Accueil > La famille > Qui sommes-nous ?

Qui sommes nous ?

Au commencement, une parole...

la maison d'accueil de la Famille Missionnaire de l'Evangile de la VieLe 7 octobre 1995, le Père Hubert Lelièvre, alors aumônier de l'hôpital romain des malades du Sida, fonde la Fraternité de Prière l'Evangile de la Vie, depuis la chapelle de la Rue du Bac, à Paris ; en réponse à l'appel du Serviteur de Dieu Jean Paul II d’élever vers Dieu une prière urgente, d’un réveil des consciences, d’une formation, d’une présence de charité audacieuse et inventive au service de la vie, depuis sa conception jusqu’à son terme naturel et son entrée dans la Gloire.

Les paroles de l’appel du Pape Jean Paul II résonnent encore : "une grande prière pour la vie, qui parcourt le monde entier, est une urgence" (Evangelium Vitae,100)

Un engagement de prière d'une dizaine du chapelet chaque jour, est proposé à tous ceux qui veulent répondre à cet appel. On peut aussi y ajouter le jeûne ou tout autre proposition permettant de s'engager dans cette "contemplaction" au service de la Vie et de la Famille, demandée par Jean Paul II. Cet engagement est renouvelable chaque année.

La maison d'accueil: Saint Michel terrassant le dragonCette priorité de s'engager à servir la Vie et la Famille tout spécialement pour notre génération, sera réaffirmée par ces paroles de Jean Paul II : "L'Evangile de la Vie est le document que je considère central dans l'ensemble du magistère de mon pontificat" - 14 février 2001. Un encouragement, une responsabilité pour tous.

...qui féconde !

De 2000 à 2004, un premier lieu est confié par l’Eglise à l’Evangile de la Vie. Puis, sur la demande de Monseigneur Jean-Pierre Cattenoz, depuis l’automne 2008, la Famille Missionnaire l’Evangile de la Vie poursuit sa présence de prière, d’annonce, de contemplation et de service de l’Evangile de la Vie et de la Famille, dans l’ancien couvent du saint Sacrement, à Bollène.

L’Evangile de la Vie a 15 ans !

La maison d'accueil, vue du clocherEntretien avec le Père Hubert Lelièvre,
fondateur de la Famille Missionnaire l’Evangile de la Vie

Le 7 octobre 2010 vous avez fêté les 15 ans de l’Evangile de la Vie, comment est né votre Mouvement ?

L’Evangile de la Vie, c’est en tout premier lieu le cri  d’amour pour la vie, pour l’accueillir, la protéger, la célébrer, cri venu du cœur de Jean Paul II dans son Encyclique Evangelium Vitae.  C’est en lisant cette Lettre que j’ai ressenti le besoin de fonder ce Mouvement qui est devenu au fil des années une vraie Famille spirituelle.

Vous parlez d’un cri venu du cœur du Pape, pouvez-vous préciser ?

Evangelium Vitae fait suite à Humanae Vitae du Pape Paul VI. Ces deux Encycliques sont comme les deux poumons de la présence de l’Eglise au milieu de ce monde dans lequel nous vivons. Le cœur d’Evangelium Vitae est l’annonce de la personne du Christ. Dès les premiers mots, le Pape rappelle que la naissance de Jésus libère la joie (EV, 1). C’est cette joie que nous devons annoncer, protéger, défendre, servir en chaque personne humaine depuis l’instant de sa conception jusqu’à son terme naturel. Cette joie est le fruit « d’une grande prière pour la vie qui parcourt le monde entier » (cf EV 100). Benoit XVI ne cesse d’appeler à être des témoins-serviteurs, des coopérateurs de cette joie.

C’est le point de départ de votre Mouvement ?

Oui. Puisque le Pape demandait cette prière urgente, je me suis dit qu’il fallait susciter une réponse, un engagement à prier. Nous proposons à tous : enfants, jeunes, familles, personnes âgées, prêtres, consacrés, mouvements, paroisses… de prier une dizaine du chapelet chaque jour aux intentions de la vie et de la famille.

On voit combien la vie est attaquée de partout. Alors, que faire ?

Le Pape ne cache pas les « attentats » et « conspirations » contre la vie. Ils les dénoncent fortement. C’est pour cela que Jean Paul II appelle à un réveil des consciences. A une formation. A un engagement dans l’Eglise, certes, mais aussi dans la cité. C’est dans la mesure où je vis l’Evangile de la Vie au quotidien, sans compromis avec la Vérité, que la société changera.

Nous sommes responsables les uns des autres…

« Suis-je le gardien de mon frère ? » (Gn 4,9). C’est à chacun de nous aujourd’hui que Jésus, à travers Evangelium Vitae, pose cette question. Il frappe à la porte de notre conscience, de notre intelligence, de notre volonté. Quelle réponse vais-je donner ?

Et vous, quelle réponse donnez-vous ?

