Accueil > Evénements > Actualité > Glasgow : Homélie de Benoit XVI : Nous sommes face à une "dictature du relativisme"

Actualité

Imprimer la page

Glasgow : Homélie de Benoit XVI : Nous sommes face à une "dictature du relativisme"

Publiée le 16-09-2010

Homélie de la Messe célébrée en Ecosse, jeudi 16 septembre 2010 (Intégralité). Messe célébrée sur le même lieu que l'avait célébrée Jean Paul II en 1982

Chers frères et sœurs dans le Christ,

« Le Royaume de Dieu est tout proche de vous !» (Lc 10, 9). C'est par ces mots de l'Évangile que nous venons d'écouter que je vous salue tous avec une grande affection dans le Seigneur. Oui, le Royaume du Seigneur est déjà au milieu de nous. Dans cette célébration eucharistique durant laquelle l'Église qui est en Écosse est rassemblée autour de l'autel en union avec le Successeur de Pierre, réaffirmons notre foi dans les paroles du Christ et notre espérance - une espérance qui ne déçoit jamais - en ses promesses. Je salue cordialement le Cardinal O'Brien et les Évêques d'Écosse ; je remercie en particulier Monseigneur Conti pour les aimables paroles de bienvenue qu'il m'a adressé en votre nom ; et j'exprime ma profonde gratitude pour le travail réalisé par les gouvernements britannique et écossais et par les responsables de la ville de Glasgow pour permettre cet événement.

 

L'Évangile d'aujourd'hui nous rappelle que Jésus continue d'envoyer ses disciples à travers le monde afin d'annoncer l'avènement de son Royaume et d'apporter sa paix dans le monde, d'abord de maison en maison, puis de famille en famille, et de ville en ville. Je suis venu chez vous, fils spirituels de saint André, comme un messager de cette paix et pour vous confirmer dans la foi de Pierre (cf. Lc 22, 32). C'est avec une certaine émotion que je vous parle, non loin du lieu où mon vénéré prédécesseur, le Pape Jean-Pape II, célébra la messe avec vous, il y a presque trente ans, et où il fut accueilli par la plus grande foule jamais rassemblée dans l'histoire écossaise.

Depuis cette visite historique, beaucoup d'événements se sont passés en Écosse et au sein de l'Église qui est dans ce pays. Je constate avec une profonde satisfaction combien l'appel à marcher main dans la main avec vos frères chrétiens, que le Pape Jean-Paul II vous avait adressé, a contribué à faire grandir la confiance et l'amitié avec les membres de l'Église d'Écosse, ceux de l'Église épiscopale écossaise et d'autres encore. Je vous encourage à continuer de prier et de travailler avec eux à la construction d'un avenir plus radieux pour l'Écosse, un avenir basé sur notre héritage chrétien commun. Dans la première lecture d'aujourd'hui, nous avons entendu saint Paul encourager les Romains à reconnaître que, comme membres du Christ, ‘nous sommes membres les uns des autres' (Rm 12, 5), et à vivre dans le respect et l'amour mutuel. Dans cet esprit, je salue les représentants œcuméniques qui nous honorent de leur présence. Cette année marque le 450ème anniversaire de la création du Parlement de la Réforme ainsi que le 100ème anniversaire de la Conférence Missionnaire Mondiale d'Édimbourg, qui est largement reconnue comme le point de départ du mouvement œcuménique moderne. Rendons grâce à Dieu pour l'espoir que représentent les efforts de compréhension et de coopération œcuméniques, en vue d'un unique témoignage à la vérité du salut qu'est la Parole de Dieu, dans une société soumise aujourd'hui à de rapides changements.

Parmi les différents dons énumérés par saint Paul pour la construction de l'Église figure celui de l'enseignement (cf. Rm 12, 7). L'annonce de l'Évangile a toujours été accompagnée par un souci pour les paroles : la parole inspirée de Dieu, et la culture dans laquelle celle-ci s'enracine et fleurit. Ici en Écosse, je pense aux trois universités médiévales fondées par les papes, en particulier à l'université Saint-André qui va célébrer cette année le 600ème anniversaire de fondation. Dans les trente dernières années, avec le concours des autorités civiles, les écoles catholiques écossaises ont relevé le défi de procurer une éducation intégrale à un plus grand nombre d'étudiants, et cela a aidé des jeunes non seulement dans leur croissance spirituelle et humaine, mais aussi pour leur insertion dans la vie professionnelle et publique. C'est un signe de grande espérance pour l'Église, et j'encourage les professionnels catholiques, hommes politiques et professeurs d'Écosse, à ne jamais perdre de vue leur vocation qui est de mettre leurs talents et leur expérience au service de la foi, en s'engageant à tous les niveaux de la culture contemporaine écossaise.

L'évangélisation de la culture est d'autant plus importante de nos jours, alors qu'une "dictature du relativisme" menace d'obscurcir l'immuable vérité sur la nature humaine, sa destinée et son bien suprême. Certains cherchent aujourd'hui à exclure la croyance religieuse du discours public, à la limiter à la sphère privée ou même à la dépeindre comme une menace pour l'égalité et pour la liberté. Pourtant, la religion est en fait une garantie de liberté et de respect authentiques, car elle nous conduit à considérer chaque personne comme un frère ou une sœur. Pour cette raison, je lance un appel particulier à vous les fidèles laïcs, en accord avec votre vocation et votre mission baptismales, à être non seulement des exemples de foi dans la vie publique, mais aussi à introduire et à promouvoir dans le débat public l'argument d'une sagesse et d'une vision de foi. La société d'aujourd'hui a besoin de voix claires qui prônent notre droit de vivre, non pas dans une jungle de libertés autodestructrices et arbitraires, mais dans une société qui travaille pour le vrai bien-être de ses citoyens et qui, face à leurs fragilités et leurs faiblesses, leur offre conseils et protection. N'ayez pas peur de prendre en main ce service de vos frères et sœurs pour l'avenir de votre nation bien-aimée.

