Divers

Imprimer la page

Manifestation pour la famille Madrid (18 juin 2005)


ESPAGNE - Plus d'un million de personnes à Madrid pour la famille, cette journée du 18 juin 2005 restera gravée dans l'histoire de l'Espagne. Près d'un million de personnes, avec la présence du Cardnial Antonio Rouco Varela, de Madrid et de 17 Eveques, sont descendues dans la rue, samedi 18 juin, provoquant ainsi un tsunami d'Espérance pour l'Europe et le monde entier... qui oscille entre Babel et Pentecote(Cf l'homélie de Benoit XVI pour la Pentecote 2005)
Alors que le Parlement Européen vient de donner encore un coup contre la famille avec le Rapport Moraes, Madrid était samedi 18 juin, capitale mondiale pour la vie et la Famille.
Ce Rapport Moraes du Parlement Européen , approuvé avec 360 voix pour, 272 contre et 20 abstentions, inclue l'homosexualité dans les catégories des discriminations, demande de revoir la définition "du concept de famille" et limite la liberté religieuse.
C'est dans ce contexte que la grande manifestaion de Madrid a eu lieu hier, avec sur le plan intérieur les lois contre la vie et la famille qui s'accumulent à une vitesse vertigineuse depuis l'arrivée au pouvoir de Zapatero.
"A partir de demain, le Gouvernement ne pourra continuer à ignorer le mouvement familial, comme il l'a fait jusqu'ici", déclare à la Presse Edouardo Hertfelder, président d'une des principales associations présentes le 18 juin à Madrid. "nous demandons que le Gouvernement écoute les familles", poursuit-il...
La capitale a littéralement été envahie. On pouvait lire des slogans : "La famille, oui, ca intéresse !" Des messages sont arrivés du monde entier pour soutenir cette manifestation, vers l'Espagne, aussi de plusieurs Eveques, comme de Russie, du Sri Lanka, du Népal.


ARGENTINE - « Espérons que le gouvernement espagnol comprendra que ce projet porte atteinte à la famille
Le docteur Roberto Castellano, Président de Pro-Vida, ONG, et Mme Monica del Rio, dirigeante du Mouvement Civil des Femmes, responsable du Congrès International de la Vie et de la Famille qui se tient sur le thème « Une initiative de la Culture de la Vie face à la Culture de la Mort » (17-19 juin 2005 à Buenos-Aires), et qui se terminera par la Déclaration de Buenos-Aires, un document qui sera présenté au gouvernement argentin, adhèrent et appuient la grande manifestation de Madrid de ce jour, pour protester contre le projet de loi sur les unions homosexuelles et l'adoption par des couples homosexuels. « Espérons que le gouvernement espagnol comprendra que ce projet porte atteinte à la famille, base essentielle de la société et des pays, et abandonne ce projet qui veut remplacer l'ordre naturel par un désordre qui compromet gravement la paix et la justice du pays espagnol » déclarent les responsables du Congrès International de la Vie et de la Famille, en cours à Buenos-Aires, déclarent les responsables dans une lettre envoyée à l'Agence Fides. (R.Z.) (Agence Fides, 18 juin 2005,


PARAGUAY - « J'encourage les familles espagnoles : avec la force de l'amour de Dieu, que ne fléchisse pas leur engagement en faveur de la défense et de la famille et de la vie », déclare Mgr Pastor Cuquejo, Archevêque de Asuncion
Mgr Pastor Cuquejo, Archevêque de Asuncion, dans une brève note envoyée à l'agence Fides, exprime ses "encouragements aux familles espagnoles afin que, avec la force de l'amour de Dieu, que ne fléchisse pas leur engagement en faveur de la défense et de la famille et de la vie, dons que le Seigneur a faits à l'humanité ». L'Archevêque revient d'une récente Manifestation Œcuménique de défense de la vie et de la famille, contre le projet de loi qui voulait lancer une Programme National dont le but pratique était de légaliser l'avortement, et d'ouvrir la voie au « mariage » homosexuel. Mgr Cuquejo a voulu exprimer son appui et son soutien au peuple espagnol en ce moment crucial de son histoire. « L'histoire remerciera tout l'effort que vous mettrez en ces moments de menace qui proviennent des forces des ténèbres ». Son message se termine en confiant au Seigneur et à la Sainte Vierge chaque famille espagnole. (R.Z.) (Agence Fides, 18 juin 2005