La maison d'accueil, vue du clocherEn fait, j’ai lancé l’Evangile de la Vie alors que j’étais nommé aumônier des malades du sida en phase terminale. Cela a été pour moi une vraie école de vie, comme un noviciat. J’ai déposé ce Mouvement sur les genoux de la Sainte Vierge dans la chapelle de la Médaille miraculeuse, à Paris le 7 octobre 1995. C’est Elle qui a fondé ce qui est devenu petit à petit la Famille Missionnaire l’Evangile de la Vie, qui s’enracine dans cet appel du Pape à prier pour la vie comme aussi dans l’Encyclique Dives in Misericordia.

Pourquoi ?

Parce qu’on ne peut devenir serviteur de cette joie, sans avoir un regard de miséricorde. Les attentats et les conspirations sont tellement importants que servir la vérité sur la personne humaine ne peut se vivre que si l’on est enveloppé de miséricorde. Alors un cœur blessé peut s’ouvrir, peut cheminer vers une guérison intérieure. Une blessure peut devenir lieu de fécondité. Une personne peut se mettre en marche, se remettre en marche, comme chercheur de la Vérité. Vivre l’Evangile de la Miséricorde.

Qu’avez-vous vécu au cours de ces 15 années ?

Je rends grâce à Dieu pour ce qu’il nous a donné de vivre : temps de prière, bien sûr ; des Universités d’été, vrais moments de formation humaine et spirituelle, Colloques, Fêtes pour la Vie, Festival de la Tendresse de Dieu. De nombreuses préparations au mariage ; des pèlerinages à Rome. Sans oublier le Bulletin qui rejoint les amis de l’Evangile de la Vie présents dans 25 pays du monde et la diffusion de plus d’un million d’exemplaires d’images-prière. Surtout celle de la prière pour la vie de Jean Paul II qui termine son Encyclique. La croix a été présente aussi, comme un creuset à travers lequel le Seigneur purifie les cœurs et ouvre pour s’engager avec plus de gratuité et d’abandon.

La maison d'accueil, vue du clocherDepuis septembre 2008 vous êtes installé à Bollène, dans le diocèse de Mgr Cattenoz

J’ai rencontré Monseigneur Cattenoz dans le ciel… dans un avion au moment des JMJ vers Cologne, en 2005. Du fait que j’avais été incardiné au diocèse de Rome, Monseigneur Cattenoz avait demandé au Cardinal Ruini de me prêter pour servir l’Evangile de la Vie en France. En octobre 2008, j’ai reçu des mains de Monseigneur Dieci, Evêque auxiliaire de Rome, la croix des missionnaires du diocèse. Monseigneur Cattenoz m’a demandé de reprendre un haut lieu spirituel qu’est le monastère du Saint Sacrement à Bollène, marqué par le martyre de 13 religieuses en juillet 1794, pour y établir la Maison de la Famille Missionnaire l’Evangile de la Vie.

Que vivez-vous à Bollène ?

La maison d'accueil, vue du clocherEn tout premier lieu l’Adoration Eucharistique la journée du mercredi et une partie du jeudi, pour répondre à l’appel de Jean Paul II et ancrer notre mission sur la Personne du Christ. De nombreux jeunes viennent réviser un examen et aider à des chantiers. Ils viennent aussi pour prier, pour remettre Dieu dans leur vie. On y vient en famille pour un temps de prière, pour un service, pour un temps de formation. Avec des psychothérapeutes nous avons lancer une Ecole des parents. D’autres y viennentpour retrouver un chemin de vie, la guérison après une blessure ou un drame de la vie.

Vos projets ?

D’abord, chercher en tout la volonté de Dieu. Dieu seul. Ensuite développer cette grande prière pour la vie, demandée expressément par Jean Paul II dans Evangelium Vitae (§ 100). La diffuser auprès des jeunes, des étudiants, des jeunes qui commencent à entrer dans le monde du travail. Auprès des familles, des paroisses, des hôpitaux, des professionnels. Bref, permettre à l’Esprit Saint d’allumer le Feu de la Miséricorde dans les cœurs.

Puis développer l’extension du Bulletin, ce lien entre les membres et les amis de la Famille Missionnaire. Ensuite, en suscitant un réveil des consciences, favoriser un climat en faveur de l’amour pour la vie, pour la personne humaine. Augmenter les temps de formations que nous proposons depuis 15 ans maintenant. Afin qu’une génération nouvelle s’engage. Son engagement concret sera le meilleur témoignage qui réveillera le monde, qui réchauffera les cœurs congelés par l’égoïsme, l’indifférence, le relativisme.

Les statuts canoniques de la Famille Missionnaire l’Evangile de la Vie sont entre les mains de Monseigneur Cattenoz. Aux jeunes demandant à devenir prêtres en vivant cette spiritualité de la Vie et de la Miséricorde, nous envisageons sérieusement de pouvoir leur permettre de répondre à l’Appel de Jésus.