Saint Ninian, dont nous célébrons la fête aujourd'hui, n'a pas eu peur d'être une voix solitaire. Sur les pas des disciples que notre Seigneur envoyait devant lui, Ninian fut l'un des tout premiers missionnaires catholiques à apporter à ses frères britanniques la bonne nouvelle de Jésus Christ. Son poste missionnaire, à Galloway, devint le centre de la première évangélisation de ce pays. Ce travail fut plus tard poursuivi par saint Mungo, le saint Patron de Glasgow, et par d'autres saints, parmi lesquels saint Colomba et sainte Marguerite sont les plus grands. Inspirés par leurs exemples, beaucoup d'hommes et de femmes ont œuvré au long des siècles pour vous transmettre la foi. Puisse l'exhortation faite par saint Paul dans la première lecture, vous inspirer constamment : « Ne brisez pas l'élan de votre générosité, mais laissez jaillir l'Esprit ; soyez les serviteurs du Seigneur. Aux jours d'espérance, soyez dans la joie ; aux jours d'épreuve, tenez bon ; priez avec persévérance » (cf. Rm 12, 11-12).

J'aimerais à présent adresser un message particulier aux Évêques d'Écosse. Chers frères, je vous encourage dans votre charge pastorale auprès des catholiques d'Écosse. Comme vous le savez, l'un de vos premiers devoirs pastoraux est envers vos prêtres (cf. Presbyterorum Ordinis, 7) et doit viser leur sanctification. De même qu'ils sont alter Christus pour la communauté catholique, ainsi l'êtes-vous aussi pour eux. Dans votre ministère fraternel envers vos prêtres, vivez en plénitude la charité qui vient du Christ et collaborez avec tous, spécialement avec ceux qui ont peu de contact avec leurs confrères prêtres. Priez avec eux pour les vocations, afin que le Maître de la moisson envoie des ouvriers pour sa moisson (cf. Lc 10, 2). De même que l'Eucharistie fait l'Église, ainsi le sacerdoce est central pour la vie de l'Église. Engagez-vous personnellement dans la formation de vos prêtres afin qu'ils deviennent un groupe d'hommes capables d'en inspirer d'autres à se consacrer totalement au service du Dieu Tout-puissant. Prenez aussi soin des diacres dont le ministère de service est lié de manière particulière à celui de l'ordre des Évêques. Pour eux, soyez des pères et des guides vers la sainteté, et encouragez-les à acquérir connaissance et sagesse dans l'accomplissement de la mission d'annonce à laquelle ils ont été appelés.

Chers prêtres d'Écosse, vous êtes appelés à la sainteté et au service du peuple de Dieu en modelant vos vies sur le mystère de la croix du Seigneur. Prêchez l'Évangile avec un cœur pur et une conscience transparente. Consacrez-vous à Dieu seul et vous deviendrez pour les jeunes des exemples lumineux d'une vie sainte, simple et joyeuse : à leur tour, ils désireront vous rejoindre dans votre service exclusif de servir le peuple de Dieu. Puisse l'exemple de dévouement, de désintéressement et de courage de saint Jean Ogilvie vous inspirer tous ! De même, j'encourage les moines, les religieuses et les religieux d'Écosse à être comme la lumière placée sur la colline, menant une authentique vie chrétienne de prière et d'action qui rend un témoignage lumineux à la puissance de l'Évangile.

Je désire enfin m'adresser à vous, chers jeunes catholiques d'Écosse. Je vous invite à mener une vie digne de notre Seigneur (cf. Eph 4, 1) et de vous-mêmes. Chaque jour, vous êtres soumis à de nombreuses tentations - drogue, argent, sexe, pornographie, alcool - dont le monde prétend qu'elles vous donnent le bonheur. Mais ces choses détruisent et divisent. Il n'y a qu'une seule chose qui soit durable : l'amour de Jésus Christ pour chacun de vous personnellement. Cherchez-le, connaissez-le et aimez-le, et il vous rendra libres de l'esclavage d'une existence attrayante mais superficielle, souvent proposée par la société d'aujourd'hui. Laissez de côté ce qui ne vaut rien et apprenez votre propre dignité de fils de Dieu. Dans l'Évangile d'aujourd'hui, Jésus nous demande de prier pour les vocations : je prie pour que beaucoup d'entre vous connaissent et aiment Jésus Christ et, qu'à travers cette rencontre, ils se consacrent complètement à Dieu, particulièrement ceux d'entre vous qui sont appelés au sacerdoce et à la vie religieuse. C'est le défi que le Seigneur vous lance aujourd'hui : l'Eglise vous appartient dès maintenant.

Chers amis, j'exprime une fois encore ma joie de célébrer cette messe avec vous. Je suis heureux de vous assurer de mes prières dans l'antique langue de votre pays : Sìth agus beannachad Dhe dhuibh uile ; Dia bhi timcheall oi rbh ; agus gum beannaicheadh Dia Alba. La paix et la bénédiction de Dieu soient avec vous tous ; Dieu vous protège, et qu'Il bénisse le peuple écossais !

 

< Voir toutes les actualités

Archives

Site par Vive la Vie . Plan du site . Mentions légales . Parmi nos amis . Flux RSS . Twitter . Mis à jour le 24 juil. 2014 - Site accessible sur smartphone

Famille Missionnaire de l'Evangile de la Vie - 32, cours de la République - 84500 BOLLENE