TURQUIE - Les chrétiens et les musulmans sont unis pour dire « non » à la famille homosexuelle - Soutien des catholiques turcs à la manifestation de Madrid
La bataille pour la défense des droits naturels, du mariage authentique, de la famille naturelle, de la protection de la vie à naître, est une bataille qui unit chrétiens et musulmans. En Turquie, toute l'opinion publique, et non seulement l'Eglise catholique, soutient la manifestation de ce jour à Madrid ; c'est ce que déclare à l'agence Fides le Père Georges Marovich, porte-parole de la Conférence Episcopale Inter-rites de Turquie.
Il déclare : « Les principes fondamentaux de la vie et de la famille ne sont pas en discussion, du moins pour l'instant. La tradition islamique, comme la tradition chrétienne, défend l'institution de la famille et est contraire au mariage entre homosexuels. En regardant les Etats de l'Union européenne qui s'avancent sur cette voie, le jugement est entièrement négatif. Présenté comme 'choix de civilisation', c'est en revanche un choix qui va contre l'essence de l'homme lui-même. Ce sont là des positions fermement enracinées dans la population turque. Ce qui se passe en Europe est considéré comme une aberration. Au nom de l'Eglise de Turquie, j'exprime le soutien complet à la manifestation de Madrid et à l'Eglise d'Espagne qui y a adhéré. Comme Eglise universelle, nous serons toujours unis pour défendre les valeurs chrétiennes authentiques. (P.A.) (Agence Fides, 18 juin 2005


CHINE - En cette Année de l'Eucharistie, célébration du 100° anniversaire de la fondation d'une Mission dans le nord-est de la Chine
Pour les fidèles de la communauté catholique de Tian Shui, dans la Province du Gansu, dans le nord-est de la Chine, le 100° anniversaire de la fondation de la communauté catholique, avec l'arrivée des premiers missionnaires dans la région, revêt une signification particulière.
L'anniversaire se produit durant l'Année de l'Eucharistie, année aussi où l'Eglise a eu un nouveau guide en la personne de Benoît XVI. Lors des festivités, la communauté catholique a voulu souligner l'enseignement du Pape Jean Paul II dans la Lettre Apostolique « Mane Nobiscum Domine », qui invite à mettre l'Eucharistie au centre de la vie. Pour cela, l'Adoration et la Procession du Saint-Sacrement ont été les initiatives les plus fréquentes dans la communauté, notamment lors de la fête du Patron du Diocèse, Saint Fidèle de Sigmaringen, le 24 avril.
La communauté de Tian Shui a été fondée en 1905 par les Missionnaires du Coeur Immaculé de Marie (CICM), suivis par les Capucins allemands. Elevée au rang de Diocèse en 1946, elle compte actuellement plus de 20.000 fidèles (dont 80% sont des paysans), 20 prêtres, une vingtaine de religieuses, plus de 20 églises et chapelles, un séminaire, une Congrégation de religieuses. En outre, la communauté dirige une clinique et une maison d'accueil. (Agence Fides, 17 juin 2005


NEPAL - Les familles pauvres du Népal ont-elles aussi un sens très grand de la famille - Appui des catholiques à l'Eglise d'Espagne
« La petite Eglise du Népal exprime son plein appui à l'Eglise d'Espagne, une soeur de grandes traditions. La valeur de la vie et celle de la famille sont ce qu'il y a de plus important et de plus haut dans le monde. Je suis préoccupé par l'attaque contre la loi naturelle et contre l'oeuvre du Créateur que l'on remarque dans le monde, avec les unions homosexuelles », a déclaré à l'agence Fides le Père Pius Perumana, Pro-Préfet Apostolique du Népal. Le Père Perumana a visité récemment des familles pauvres dans la partie orientale du pays, où sévit la guérilla entre l'armée régulière et les rebelles maoïstes : « J'ai vu des gens qui vivent sans électricité et sans eau, qui ont de grandes difficultés à vivre. Mais j'ai vu des familles très unies, qui font preuve d'une grande solidarité ; le noyau familial est un point fondamental de référence. Je crois que dans de nombreux Pays de l'Occident riche, du Nord du monde, c'est l'abondance et une culture des biens de consommation qui fait perdre souvent les choses importantes de la vie, les valeurs authentiques ». (P.A.) (Agence Fides, 17 juin 2005