De la même manière, avec les statuts d’une Association de Fidèles à caractère privé. Permettre que la maison de l’Evangile de la Vie devienne mieux un centre de prière, de formation. De communion.

Comment peut-on vous aider ?

Notre génération doit vraiment écouter ce cri prophétique de l’Eglise. D’abord par la prière. Elle ouvrira notre cœur à la conversion et donc à la joie. Cette joie d’aimer la vie, de la servir, de la protéger, de la défendre, trouvera des voies nouvelles qui correspondent aux attentes de nos contemporains. C’est la présence de charité audacieuse et inventive. De réveiller notre conscience et l’ouvrir au Bien, au Beau, au Vrai. De nous former. C’est la seule manière de sortir des impasses actuelles.

Nous aider dans les gros travaux de rénovation de la Maison par un don, un legs, une opération Carême, un concert, etc. Vous pouvez venir nous donner un coup de main. Les jeunes sont les bienvenus pour réviser un examen et travailler aux chantiers !

Alors, il y a urgence ?

Oui, par la « vigilance du cœur », dont parlait Benoit XVI à Fatima le 13 mai 2010. Il poursuivait en lançant un véritable appel à chacun de nous lors de son homélie ce jour-là : « Qui a le temps d’écouter sa parole et de se laisser séduire par son amour ? Qui veille, dans la nuit du doute et de l’incertitude, avec le cœur éveillé en prière ? Qui attend l’aube du jour nouveau en tenant allumée la flamme de la foi ? La foi en Dieu ouvre à l’homme l’horizon d’une espérance certaine qui ne déçoit pas ; elle indique un fondement solide sur lequel appuyer, sans peur, toute son existence ; elle requiert l’abandon, plein de confiance, entre les mains de l’Amour qui soutient le monde ».

Ne trouvez-vous pas que les paroles du Pape à Fatima le 13 mai 2010 viennent comme en écho à celles de Jean Paul II dans Evangelium Vitae ?

Absolument. Elles dévoilent le combat entre la culture de la vie et les ombres de la mort qui semblent vouloir l’emporter. Les paroles de Benoit XVI sont prophétiques, au sens le plus fort. Les voici : « Dans sept ans, vous reviendrez ici pour célébrer le centenaire de la première visite faite par la Dame « venue du Ciel »… Celui qui penserait que la mission prophétique de Fatima est achevée se tromperait. Revit ici ce dessein de Dieu qui interpelle l’humanité depuis ses origines :

« Où est ton frère Abel ? (…) La voix du sang de ton frère crie de la terre vers moi ! » (Gn 4, 9). L’homme a pu déclencher un cycle de mort et de terreur, mais il ne réussit pas à l’interrompre… Dans l’Ecriture Sainte, il apparaît fréquemment que Dieu est à la recherche des justes pour sauver la cité des hommes et il en est de même ici, à Fatima, quand Notre Dame demande : « Voulez-vous vous offrir à Dieu pour prendre sur vous toutes les souffrances qu’il voudra vous envoyer, en réparation des péchés par lesquels il est offensé, et en intercession pour la conversion des pécheurs ? » (Mémoires de Sœur Lucie, 1, p. 162).

A la famille humaine prête à sacrifier ses liens les plus saints sur l’autel de l’égoïsme mesquin de la nation, de la race, de l’idéologie, du groupe, de l’individu, notre Mère bénie est venue du Ciel pour mettre dans la cœur de ceux qui se recommandent à Elle, l’amour de Dieu qui brûle dans le sien. A cette époque, ils n’étaient que trois : leur exemple de vie s’est diffusé et multiplié en d’innombrables groupes sur la surface de la terre, en particulier au passage des Vierges pèlerines, qui se sont consacrés à la cause de la solidarité fraternelle . Puissent ces sept années qui nous séparent du centenaire des Apparitions hâter le triomphe annoncé du Cœur Immaculé de Marie à la gloire de la Très Sainte Trinité ».

Le mot de la fin ?

Il n’y a pas de temps à perdre. Il nous faut sortir de nos peurs, de notre immobilisme, de nos petits conforts, de cet esprit de fatalité qui manifestent un grand manque de Foi et d’Espérance. Il y a urgence qu’une génération se lève pour cette Mission. De la joie est à semer. Des âmes sont à sauver !

Nous soutenir

La Famille Missionnaire l’Evangile de la Vie peut recevoir les dons et les legs des particuliers et des entreprises.

En nous soutenant, vous nous permettez de poursuivre notre action en faveur de la vie.

>>> en savoir plus

Site par Vive la Vie . Plan du site . Mentions légales . Parmi nos amis . Flux RSS . Twitter . Mis à jour le 21 nov. 2014 - Site accessible sur smartphone

Famille Missionnaire de l'Evangile de la Vie - 32, cours de la République - 84500 BOLLENE