécularisation s'est répandue dans les diverses parties du monde, qui touche spécialement les jeunes et les soumet à la pression d'un milieu séculariste où l'on finit par perdre le sens de Dieu et, par voie de conséquence à perdre aussi le sens profond de l'amour conjugal et de la famille. N'est-ce pas là nier la vérité de Dieu que de condamner la source et de tarir le jaillissement même de ce mystère intime? (cf. GS 22). La négation de Dieu sous ses diverses formes implique souvent le refus des institutions et des structures qui appartiennent au plan de Dieu dont la concrétisation a commencé dès la Création (cf. Mt 19, 3 et suiv.). De cette façon, tout est conçu comme étant le fruit de la volonté humaine etou de consentements susceptibles de changement.

12. Dans les pays où le processus de déchristianisation est plus diffus, la préoccupante crise des valeurs morales apparaît clairement et, en particulier, la perte d'identité du mariage et de la famille chrétienne et donc de la signification même des fiançailles. A ces pertes vient s'ajouter la crise des valeurs au sein de la famille, crise à laquelle contribue un climat diffus de permissivité, même au plan légal. Les moyens de communication sociale contribuent pour beaucoup à cet état de choses en exhibant des modèles contraires à la famille, comme s'il s'agissait de valeurs authentiques. On voit alors se constituer une proposition d'apparence culturelle qui est présentée aux nouvelles générations en alternative à la vision de la vie conjugale et du mariage, à sa valeur sacramentelle et à ses liens avec l'Eglise.

Les phénomènes qui confirment cette réalité et qui renforcent cette culture sont liés à de nouveaux styles de vie qui dévaluent les dimensions humaines des contractants, avec des conséquences désastreuses pour la famille. Parmi ceux-ci, rappelons la permissivité sexuelle, la chute des mariages ou leur renvoi permanent, l'augmentation des divorces, la mentalité contraceptive, la diffusion de l'avortement volontaire, le vide spirituel et l'insatisfaction profonde qui contribuent à la diffusion de la drogue, de l'alcoolisme, de la violence et du suicide chez les jeunes et les adolescents mêmes.

Dans d'autres parties du monde, les situations de sous-développement — allant jusqu'à la pauvreté extrême, à la misère —, ainsi que la présence concomitante d'éléments culturels contraires ou étrangers à la vision chrétienne, rendent difficiles et précaires la stabilité même de la famille et la mise en oeuvre d'une profonde éducation à l'amour chrétien.

13. La situation se trouve encore aggravée par les lois permissives qui modèlent en force une mentalité qui blesse la famille (cf. EV 59), en fait de divorce, d'avortement et de liberté sexuelle. De nombreux moyens de communication1 répandent et contribuent à renforcer un climat de permissivité; ils forment un tissu qui empêche chez les jeunes la croissance normale dans la foi chrétienne, la constitution de leur lien avec l'Eglise et la découverte de la valeur sacramentelle du mariage et des exigences que sa célébration entraîne. Il est vrai qu'une formation au mariage a toujours été nécessaire mais la culture chrétienne en permettait une intégration et une assimilation plus faciles. Aujourd'hui, cela est, parfois, plus laborieux et plus urgent.

14. C'est pour toutes ces raisons que, dans son Exhortation apostolique Familiaris Consortio — qui recueille les fruits du Synode 1980 sur la Famille —, Sa Sainteté Jean-Paul II indique que « de nos jours, la préparation des jeunes au mariage et à la vie familiale est plus nécessaire que jamais » (FC 66) et qu'il faut « promouvoir des programmes meilleurs et plus intensifs de préparation au mariage, pour éliminer le plus possible les difficultés dans lesquelles se débattent tant de couples, et plus encore pour conduire positivement les mariages à la réussite et à la pleine maturité » (ibid.).

C'est dans ce sens et pour répondre de façon organisée aux menaces et aux exigences du moment actuel qu'il serait opportun que les Conférences épiscopales s'attachent à publier « un Directoire pour la pastorale familiale » (ibid.). Dans un tel Directoire devront être recherchés et identifiés les éléments considérés comme nécessaires à une pastorale plus incisive, qui tende à récupérer l'identité chrétienne du mariage et de la famille, afin que celle-ci arrive à être une communauté de personnes au service de la vie humaine et de la foi, cellule première et vitale de la société, communauté croyante et évangélisatrice, véritable « Eglise domestique, centre de communion et de service ecclésial » (ibid.), qui « a vocation d'annoncer, de célébrer et de servir l'Evangile de la vie » (EV 92; voir aussi les no s 28, 78, 79 et 105).

15. Etant donné l'importance du thème et après avoir eu connaissance des différentes initiatives prises dans cette direction par nombre de Conférences Episcopales et d'Evêques diocésains, le Conseil Pontifical pour la Famille invite à poursuivre ce service pastoral avec un engagement renouvelé. Un matériel très utile a été préparé par leurs soins pour aider à la préparation au mariage et à l'accompagnement de la vie familiale. En continuité avec les directives du Siège Apostolique, le Conseil Pontifical propose ici des points de réflexion qui se réfèrent à une partie seulement du Directoire mentionné plus haut: celle traitant de la préparation au sacrement de Mariage. Ces points pourront servir à mieux définir et développer ce qui est nécessaire à la préparation adéquate au mariage et à la vie de la famille chrétienne.

16. La Parole de Dieu, qui vit dans la tradition de l'Eglise et est approfondie par le Magistère, souligne que, pour les époux chrétiens, le mariage, parce qu'il est participation à l'alliance définitive du Christ avec l'Eglise, implique de répondre à l'appel de Dieu et d'accepter la mission d'être signe de l'amour de Dieu pour tous les membres de la famille humaine. C'est pourquoi les époux deviennent coopérateurs du Créateur et Sauveur dans le don de l'amour et de la vie. C'est pour cette raison que la préparation au mariage chrétien peut être qualifiée d'itinéraire de foi, qui ne finit pas avec la célébration du mariage mais se continue dans toute la vie familiale, en sorte que notre perspective ne se limite pas au mariage en tant qu'acte, au moment de la célébration, mais s'attache au mariage considéré comme état permanent de vie. C'est pour cela aussi que la préparation est une « occasion privilégiée permettant aux fiancés de redécouvrir et d'approfondir la foi reçue au baptême et nourrie par l'éducation chrétienne. De cette façon, ils reconnaissent et ils accueillent librement la vocation à vivre à la suite du Christ et au service du Royaume de Dieu dans l'état même du mariage » (FC 51).

Les Evêques ont bien conscience de la nécessité urgente et indispensable de proposer et d'articuler des itinéraires de formation spécifique, dans le cadre d'un processus de formation chrétienne graduel et continu (cf. Ordo Celebrandi Matrimonium, 15). Il ne sera pas en fait inutile de rappeler qu'une préparation véritable est orientée vers une célébration du sacrement de Mariage prenant place en toute liberté et de façon pleinement consciente. Mais cette célébration est la source et l'expression d'implications plus exigeantes et permanentes.

17. De l'expérience de nombreux pasteurs et éducateurs, il ressort que la période des fiançailles peut constituer un temps de découverte réciproque mais aussi d'approfondissement de foi et, par là même, un temps de dons surnaturels particuliers permettant de réaliser une spiritualité personnelle et interpersonnelle; toutefois, et il faut le regretter, pour beaucoup, cette période, destinée au mûrissement humain et chrétien, peut être troublée par un usage irresponsable de la sexualité qui n'aide pas au mûrissement de l'amour sponsal. Et l'on voit même certains couples en arriver à une sorte d'apologie des relations pré-matrimonial

Sommaire documents