ESPAGNE - En même temps qu'à Madrid, il y aura des manifestations pour la famille et le mariage, devant l'Ambassade d'Espagne au Mexique, et devant les Consulats d'Espagne au Chili, au Pérou, en Colombie et en Argentine
La manifestation du 18 juin à Madrid recueille une vague d'adhésions dans le monde entier. Madame Maria del Prete, Vice-présidente internationale de la Plate-forme Latino-américaine « Red Familia » qui comprend 200 Associations, et représente plus de 2 millions de familles d'Amérique Latine, a déclaré que, même si l'on devait respecter tout être humain pour la dignité qui lui appartient en propre, et respecter les droits de tous, « nous ne pouvons être d'accord avec la mise sur le même pied d'égalité des unions entre personnes du même sexe avec le mariage, ni que ces couples puissent adopter des enfants ». Le 18 juin, il y aura une manifestation devant l'Ambassade d'Espagne au Mexique, et devant les Consulats d'Espagne au Chili, au Pérou, en Colombie et en Argentine.
M. Jean-Louis Thès, Président de l'Institut de Politique Familiale (France) a déclaré : « Nous nous sentons solidaires avec ce qui se passe en Espagne, parce que, demain, on tentera de le faire en France, car cela fait partie d'une stratégie internationale pour imposer le mariage homosexuel et l'adoption, malgré le refus de la société et des familles ». Mme Sharon Slater, Présidente de « United Families International », aux Etats-Unis, qui réunit 200.000 familles du pays et du Canada, a déclaré : « De la famille, dépend l'avenir de nos enfants, du pays et du monde. Il n'y a rien de plus important pour l'avenir de l'Espagne, comme société et comme grande nation, que la protection du mariage et de la famille » (R.G.) (Agence Fides, 17 juin 2005,

INDE - L'adhésion de l'Eglise de l'Inde à la manifestation en Espagne : la famille est sacrée, dans toutes les cultures, dans toutes les religions, et dans tous les peuples du monde !
« Les catholiques en Inde soutiennent et proclament la doctrine de l'Eglise pour ce qui concerne la famille, les valeurs familiales, le Sacrement du Mariage comme signe visible d'unité dans la société humaine », déclare à l'agence Fides le Père Babu Joseph, porte-parole de la Conférence Episcopale de l'Inde. « Nous partageons la prise de position de l'Eglise qui s'est engagée à défendre le caractère sacré de la vie humaine et de la famille ». Dans la société indienne, la famille a toujours revêtu une grande importance, et je crois que, aujourd'hui encore, elle a un rôle crucial pour guider une nouvelle génération de jeunes à être la base stable de la société indienne. La valeur de la famille est partagée par les fidèles de toutes les religions et par des gens de toutes les cultures. Pour cela, l'Eglise de l'Inde a créé une Commission Episcopale spéciale pour les Laïcs et la Famille, pour souligner l'importance des valeurs familiales ». « L'union entre personnes du même sexe n'est pas acceptée en Inde, et qui plus est le mariage entre homosexuels ne fait pas partie de notre culture. Sur cela, la société indienne est unie, indépendamment de l'appartenance ethnique ou religieuse. Et donc, le mariage entre homosexuels n'est pas légalisé. Quand ils regardent les nations européennes qui le permettent, les Indiens ne comprennent pas et ne l'acceptent pas ». (P.A.) (Agence Fides, 17 juin 2005,


PAKISTAN - L'Institut de Pastorale de Multan : Nous défendons les droits de la famille et de l'être conçu - Unis dans la prière avec l'Eglise d'Espagne
Je prie et j'espère que la manifestation pour la vie et pour la famille qui aura lieu le 18 juin en Espagne, ait un grand succès » : c'est le souhait exprimé à l'agence Fides par le Père James Channan, Dominicain, directeur de l'Institut de Pastorale de Multan au Pakistan. « Les mariages entre personnes du même sexe sont une grave violation de la sainteté du mariage que Dieu a planifié. Nous n'approuvons pas la loi sur les mariages homosexuels proposée en Espagne et en vigueur dans d'autres nations ». Pour cela, le Père Channan déclare qu'il est satisfait du soutien offert par les Evêques du Pakistan à la manifestation du 18 juin, et salue avec grande joie aussi le résultat du référendum en Italie sur la procréation assistée, qui a marqué la défense de l'être conçu. (P.A.) (Agence Fides, 17 juin 2005


