Guetteurs, Veilleurs

Imprimer la page

Tu veux la Paix entre les peuples ? - Père Daniel Ange

 

     Protéger la personne dans son extrême faiblesse, c’est la première œuvre de paix dans le monde. Ceux qui luttent pour la vie, avec la force des doux, sont des artisans de paix plus efficaces que tous les médiateurs politiques.
     « Le plus grand destructeur de la paix dans le monde aujourd’hui est l’avortement. Si une mère peut tuer son propre enfant, qu’est-ce qui pourra empêcher vous et moi de nous entretuer ? Toutes les guerres commencent quand l’enfant devient un ennemi ».  Bienheureuse Mère Térésa devant 2 000 parlementaires et décideurs à Washington, lors d’un « breakfast-prayer » pendant le génocide en Bosnie.

     La guerre, c’est la mort. La paix, c’est la vie.
     Choisis la vie : tu recevras la paix. Fais la paix : tu vivras.

     Par contre : rêver d’un siècle de paix universelle,
     tout en tolérant cette agression mortelle : utopie !

     Vouloir vivre en frères entre peuples,
     et faire la guerre contre son propre peuple : contradiction absolue !

     S’opposer à la peine capitale
     en approuvant cette condamnation à mort prénatale : hypocrisie !

     S’insurger contre l’exclusion,
     et maintenir cette expulsion du premier logis, vital entre tous : mensonge !

     Exiger le respect de l’innocent,
     et laisser tuer le plus innocent de tous : aberration.

     S’ériger contre le racisme et l’ethnisme,
     et sélectionner l’enfant sur son physique : illogisme !

     Et je me risque à lancer encore ces questions redoutables :
     Comment s’indigner des marées noires, forêts « gazées », sources polluées,
     quand la première des écologies – celle des corps – est sans cesse bafouée ?

     Comment protéger les bébés phoques,
     quand nos propres bébés de race humaine ne le sont pas ?

     Comment être horrifié par l’assassinat d’un enfant,
     quand on s’aveugle sur ce premier de tous les meurtres d’enfants ?   

     Comment se récrier devant des enfants tuant leurs propres parents
     et se taire quand des parents tuent leurs propres enfants ?

     Comment protéger et les crèches et les tombes,
     quand le premier berceau se transforme en tombeau ?

     Comment se scandaliser d’enfants se battant armes en main,
     quand les enfants sans défense sont devenus l’ennemi n° 1 à abattre ?

     Tant il est vrai que là où le lieu d’accueil le plus sûr devient le plus menacé et se
     transforme en salle de torture, plus aucun endroit de la terre ne sera à l’abri d’une
     irruption de violence.
 

Père Daniel Ange

 

 

publié le : 22 septembre 2016

Sommaire documents