Guetteurs, Veilleurs

Imprimer la page

Mieux connaître le cardinal Ouellet

L'actuel préfet de la Congrégation des évêques fait partie des papabile. Sa personne n'est pas inconnue aux lecteurs du Salon Beige. En 2010, alors qu'il était archevêque de Québec, il avait défrayé la chronique, en raison de propos politiquement incorrects. Lors d'un congrès pro-vie il avait déclaré:

O"Après l’expérience plutôt amère de plusieurs femmes qui ont subi des avortements et qui le regrettent, ça nous aide à développer une culture de la vie (...) Est-ce qu’on aide une femme quand on la pousse à commettre un délit [l’avortement] pour réparer un autre délit [le viol] (...) Prendre la vie de quelqu’un d’autre qui est innocent, c’est toujours un crime, moralement. Je comprends très bien qu'une femme violée vit un drame et qu'elle doit être aidée. Mais elle doit l'être par rapport à la créature qu'elle a dans son sein. Elle n'est pas responsable de ce qui lui arrive. C'est l'agresseur qui est responsable. Mais il y a déjà une victime. Est-ce qu'il faut en faire une autre? Cette créature-là [l’enfant à naître] n’est pas responsable de ce qui lui arrive, c’est l’agresseur qui est responsable. Il y a déjà une victime, est-ce qu’on va faire une autre? C'est un être humain qui est dans le sein maternel."

Loin des médias en furie, une femme victime de viol avait remercié le cardinal. Relire aussi ce discours de mai 2010.

En novembre 2006, il avait prononcé une homélie (en pdf) pendant la messe télévisée de l'Assemblée plénière des évêques de France :

"Je suis heureux et fier d’exprimer à la France la gratitude des héritiers et des héritières du Canada qui ont gardé un vif attachement à la foi, à la langue et à la culture de la Mère patrie. Cette reconnaissance s’est notamment manifestée à l’occasion d’événements dramatiques qui ont provoqué l’exode en terre canadienne de nombreuses personnalités religieuses dont notre pays a su bénéficier en offrant aussi la consolation d’un accueil fraternel".

En 2009, il participait à la marche pro-vie à Ottawa.

En 2010, il demandait au gouvernement d'abroger une mesure laïciste, qui permettait à l'école d'avoir lieu 7 jours sur 7 :

"C’est pourquoi je proteste au nom de l'Église catholique et je demande à l’État de révoquer cette décision qui va à l’encontre des valeurs de la société civile. Le rôle de l’État n’est pas d’imposer des valeurs, mais plutôt de respecter les valeurs de la société civile pluraliste en lui offrant un encadrement souple et respectueux.Quant au gâchis qui résulte des multiples réformes de l’éducation pour en écarter la religion, je constate tristement qu’un certain refus global de notre identité catholique conduit de plus en plus à un fouillis global en éducation. Les sous-produits sont bien connus : couples fragiles, familles éclatées, avortements massifs, bientôt l’euthanasie, suicides à un taux effarant, décrochage scolaire évidemment, travail sept jours sur sept, etc., etc. Vive le Québec libre de la religion!"

Dans un ouvrage publié en juin 2012, il notait le lien entre la vérité et la charité.

Michel Janva

publié le : 11 mars 2013

Sommaire documents