Egypte, la petite communauté catholique derrière l'Espagne
"C'est un paradoxe que la petite communauté chrétienne locale, qui lutte pacifiquement chaque jour pour conserver sa propre identité, doive subir des conséquences du relativisme éthique européen"


Russie : soutient à l'Espagne pour le 18 juin
Mgr Tadeusz Kondrusiewicz, archeveque du diocèse de la Mère de Dieu à Moscou soutient la manifestation de Madrid : "J'appuie pleinement l'engagement des catholiques en Espagne et leurs Eveques, parce qu'est en jeu la famille comme Dieu lui-meme l'a créée".


PEROU - « Nous souhaitons que la manifestation de Madrid connaisse une adhésion massive de la part du peuple espagnol
Nous suivons avec tristesse et une profonde préoccupation les attaques contre la famille en Espagne, et surtout contre le droit des enfants à croître dans une famille constituée d'un père et d'une mère ». C'est la déclaration faite par le Père Victor Livori, MSSP, Supérieur Provincial de la Société Missionnaire de Saint Paul au Pérou, et directeur archidiocésain des OPM à Arequipa. Aussi, dit-il, nous voulons rappeler avant tout que « la cellule fondamentale de la société est la famille, constituée chrétiennement d'un homme et d'une femme. Aussi, si l'on approuvait le projet espagnol de loi, nous serions profondément peinés par les conséquences tragiques qu'il y aurait sur les enfants, contraints à vivre avec un couple d'homosexuels, parce que les enfants, pour leur développement normal, ont besoin de solides figures de référence ».
« Nous confions à Notre-Dame de Chapi le peuple espagnol, et en particulier les enfants et les jeunes, et nous nous serrons avec aux, en ce moment particulier de leur histoire, au nom de ma Famille Religieuse et de mes paroissiens de la paroisse Saint Paul de Buenos-Aires de Cayma, zone périphérique de Arequipa, j'exprime mon soutien spirituel, nos félicitations et notre appui aux organisateurs de la manifestation du 18 juin à Madrid pour la défense de la famille authentique, du droit des enfants, et pour la liberté. Le Père Livori souhaite que ce soit une adhésion massive de tout le peuple espagnol, « auquel nous regardons comme à la 'Mère Patrie' qui a apporté à nos nations le don précieux de la foi catholique, et donc les principes moraux qui découlent de la liberté que Dieu nous a donnés ». (R.Z.) Agence Fides, 17 juin 2005,


CONGO-BRAZZAVILLE - « La décadence morale de l'Occident commence à toucher aussi l'Afrique
Nous voyons tous les jours des attaques contre la famille sous forme de violences accomplies par des soldats ou des miliciens contre de pauvres femmes, des mères de famille sans défense » déclare à l'agence Fides un Missionnaire Spiritain qui travaille dans le Pool, la région du Congo-Brazzaville toujours en proie à l'anarchie en raison de la présence de rebelles et de malfaiteurs. Le religieux déclare : « La culture africaine est fondée sur la famille. Malheureusement, depuis quelques années, même au Congo, on note des déviations apportées par la culture occidentale. La violence sans discrimination sur la femme en est la première conséquence ».
« La présence de personnel étranger, et la circulation de films et de cassettes vidéos à fort contenu érotique amènent un nombre croissant de Congolais à des attitudes qui ne font pas partie de la morale sexuelle traditionnelle. L'homosexualité par exemple n'était pas répandue jusqu'à il y a peu de temps au Congo-Brazzaville. Mais à présent, des personnes ont été initiées aux pratiques homosexuelles par des Européens ».
Si la famille est ainsi menacée au Congo-Brazzaville en raison surtout de l'insécurité et de la pauvreté, on note malheureusement les premiers signes de cette décadence morale qui touche le monde occidental. Aussi, elle est la bienvenue la manifestation du samedi 18 juin à Madrid pour la défense de la famille naturelle », conclut le missionnaire. (L.M.) (Agence Fides, 17 juin 2005


