Accueil > Evénements > Actualité > Il y a une guerre mondiale pour détruire le mariage.

Actualité

Imprimer la page

Il y a une guerre mondiale pour détruire le mariage.

Publiée le 03-10-2016

Extraits de la rencontre du Pape François avec les prêtres, religieux, religieuses, séminaristes, en Géorgie, samedi 1er octobre

     Nous avons parlé avec le prêtre, avec les religieux, avec les consacrés de la foi solide ; mais comment est la foi dans le mariage ? Le mariage est la chose la plus belle que Dieu a créée. La Bible nous dit que Dieu a créé l’homme et la femme, il les a créés à son image (cf. Gn 1, 27). C’est-à-dire, l’homme et la femme qui deviennent une seule chair sont à l’image de Dieu. J’ai compris, Irina, quand tu expliquais les difficultés qui arrivent tant de fois dans le mariage : les incompréhensions, les tentations… “Bah ! résolvons la chose par le chemin du divorce, et ainsi je m’en cherche un autre, lui s’en cherche une autre, et nous recommençons de nouveau”. Irina, tu sais qui paie les frais du divorce ? Deux personnes, elles paient. Qui paie ?

[Irina répond : toutes les deux]

Toutes les deux ? Bien plus ! Dieu paie, parce que lorsque se divise “une seule chair”, on salit l’image de Dieu. Et les enfants, les petits paient. Vous ne savez pas, chers frères et sœurs, vous ne savez pas combien souffrent les enfants, les petits enfants, quand ils voient les

disputes et la séparation des parents ! On doit tout faire pour sauver le mariage. Mais est-il normal que dans le mariage on se dispute ? Oui, c’est normal. Cela arrive. Parfois “les assiettes volent”. Mais si l’amour est vrai, alors on fait la paix tout de suite. Je conseille aux époux : disputez-vous tant que vous voulez, disputez-vous tant que vous voulez mais ne finissez pas la journée sans faire la paix. Savez-vous pourquoi ? Parce que “la guerre froide” du jour suivant est très dangereuse. Beaucoup de mariages se sauvent s’ils ont le courage, à la fin de la journée, de ne pas faire un discours, mais une caresse, et la paix est faite ! Mais il est vrai, il y a de situations plus complexes, quand le diable s’immisce et met devant l’homme une femme qui lui semble plus belle que la sienne, ou quand il met devant la femme un homme qui lui semble meilleur que le sien. Demandez de l’aide tout de suite. Quand vient cette tentation, demandez de l’aide tout de suite.

C’est cela que tu disais [Irina] d’aider les couples. Et comment aide-t-on les couples ? On les aide par l’accueil, la proximité, l’accompagnement, le discernement et l’intégration dans le corps de l’Église. Accueillir, accompagner, discerner et intégrer. Dans la communauté catholique on doit aider à sauver les mariages. Il y a trois paroles : ce sont des paroles d’or dans la vie du mariage. Je demanderai à un couple : “Vous vous aimez ?” - “Oui”, ils diront. “Et quand il y a quelque chose que l’un fait pour l’autre, savez-vous dire merci ? Et si un des deux fait une diablerie, savez-vous demander pardon ? Et si vous voulez réaliser un projet, [par exemple] passer une journée à la campagne, ou n’importe quelle autre chose, vous savez demander l’opinion de l’autre ?” Trois paroles : “ Qu’est ce qui te semble ? Je peux ? ”; “merci ”; “pardon”. Si dans les couples on utilise ces paroles : “Pardonne-moi, je me suis trompé” ; “Je peux faire cela ?” ; ou “Merci de ce bon repas que tu m’as fait” ; “Je peux ?”; “merci ”; “pardon”, si on utilise ces trois paroles, le mariage ira bien. C’est une aide.

Toi, Irina, tu as mentionné un grand ennemi du mariage, aujourd’hui : la théorie du gender.Aujourd’hui, il y a une guerre mondiale pour détruire le mariage. Aujourd’hui il y a des colonisations idéologiques qui détruisent, mais on ne détruit pas avec les armes, on détruit avec les idées. Donc, il faut se défendre des colonisations idéologiques.

S’il y a des problèmes, faire la paix le plus vite possible, avant que finisse la journée, et n’oubliez pas les trois paroles : “s’il te plaît”, “merci”, “pardonne-moi”.

 

 

 

< Voir toutes les actualités

Archives