Divers

Imprimer la page

L'avortement est toujours un drame - Mgr Gilbert Aubry - 22 janvier 2008


L'avortement est toujours un drame, rappelle l'évêque de La Réunion

Communiqué de Mgr Gilbert Aubry



FAIRE REUSSIR LA VIE !


J'ai donné mon accord pour faire partie du Comité de Soutien de « la marche pour la vie » qui s'est déroulée à Paris dimanche dernier 20 janvier. En effet, il est grand temps de s'interroger sur le fonctionnement et l'utilisation de la loi concernant l'avortement provoqué. Il s'est créé une mentalité qui assimile souvent l'avortement à la contraception. Il s'agit d'interpeller des consciences et l'opinion publique.

La vie humaine est une vie humaine dès le premier instant de la conception dans le sein maternel. C'est toute la personne humaine qui est déjà dans la première cellule, dans l'embryon puis le foetus. Cet être humain sans défense a le droit de mûrir, de naître et de vivre. C'est donc notre devoir de protéger la vie humaine en développant les conditions de sa réussite. Faire réussir la vie !

En 1995, le Conseil Permanent de la Conférence des Evêques de France avait déjà affirmé : « Nul ne peut déclarer droit humain ce qui implique un déni d'humanité. Les dispositions législatives [...] qui dépénalisent dans certaines conditions l'avortement provoqué, ne sauraient être interprétées comme exprimant ou créant un droit ». En rigueur de terme, contrairement à ce qui se dit dans le langage courant, il n'y a pas de « droit à l'avortement ». Par contre, il y a un droit des femmes en détresse à être soutenues et aidées pour échapper aux contraintes qui peuvent les conduire à ne voir d'autre issue à leur situation que l'avortement.


L'avortement est toujours un drame pour la femme concernée, pour l'être humain détruit, pour la société. Il faut donc travailler en amont pour mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la vie et à la santé, pouvoir travailler, disposer d'un toit, fonder une famille dans un climat de respect des personnes, de paix et de sécurité. Les femmes qui envisagent l'avortement doivent pouvoir compter sur un réseau de soutiens affectifs et effectifs grâce à des personnes qualifiées : réfléchir sur la vie, sur leur vie et s'entraider. L'Eglise, pour sa part, y travaille régulièrement.

S'il y a malheureusement avortement, l'acte sera toujours grave. Mais la responsabilité sera graduée selon les personnes et ce qu'elles ont vécu. Il faut toujours distinguer l'acte et la personne. La femme qui connaît le drame de l'avortement doit toujours être accueillie et ne pas être jugée. Il s'agit de l'aider, toujours dans un réseau de relations, à surmonter la situation en assumant les conséquences de son geste souvent à l'origine d'un traumatisme. Hélas, dans la plupart des cas, c'est la solitude.

En définitive, quelle idée nous faisons-nous de la sexualité humaine ? Quel sens à la sexualité ? Dans une société hyper érotisée, où l'on confond liberté et licence, où certains revendiquent le « droit » à la perversité, où des adolescents réalisent leur propre film porno sur téléphone portable, faire l'apologie du « droit à l'avortement » c'est faire sauter encore un peu plus les repères dont toute société a besoin si elle ne veut pas se détruire. Une personnalité comme le Dalaï-Lama affirme d'une manière forte : « l'avortement est un meurtre ».

A La Réunion, selon les critères de l'INSEE, le nombre d'IVG a tendance à diminuer depuis dix ans avec un maximum atteint de 4827 IVG en 1994. En 2004, il y a eu 4264 IVG pour 14545 naissances et en 2005, 4518 IVG pour 14610 naissances. Mais une étude de la DRASS souligne que « la part des IVG de mineures dans le nombre total d'IVG a presque doublé, de 6,2% en 1996 à 11,3% en 2004 ». C'est alarmant quant aux conséquences ! N'oublions pas que l'IVG est un avortement. Avec des approches différentes, n'y aurait-il pas moyen de rechercher et de promouvoir un langage dynamisant sur la vie, le couple, la famille, la société... pour donner à nos jeunes envie de vivre avec une parentalité responsable ? Il nous faut tous travailler à faire reculer le fléau de l'avortement par l'éducation et la responsabilité et faire reculer les détresses qui empêchent de faire réussir la vie dans l'intégralité de l'amour humain. Avec beaucoup d'amour et de miséricorde.

Le 22 janvier 2008

Monseigneur Gilbert AUBRY



Sommaire documents

Site par Vive la Vie . Plan du site . Mentions légales . Parmi nos amis . Flux RSS . Twitter . Mis à jour le 21 oct. 2014 - Site accessible sur smartphone

Famille Missionnaire de l'Evangile de la Vie - 32, cours de la République - 84500 BOLLENE