ESPAGNE - Pour la manifestation du 18 juin, sont accrédités plus de 500 journalistes de 20 pays ; la vague des adhésions internationales s'amplifie ; des menaces sont adressées aux organisateurs, et l'on incite à saboter la manifestation
La manifestation de Madrid du 18 juin entraîne une adhésion massive de la part de tous les secteurs de la société. Pour l'instant, on assure la présence de 500 autobus, mais ils seront certainement plus nombreux, car le seul Diocèse de Valence en envoie 200. Cinq avions transporteront depuis les îles Baléares des participants à la manifestation. Les adhésions internationales sont nombreuses. On attend plus d'un million de personnes. L'Université de Murcia a apporté son appui total à cette manifestation et coordonne le transport en autobus de milliers d'habitants de la ville. Son Président a déclaré : « Il est important de montrer un refus clair devant le mépris que manifeste le gouvernement socialiste envers le mariage ». Il sera présent aux côtés des milliers de ses concitoyens de Murcia. L'Université de Valence elle aussi a adhéré à la manifestation, ainsi qu'une centaine de mouvements et d'associations familiales des différents Diocèses. La présence des journalistes s'annonce importance, et dépasse toutes les prévisions : plus de 5000 journalistes et plus de 100 moyens d'information de 20 pays ont été accrédités pour suivre l'événement.
Les organisateurs veulent que le gouvernement reçoive et écoute les familles, parce que, jusqu'à présent, et malgré les signatures recueillies pour soutenir l'initiative populaire « pour le mariage et pour l'enfance », personne n'a daigné recevoir les représentants de cette initiative.
D'autre part, les organisateurs ont déclaré qu'ils étaient surpris de voir la réaction violente des organisations homosexuelles, et des attaques faites depuis quelques semaines après le rapport rédigé par des experts sur les conséquences pour les enfants adoptés par des couples homosexuels, et qui a été envoyée çà tous les Sénateurs. Plusieurs sites Internet incitent à la violence contre le mouvement familial et contre l'Eglise, et suggèrent des actes de sabotage de la manifestation. Des actes d'intimidation ont déjà eu lieu ainsi que des agressions. Les organisateurs de la manifestation ont pourtant bien précisé en de nombreuses occasions que l'on ne voulait pas lutter contre les homosexuels, mais contre une loi qui nuit à la famille. « En considération de ces situations déplorables, déclare le Président de HazteOir, un des slogans sous lesquels on convoque la manifestation prend plus de sens encore 'Pour la liberté'... Le débat sur l'adoption et sur le mariage entre personnes du même sexe a été soumis à des tentatives constantes de faire taire les voix discordantes, provenant même du milieu scientifique et juridique ». (R.G.) (Agence Fides, 16 juin 2005


GUINEE-BISSAU - « Vous êtes fous, vous, européens : mais comment peut-on faire un mariage entre hommes
« Nous sommes solidaires avec la manifestation organisée par la famille qui aura lieu le samedi 18 juin à Madrid » déclare à l'agence Fides le Père Dionisio Ferraro, curé de l'église Notre-Dame de Fatima à Bissau, Capitale de Guinée-Bissau. La manifestation qui aura lieu avec le mot d'ordre : « La famille est importante. Pour le droit à un père et à une mère. Pour la liberté ».
« Nous sommes en contact par la pensée avec tous les participants parce que, ici aussi en Afrique, nous ressentons l'exigence de défendre l'institution de la famille contre les nombreuses attaques qu'elle connaît de plusieurs parties ».
« En Afrique, le problème principal auquel doit faire face la famille est l'infidélité conjugale. Il y a des situations de trahison et de polygamie qui mettent en sérieuse difficulté la famille conçue comme petite Eglise domestique. Ces problèmes dérivent de facteurs culturels, mais aussi économiques. L'infidélité en effet ne concerne pas seulement le mari mais aussi l'épouse. Des femmes qui ont un mari qui n'est pas capable de pourvoir économiquement aux besoins de la famille 's'appuient' sur un autre homme, en arrivant ainsi à créer une situation de bigamie de fait ».
L'Eglise fait de grands efforts pour éduquer les couples à la fidélité. Pendant le cours de préparation au mariage, nous insistons sur la fidélité, sur la prière, le travail et le propre partenaire. Nous enseignons que la fidélité à la prière et au travail sont indispensables pour rester fidèles au partenaire ».
« Mais en Afrique il n'y a pas encore de situations qui mettent en crise l'institution du mariage comme celles que l'on trouve en Europe et aux Etats-Unis. Mettre sur le même plan les couples homosexuels et la famille est inconcevable dans la mentalité africaine. Des paroissiens qui regardent les nouvelles sur les chaînes internationales sont ébahis et viennent chez moi pour me dire : Père, mais vous êtes fous, vous, européens : mais comment peut-on faire un mariage entre hommes ? ». (L.M.) (Agence Fides, 15 juin 2005


MADAGASCAR - « Soutenir toujours la famille fille du droit naturel que Dieu a donné à l'humanité
« La vision de la famille comme institution naturelle voulue par Dieu doit être soutenue, et nous accueillons bien volontiers toutes les initiatives dans ce but », déclare Mgr Fulgence Rabeony, S.J, Archevêque de Toliara et Président de la Conférence Episcopale, qui exprime sa solidarité avec la manifestation de Madrid du 18 juin pour la défense de la famille.
« Une de nos principales préoccupations, comme Evêques, est de promouvoir la famille fondée sur le droit naturel que le Seigneur nos a donné. Grâce à Dieu, nous n'avons pas encore à Madagascar d'attaques contre la famille, comme celles qui se produisent en Europe. Mais i y a d'autres problèmes, comme par exemple la polygamie, qui est toujours répandue dans plusieurs régions du pays ».
« L'Eglise réalise une oeuvre incessante d'éducation afin d'aider les familles. Un des problèmes que rencontrent les familles et en effet de donner une instruction adéquate à leurs enfants. Nous avons donc organisé des programmes dans tout Madagascar pour offrir aux parents la possibilité de faire étudier leurs enfants », conclut l'Archevêque de Toliara. (L.M.) (Agence Fides, 15 juin 2005


COREE - "L'Eglise de Corée est avec vous", déclare aux Evêques espagnols le Président de la Conférence Episcopale de Corée
Dans un pays où les expériences sur le clonage des embryons fait par le professeur Hwang ont déconcerté et soulevé un débat qui a divisé la nation, l'Eglise continue à exercer son autorité et son influence sociale pour défendre les valeurs de la vie et de la famille.
Pour cela, la Conférence Episcopale de Corée a voulu exprimer son plein appui à la manifestation soutenue par l'Eglise d'Espagne, engagée sur le même front : Mgr Andreas Choi Chang-mou, Archevêque de Kwangju et Président de la Conférence Episcopale a déclaré à l'agence Fides : « Nous soutenons l'initiative courageuse de la Conférence Episcopale d'Espagne pour la défense de la vie et de la famille. Nous disons aux Evêques d'Espagne : l'Eglise de Corée est avec vous, au moment où vous cherchez à défendre dans votre nation les valeurs morales et sociales fondamentales. Nous prions pour que le Seigneur soit avec vous et que votre travail précieux obtienne de bons résultats ».
De nombreux Evêques de Corée, ces jours derniers, ont accueilli avec joie le résultat du référendum en Italie sur la procréation assistée, en soulignant que le vote italien avait servi à renforcer les catholiques dans le monde entier, et à donner le courage à ne pas abandonner la lutte pour la défense de la vie humaine à naître.
L'Eglise de Corée a consacré au thème de la défense de la vie et de la famille, son propre engagement pastoral lors de ces dernières années. L'an passé, l'Eglise a accueilli l'Assemblée des Evêques d'Asie sur le thème « 'La Famille asiatique vers une culture de la vie ». Dans le message de conclusion, les Evêques, sans cacher les difficultés que doit affronter la famille dans le continent asiatique, rappelaient : « Seule une culture de la vie, qui s'inspire aux valeurs du Royaume de Dieu, peut promouvoir le bien des familles ». La culture de la vie signifie « la protection de la vie humaine dans toutes ses dimensions, de sa conception à la mort », et « la primauté de la dignité humaine sur l'efficacité et sur l'économie ».
Au mois de décembre 2004, les Evêques de Corée ont publié aussi une Lettre pastorale intitulée « La famille, lieu de l'amour et de la vie » ; ils y déclarent notamment : « Toutes les familles devraient chercher à devenir des communautés de communion et d'amour », et ils donnent des suggestions pratiques : développer des programmes de formation, constituer de petites comunautés de familles, former des laïcs pour la pastorale de la famille, offrir des conseils humains et spirituels aux divorcés, aux divorcés remariés, aux personnes touchées par la violence en famille. (P.A.) (Agence Fides, 15 juin 2005


ESPAGNE - Appui unanime des Evêques pour la manifestation du 18 juin organisée par le Forum de la Famille
A quelques jours de la manifestation de protestation du 18 juin à Madrid, les organisateurs continuent à recevoir des adhésions de tous les secteurs de la société. L'Eglise d'Espagne a manifesté son appui total à la manifestation. Une note de la Conférence Episcopale d'Espagne (cf Agence Fides 13/6/2005) invite les fidèles à participer à la manifestation, en considérant qu'elle est une chose juste, parce que « nous nous trouvons devant une question de la plus haute importance morale et sociale qui exige des citoyens, et en particulier des catholiques, une réponse claire et incisive, en se servant de tous les moyens légitimes ».
De nombreux Evêques ont manifesté leur adhésion et ont confirmé leur participation, en invitantt aussi les fidèles à participer. Dans la majorité des paroisses espagnoles, on a diffusé dimanche dernier des documents et des affiches des délégations diocésains « Famille et Vie » et des Conseils des Laïcs, avec l'approbation des différents Evêques ; tous les fidèles y sont invités à prendre part à la manifestation du 18 juin.
Le Cardinal Antonio Maria Rouco Varela, Archevêque de Madrid, dans son discours habituel du dimanche aux micros de Radio COPE, a rappelé : « Le mariage et la famille sont des réalités enracinées dans la nature même de l'homme, et elles ne peuvent donc être modifiées, retournées selon le propre arbitre, ou manipulées par aucun pouvoir humain ». Face à ces tentatives législatives, le Cardinal se demande « comment la conscience chrétienne peut-elle ne pas réagir, ainsi que celle de toute personne de bon sens, en se servant des ressources d'une société libre et démocratique ? ».
L'Archevêque de Grenade, Mgr Javier Martinez, a déclaré dans une note : « La cause de cette manifestation non seulement est juste, mais elle est d'une gravité extrême », et la mise en pratique de ces nouvelles mesures « causera un dommage énorme et sera une source de destruction et de souffrances sans fin pour la société espagnole ». L'Evêque considère que le projet de loi est « inique, discriminatoire des vrais mariages » ; il encourage les fidèles à partager la responsabilité « des biens qui sont en jeu ». Il mettra 22 autobus à la disposition des fidèles qui partiront samedi de Grenade pour Madrid.
Dans un communiqué de presse, Mgr Amadeo Rodriguez Magro, Evêque de Plasencia appuie pleinement tout ce qui a été exprimé par la Conférence Episcopale au nom de tous les Evêques espagnols, et manifeste ouvertement son adhésion à la manifestation. De même les Evêques de Mérida-Badajoz, et de Coria-Caceres, ont déclaré qu'ils étaient favorables à la manifestation, et ont invité leurs fidèles à participer, parce que « c'est un moyen légitime de remplir leur propre devoir au service du bien commun ». (R.G.) (Agence Fides, 15 juin 2005,


ESPAGNE : le parcours refusé à la manif pour la famille, accordé à la marche gay
Quelques jours avant la grande manifestation qui, avec le mot d'ordre « La Famille est Importante », a invité les catholiques espagnols à protester, le 18 juin contre la politique du gouvernement sur la famille, le Forum Espagnol de la Famille (FEF) qui a organisé cette initiative, dénonce le fait que la Délégation du gouvernement à Madrid continue à mettre des obstacles « en cherchant à boycotter une initiative civile et démocratique ». D'après un communiqué envoyé à l'agence Fides, le FEF dénonce le fait que l'on a retiré la permission de suivre le parcours initialement prévu, entre Cibeles et Colon, sous le prétexte que les manifestants occuperaient la Castellana, une rue centrale de Madrid, paralysant ainsi toute la ville. En remplacement, on a accordé un autre parcours qui, d'après les organisateurs sera insuffisant pour accueillir toutes les personnes qui viendront à Madrid de tout le Pays. Toutefois, le FEF souligne le fait que le parcours refusé à la manifestation pour la famille, est celui qui a été accordé pour la marche de « l'orgueil gay » qui aura lieu quelques semaines plus tard, et qui rassemblera certainement un nombre moins important de personnes que la manifestation du 18 juin.
En outre, à cinq jours seulement de la manifestation, et après plusieurs réunions avec les organisateurs, la Délégation n'a pas encore résolu le problème pour garer les 600 autobus qui doivent arriver dans la Capitale. Les organisateurs craignent en outre que l'on manipule les chiffres « comme cela a déjà eu lieu de manière scandaleuse pour la manifestation sur les victimes du terrorisme ». « Nous tentons de faciliter le travail, mais la Délégation du Gouvernement tente d'estomper le succès d'une manifestation qui montrera le manque total de volonté de dialogue du gouvernement ». (R.G.) (Agence Fides, 14 juin 2005


ARGENTINE : intervention de Mgr Carlos José Nañez sur homosexualité et famille
Mgr Carlos José Nañez, Archevêque de Cordoba, et Président de la Commission Episcopale pour la Pastorale de la Famille, de la Conférence Episcopale, a souligné avec clarté, dans un entretien avec l'agence Fides, qu'était en cours une campagne organisée pour la présentation de lois dans plusieurs Etats contre la vie et contre la famille.
Excellence, dans les gouvernements de plusieurs pays du monde, on discute des lois qui portent atteinte à la vie et à la famille. Cette coïncidence peut-elle être le fruit du hasard ?
Il faut noter avec certitude que la présentation de certains projets de lois qui portent atteinte à la vie, se fait presque de manière contemporaine dans plusieurs pays d'Amérique Latine, ou dans les différentes législatures provinciales des pays qui ont un système fédéral, comme c'est le cas de l'Argentine. Non seulement les projets sont contemporains, mais ils ont une rédaction semblable, et ceci fait penser qu'il s'agit de campagnes organisées, et de matériaux préparés et distribués auparavant, pour imposer un critère déterminé qui corresponde aux intérêts économiques voire même géopolitiques.
Par le moyen de la loi, on cherche même à mettre sur le même pied l'union entre personnes du même sexe et le mariage. Comment juger cette situation ? Comment intervenir ?
Je crois qu'il est inadmissible de mettre sur le même pied l'union de personnes du même sexe avec la réalité du mariage, et, pire encore, d'établir un soi-disant droit à l'adoption. Les personnes homosexuelles doivent être respectées dans leur dignité et ne doivent pas subir de discriminations. On peut même chercher de fixer légalement les conséquences d'une vie commune stable, mais sans arriver jamais à mettre sur le même pied cette union et un mariage.
L'Eglise d'Argentine intervient pour la défense de la vie et de la famille, de deux manières. La première, en formant les catholiques et toutes les personnes de bonne volonté, croyants ou non, sur la valeur sacrée et intangible de la vie humaine, et en les informant en outre sur les initiatives qui portent atteinte ou qui peuvent lui porter atteinte. L'autre manière se fait en assurant la promotion et en appuyant des initiatives concrètes pour la défense de la vie menacée, comme c'est le cas de plusieurs institutions qui assistent les mères qui risquent d'avorter, pour les accompagner à affronter sereinement l'accouchement. N'oublions pas que, d'après la législation de notre pays, qui a rang constitutionnel, la vie humaine est reconnue dès le moment même de la conception. (R.Z.) (Agence Fides, 10 juin 2005

Sommaire documents

Site par Vive la Vie . Plan du site . Mentions légales . Parmi nos amis . Flux RSS . Twitter . Mis à jour le 28 nov. 2014 - Site accessible sur smartphone

Famille Missionnaire de l'Evangile de la Vie - 32, cours de la République - 84500 BOLLENE